Adénocarcinome Pancréatique

Les lésions malignes du tissu glandulaire du pancréas se développent presque toujours rapidement et, au moment de leur découverte, elles ont déjà atteint les stades avancés.

Ceci explique le taux de mortalité élevé de l'adénocarcinome du pancréas.

Au cours des dernières années, les oncologues du monde entier ont enregistré une augmentation des cas d'adénocarcinome du pancréas, en raison de la détérioration générale de l'état écologique de la planète et des habitudes alimentaires de l'homme moderne.

  • Toutes les informations sur le site sont à titre informatif seulement et ne constitue pas un manuel pour l'action!
  • Seul le MÉDECIN peut vous fournir le DIAGNOSTIC EXACT!
  • Nous vous exhortons à ne pas vous auto-guérir, mais à vous inscrire auprès d'un spécialiste!
  • Santé à vous et à votre famille! Ne pas perdre courage

Raisons

Le développement d'un adénocarcinome du pancréas peut être associé à de mauvaises habitudes (tabagisme, abus d'alcool), à un régime (gras, épicé, nourriture en conserve), à ​​l'hérédité, à une pancréatite chronique.

Tous ces facteurs ne sont pas les causes directes de la maladie, mais augmentent la probabilité de sa survenue. La médecine ne donne pas de réponse exacte à la question de savoir pourquoi les cellules des glandes commencent à muter et se divisent de manière incontrôlable, capturant ainsi des tissus sains.

Selon les oncologues, d'autres facteurs peuvent provoquer des mutations dans les cellules, entraînant leur dégénérescence maligne:

  • la présence de diabète;
  • maladies du foie (cirrhose, hépatite);
  • résection de l'estomac;
  • hypodynamie - déficit de mouvement;
  • Travailler dans l'entreprise, où des produits chimiques tels que l'amiante, le benzopyrène, la naphthylamine et d'autres sont utilisés dans le processus de production.

Un adénocarcinome pancréatique survient parfois chez les jeunes, mais la population de patients la plus fréquente est celle des plus de 50 ans.

Photo: Adénocarcinome Pancréatique

Les symptômes

Les adénocarcinomes représentent 95% de toutes les tumeurs pancréatiques. Une tumeur est un noeud de forme irrégulière d'environ 10 cm ou plus. Le processus malin se propage rapidement au tissu fonctionnel d'un organe, les cellules saines étant remplacées par du tissu fibreux.

Le processus pathologique peut rapidement couvrir l’ensemble de la glande et s’étendre ensuite aux organes voisins - intestins, foie, vésicule biliaire, rate, ganglions lymphatiques, tissus péritonéaux. Les signes de l'adénocarcinome peuvent être divisés en spécifiques et non spécifiques.

Les symptômes spécifiques incluent:

  • une augmentation du niveau de la bile dans le corps causée par une obstruction des voies biliaires (cette affection se manifeste par une jaunisse mécanique, des nausées, un prurit);
  • pancréatite secondaire (dysfonctionnement enzymatique du pancréas et inflammation de l'organe);
  • diabète sucré secondaire dû à un déficit en insuline;
  • la présence d'impuretés sanguines dans l'urine et les fèces;
  • ascite (ballonnements résultant d'une accumulation de liquide dans le péritoine).

Ces symptômes surviennent généralement aux derniers stades du cancer du pancréas et indiquent la progression des processus malins.

Les signes non spécifiques incluent des manifestations communes à de nombreuses autres pathologies:

  • douleur dans l'hypochondre droit et le bas-ventre;
  • dysfonctions digestives (constipation, diarrhée, brûlures d'estomac);
  • perte de poids et manque d'appétit;
  • faiblesse générale, léthargie, fatigue, manque de motivation pour les activités quotidiennes;
  • l'anémie.

Au stade de la métastase, les symptômes dépendent de la localisation des foyers tumoraux secondaires. Les métastases sont presque toujours accompagnées de douleurs aiguës, en particulier si les cellules cancéreuses pénètrent dans les amas nerveux ou le tissu osseux.

Avec la croissance d'une tumeur dans l'intestin, des complications dangereuses apparaissent sous la forme d'une obstruction et d'un saignement interne. Avec de multiples métastases dans le foie, une insuffisance organique aiguë et un coma hépatique se développent.

Diagnostics

Malheureusement, il est très difficile de reconnaître un adénocarcinome pancréatique à un stade précoce, toutes les manifestations symptomatiques ressemblant à une pancréatite ou à une autre maladie du tube digestif.

Si un cancer est suspecté, les procédures suivantes sont prescrites:

  • test sanguin clinique général;
  • biochimie (analyse des protéines, du sucre, de la bilirubine, de l'urée, des marqueurs tumoraux et d'autres composés dont le niveau informe les oncologues des processus pathologiques survenant dans le corps);
  • pancréatographie endoscopique;
  • Echographie et autres techniques d'imagerie - CT, CT avec contraste, IRM;
  • biopsie tissulaire et examen histologique des échantillons au laboratoire.

Parfois, pour le diagnostic, il est nécessaire d'effectuer une révision de la cavité abdominale par laparoscopie. Cette méthode permet aux oncologues d'évaluer visuellement l'état des organes et des tissus, ainsi que l'étendue de la propagation de la tumeur.

Traitement

Aujourd'hui, le seul traitement efficace contre le cancer du pancréas est la méthode chirurgicale. L'opération est nécessaire aux premiers stades de la maladie.

L'intervention chirurgicale est un processus très complexe, au cours duquel une partie importante du pancréas est enlevée avec la tumeur, les canaux des glandes et une partie de l'intestin sont également éliminés. Les voies biliaires reconstruites plus tard et restaurent la continuité intestinale. Cette opération n'est possible que pour 10 à 30% des patients, car les cas de détection précoce d'une forme localisée d'adénocarcinome pancréatique sont assez rares.

Des photos de l'adénocarcinome du colon peuvent être visionnées ici.

Il est à noter que même après la chirurgie, l'espérance de vie des patients atteints de ce type de cancer ne dépasse pas 6-18 mois. Autrement dit, le seuil de survie de cinq ans n’est pas dans ce cas.

Dans les stades ultérieurs, lorsque les métastases étendues aux ganglions lymphatiques, aux poumons, au foie, aux reins, aux glandes surrénales, les méthodes radicales de traitement chirurgical sont inappropriées. Les médecins peuvent prescrire une radiothérapie et une thérapie chimique. Les tumeurs du pancréas ont une caractéristique désagréable: elles résistent assez bien à la chimiothérapie et développent rapidement une résistance à de nouveaux médicaments. Il n'existe pas de protocole de traitement unique pour les tumeurs de ce type.

Médicaments utilisés dans le traitement de:

Comment se développe l'adénocarcinome pancréatique

Adénocarcinome - Cette maladie est considérée comme la forme de cancer du pancréas la plus répandue. Environ 80% des néoplasmes malins pouvant survenir dans cet organe tombent sur un adénocarcinome. Dans ce cas, la tumeur est formée de cellules épithéliales de la membrane muqueuse ou des canaux excréteurs du pancréas.

Selon les statistiques, cette maladie est le plus souvent une conséquence de la forme chronique de la pancréatite et touche dans la plupart des cas les hommes plus âgés ou les personnes âgées. Il a été prouvé que les mauvaises habitudes du patient ont également une grande influence sur l’apparition d’une maladie aussi dangereuse, comme l’adénocarcinome du pancréas. Alors, quelle est cette maladie et comment l'identifier dès les premiers stades de développement? Lisez à propos de cela et beaucoup d'autres choses plus loin dans notre article.

Quels facteurs contribuent au développement du cancer du pancréas?

On sait que l'adénocarcinome peut toucher non seulement le pancréas, mais également la glande mammaire ou tout autre organe contenant des cellules de l'épithélium glandulaire. Les causes de cette tumeur maligne, comme de tout autre cancer, ne sont pas encore bien comprises. Un seul facteur influant sur le développement de cette maladie ne peut pas être réfuté - c'est l'hérédité.

La susceptibilité génétique au développement du cancer chez l'homme apparaît en raison d'une mutation ou d'une réduction du nombre de chromosomes dans certains gènes responsables de la prévention du développement d'une tumeur maligne. En d'autres termes, les cellules saines et normales du corps mutent et se multiplient vigoureusement. C'est pourquoi un rôle important dans l'apparition de cette maladie joue un rôle prédisposant les parents les plus proches du patient à la pancréatite chronique.

L'adénocarcinome du pancréas peut également se développer sous l'influence des facteurs suivants:

  • mauvaise alimentation (consommation incontrôlée d'aliments épicés et gras, ainsi que de produits contenant divers additifs chimiques);
  • abus d'alcool, le tabagisme;
  • mode de vie sédentaire;
  • production nocive impliquant le travail avec divers produits chimiques (benzopyrène, amiante, benzidine);
  • l'obésité;
  • le diabète;
  • abus de régime;
  • consommation incontrôlée ou excessive de café;
  • autres maladies gastro-intestinales (cirrhose du foie, cholécystite, résection gastrique, cholélithiase).

Méthodes de diagnostic de la maladie

L'adénocarcinome du pancréas se manifeste par un certain nombre de symptômes spécifiques qui permettent au médecin de diagnostiquer avec précision. Cependant, malgré ce fait, ces patients doivent effectuer des recherches supplémentaires car d'autres pathologies du tractus gastro-intestinal, telles que la cholélithiase, peuvent également être à l'origine de tels symptômes.

Dans le diagnostic d'un adénocarcinome pancréatique, ou du même sein, la patiente doit subir une échographie de l'organe. Cette méthode d’examen du patient permettra au médecin de déterminer la taille et l’emplacement de la tumeur maligne. Vous pouvez également utiliser une échographie pour savoir à quel stade de développement se trouve le cancer et s'il est conseillé de procéder à une opération pour enlever le néoplasme dans ce cas.

La tomodensitométrie est une autre méthode plus moderne de diagnostic du cancer du pancréas, du sein ou d'autres organes. Il offre l’occasion de visualiser l’organe affecté sur un ordinateur, d’étudier plus en détail la structure du néoplasme, de préciser sa localisation et la présence ou non de métastases dans d’autres organes.

De nos jours, les tests de laboratoire sur la tumeur d'un patient pour les marqueurs tumoraux sont très populaires dans le diagnostic de l'adénocarcinome ou du cancer du pancréas. Selon les statistiques médicales, l'exactitude d'un tel examen diagnostique dépasse 90%.

Classification des tumeurs malignes

Le sang du pancréas est bien approvisionné et, pour cette raison, il devient souvent un lieu de développement de diverses pathologies oncologiques - primaires ou secondaires. En statistique, l'adénocarcinome du pancréas occupe la dernière place de tous les cancers de cet organe, puisque le pourcentage de survie pour cette maladie n'est que de 10%. Il existe plusieurs types de tumeurs malignes du pancréas.

  1. Adénocarcinome - ce type de cancer est provoqué par une mutation de l'épithélium glandulaire et affecte le plus souvent la tête de cet organe. Il est presque impossible de distinguer cette tumeur d'autres pathologies malignes du pancréas, car elle n'est pas caractérisée par des symptômes spécifiques tels que, par exemple, le cystadénocarcinome. L'adénocarcinome du pancréas touche dans la plupart des cas la partie masculine de la population, mais chez la femme, cette maladie a souvent une localisation différente et se produit dans la région de la glande mammaire. Quant au pronostic, avec ce type de cancer, il est extrêmement défavorable - chaque année, cette maladie tue environ 20 000 personnes.
  2. Cystadénocarcinome - la cause de cette tumeur est la malignité du cystadénome - une néoplasie pancréatique bénigne. Le cystadénocarcinome se distingue des autres maladies malignes de cet organe par des symptômes très vifs. Ce type de pathologie cancéreuse peut être déterminé en utilisant n'importe quelle méthode de recherche. Le taux de survie du cystadénocarcinome est assez élevé car, même à un stade précoce de son développement, on observe déjà une augmentation du niveau des marqueurs tumoraux, ce qui facilite grandement le diagnostic en laboratoire de la maladie.
  3. Carcinome - Parmi tous les cancers du tube digestif, environ 10% sont attribuables à un carcinome. Cette tumeur est plus fréquente chez l'homme que chez la femme (environ 1,5 fois). Dans la plupart des cas, la tumeur est localisée dans la tête de la glande, la partie de la queue de l'organe est affectée beaucoup moins fréquemment. La cause la plus probable du cancer est la pancréatite chronique. Les symptômes dominants de la maladie sont la migraine, la dépression, les démangeaisons et le jaunissement de la peau.
  4. Sarcome pancréatique - ce type de pathologie maligne de cet organe est relativement rare. Dans cette forme de cancer, la tumeur est située dans les canaux, le stroma ou les vaisseaux du pancréas. Aucun signe spécifique ne permet de déterminer la présence de ce néoplasme dans le corps du patient. Toutefois, une stéatorrhée (graisse dans les selles) et des symptômes de jaunisse obstructive peuvent survenir à un stade précoce de la maladie. Après un certain temps, ascite et thrombose rejoignent ces signes cliniques, la taille de la rate et du foie augmentant. Le pronostic pour le sarcome est extrêmement défavorable, car cette tumeur est caractérisée par une croissance très rapide et des métastases.
  5. Carcinoïde - cette forme de cancer du pancréas affecte principalement la tête de l'organe et métastase nécessairement aux ganglions lymphatiques voisins. Une telle tumeur croît assez lentement, le pronostic est relativement favorable dans ce cas.

Symptômes cliniques de la maladie

L'adénocarcinome du pancréas peut manifester une variété de symptômes. Au tout début du développement de ce cancer, le patient ne remarque aucun changement dans son état de santé - ce fait est la raison de la visite tardive chez le médecin.

Environ plusieurs semaines ou mois avant l'apparition de symptômes étendus de la maladie, les patients développent une intolérance à certaines odeurs et à certains goûts. Certains patients (environ 1-2%) avant l'apparition de l'adénocarcinome ont noté l'exacerbation d'une pancréatite chronique.

Il existe des signes spécifiques et non spécifiques de cette pathologie.

Symptômes spécifiques de l'adénocarcinome:

  • jaunissement de la peau et des muqueuses;
  • nausée (parfois vomissements);
  • démangeaisons de la peau;
  • ascite (le liquide s'accumule dans la cavité abdominale);
  • diabète sucré (développé en raison du cancer des cellules de la glande productrices d’insuline);
  • pancréatite secondaire (apparaît en raison d'un processus inflammatoire développé et de troubles fonctionnels graves dans l'organe).

Signes non spécifiques de la maladie

Ces symptômes d'une tumeur maligne incluent des troubles qui surviennent non seulement dans toutes les pathologies oncologiques, mais également dans le cas du développement d'un processus inflammatoire dans le corps ou d'une infection des organes gastro-intestinaux:

  • violation de la fonction digestive du corps - se manifestant par des brûlures d'estomac, des nausées, des flatulences, une constipation fréquente ou une diarrhée;
  • perte d'appétit - en conséquence, le patient perd du poids rapidement;
  • l'anémie;
  • pauvre sommeil, apathie, léthargie;
  • douleur - surviennent dans la région épigastrique et dans l'hypochondre droit. La douleur peut être donnée à l'omoplate, au bas du dos ou au zona;
  • l'apparition de graisse dans les matières fécales;
  • les masses fécales deviennent de couleur claire;
  • urine sombre.

Pronostic de survie pour adénocarcinome

Pour les patients âgés de plus de quarante ans, le pronostic de survie est minime - quelques années seulement. L'adénocarcinome du pancréas ne survient pratiquement pas entre 25 et 30 ans. La race a également une grande influence sur le développement du cancer du pancréas. Ainsi, chez les personnes de race négroïde, la probabilité de développer cette pathologie cancéreuse est beaucoup plus élevée que celle des autres races. Il convient d'ajouter que le tabagisme et l'alcoolisme sont également un facteur assez important dans l'apparition non seulement d'un adénocarcinome, mais également d'autres maladies malignes.

Adénocarcinome du pancréas ou cancer glandulaire

L'adénocarcinome ou cancer glandulaire du pancréas est le type histologique de tumeur le plus courant de cet organe. On le trouve dans plus de 80% des cas de néoplasmes diagnostiqués, il est formé à partir de l'épithélium glandulaire de l'organe. Le plus souvent localisée dans la tête du corps, se produit chez les hommes deux fois plus souvent que les femmes.

L'adénocarcinome du pancréas (AFS) est une forme grave de cancer difficile à traiter et de très mauvais pronostic. Le nombre de patients dans le monde augmente chaque année, ce qui est associé à une détérioration de l'environnement et de la qualité de la vie en général. Le danger de cette maladie est qu'elle est rarement retrouvée dans les premiers stades. Le cancer du pancréas est retrouvé dans 90% des cas d'oncologie de cet organe, principalement chez les personnes de 50 ans et plus.

Qu'est-ce que l'adénocarcinome pancréatique?

Le pancréas est un organe important de la digestion. Il est situé dans l'espace rétropéritonéal, à côté de l'estomac et du duodénum. Il est également adjacent à la veine cave inférieure, à l'aorte, à la veine rénale gauche et au canal biliaire principal.

PZh remplit un certain nombre de fonctions:

  • il sécrète des sécrétions (lipases, amylases, protéases) qui, par les canaux, pénètrent dans le duodénum et participent à la dégradation des graisses, des protéines et des glucides;
  • production d'insuline et de glucagon. Ces hormones contrôlent le métabolisme des glucides. Grâce à l'insuline, toutes les substances qui pénètrent dans notre estomac après leur décomposition sont distribuées dans tout le corps. Le glucagon régule également les taux de glucose.

En raison des processus complexes qui se produisent dans le pancréas, il existe une forte probabilité de pathologies oncologiques.

Le pancréas comprend la tête, le corps et la queue, ainsi que deux canaux excréteurs. Le cancer peut apparaître dans n'importe laquelle de ces régions, mais le plus courant est l'adénocarcinome de la tête pancréatique, qui affecte les conduits. Il a la forme d'un nœud avec des tubercules, il n'y a pas de délimitation claire d'un tissu sain. La taille de la tumeur atteint un diamètre de 10 cm ou plus. La tumeur se propage par les ganglions lymphatiques et la circulation sanguine jusqu'au duodénum, ​​le foie, l'estomac et les poumons.

L'incidence maximale tombe sur 60-70 ans, plus souvent les hommes souffrent d'adénocarcinome. Chez les personnes de moins de 30 ans, il est rarement diagnostiqué.

Causes du cancer du pancréas

L'oncologie identifie les facteurs de risque suivants pour une tumeur pancréatique maligne:

  • mauvaise nutrition. Consommation constante d’aliments gras, d’aliments sans repas, d’absence de régime - tout cela pose des problèmes de digestion;
  • mauvaises habitudes (alcool et tabac). Il a été prouvé qu'une personne qui fume un paquet de cigarettes par jour est quatre fois plus susceptible de développer un cancer;
  • la présence d'un gène pouvant être impliqué dans la formation d'une tumeur pancréatique;
  • maladies héréditaires. Les affections héritées qui contribuent à l'apparition de l'ALE incluent: polypose adénomateuse, syndrome de Gardner, ataxie-télangétotoziya, pancréatite héréditaire. Cette dernière cause dans 40% des cas de cancer chez les personnes en âge de prendre leur retraite;
  • chirurgie de l'estomac (gastroectomie ou résection). De telles interventions affectent le système digestif, ce qui interfère avec le fonctionnement du pancréas et augmente le risque de développer un adénocarcinome de trois fois;
  • exposition à des produits chimiques;
  • mode de vie sédentaire, surpoids.

Des maladies telles que la cirrhose du foie, le diabète sucré et la pancréatite, qui se manifestent de manière chronique pendant une longue période, peuvent provoquer l'apparition d'un cancer.

Vidéo informative

Symptômes de l'adénocarcinome du pancréas

Les symptômes de la LPA aux premiers stades manquent souvent ou sont discrets. Une personne perd son appétit, son poids, elle est tourmentée par des maux de tête, une faiblesse générale et un état émotionnel déprimé. La moitié des patients développent des nausées, des vomissements et des troubles digestifs (constipation, brûlures d'estomac, etc.).

Si la tumeur est localisée dans la tête du pancréas, en plus des symptômes ci-dessus, apparaissent:

  • douleurs dans l'estomac et les intestins, sensation de malaise. Ces symptômes sont aggravés par le développement du cancer, la douleur devient vive, donne au dos ou à l'aine. Cette caractéristique est caractéristique d'un adénocarcinome situé dans le corps ou la queue du pancréas;
  • jaunisse. Se produit plus souvent avec des lésions à la tête. Développé en raison de la compression du canal biliaire. Les protéines de la peau et des yeux deviennent jaunes. L'urine devient sombre et les matières fécales s'illuminent. L'oncologie de ce type se manifeste souvent par le symptôme de Courvoisier (vésicule biliaire élargie);
  • diabète sucré secondaire et pancréatite secondaire. Apparaître à la suite de violations du fonctionnement du pancréas. Une augmentation de la glycémie provoque une sensation de soif, mais une personne ne peut toujours pas se saouler. La pancréatite augmente la douleur et peut causer des taches rouges sur l'abdomen.
  • augmentation de la température corporelle (38-39 º);
  • Symptôme de Trusso (augmentation de la formation de thrombus dans les veines);
  • accumulation de liquide dans la cavité abdominale, saignements. Le plus dangereux des symptômes.

Lorsque l'adénocarcinome atteint une taille importante, il peut être ressenti. Augmenter la vésicule biliaire, la rate ou le foie.
Tous les symptômes précités du cancer du pancréas apparaissent lorsque la tumeur ne peut plus être opérée, ce qui réduit considérablement l'espérance de vie des patients.

Lorsque la tumeur atteint le stade de la métastase, de nouveaux symptômes plus graves apparaissent et dépendent de l’organe touché. Par exemple, s’il s’agit d’un adénocarcinome pancréatique avec métastases hépatiques, une insuffisance hépatique se développe, ainsi qu’une obstruction et des saignements dans l’intestin.

Types de cancer du pancréas

Il existe 3 degrés de différenciation du cancer du pancréas:

  • adénocarcinome de bas grade du pancréas a une couleur fibreuse, on trouve des cellules de différentes tailles, le noyau est ovale et rond. Les cellules tumorales du mucus sont produites de manière inégale;
  • adénocarcinome du pancréas hautement différencié. Cette espèce est constituée de cellules épithéliales représentant une structure tubulaire. Ils peuvent être de différentes formes: ovale, ronde, allongée ou de forme irrégulière. Le cytoplasme des cellules est léger; avec la coloration, vous pouvez voir une grande quantité de mucus qu'elles produisent.
  • L'adénocarcinome modérément différencié du pancréas est constitué de structures canalaires de taille moyenne et de glandes cancéreuses tubulaires de formes et de tailles variées. Il diffère du type précédent en ce que les cellules se divisent plus rapidement dans le foyer de la maladie. En outre, il existe un risque élevé de complications graves dues à une métastase rapide.

Ils diffèrent par les changements pathologiques dans les cellules de l'organe. Avec une forme hautement différenciée, ces changements sont mineurs, ce qui signifie que le cancer se développera lentement, il est plus facile à traiter. Un degré peu différencié suggère que les cellules tumorales sont très différentes des tissus sains. Le processus de division en eux est plus rapide, la tumeur se propage.

L'adénocarcinome canalaire du pancréas est le type histologique le plus courant. Il représente plus de 90% des cas. Ductal APZH est très agressif, il se développe rapidement et se métastase.

Il est divisé en types suivants:

  • Adénocarcinome à cellules claires du pancréas.
  • Adénocarcinome mucineux du pancréas.
  • Pseudopapillaire solide.
  • Papillaire.
  • Cystadénocarcinome à Etsinarnocellular.
  • Adénocarcinome à cellules acineuses.
  • Cystadénocarcinome séreux.

Il y a aussi des options mixtes. Ils diffèrent par leur structure morphologique. Dans la plupart des cas, on trouve un adénocarcinome canalaire du pancréas peu différencié.

Les étapes de l'adénocarcinome pancréatique

  • Stade 0 - "cancer en place". Cela signifie que les changements histologiques dans les cellules commencent tout juste à se produire. Ce processus est long, il n'y a pas de symptômes.
  • Le stade 1 est caractérisé par une tumeur liée par le pancréas. Il n'y a pas de métastases régionales ou lointaines. L'étape 1 est divisée en 2 groupes:
  1. o néoplasmes jusqu'à 2 cm;
  2. o plus de 2 cm
  • Le cancer du pancréas de stade 2 est également divisé en 2 sous-groupes:
  1. o la tumeur s'étend au-delà de la glande, mais le tronc coeliaque et l'artère mésentérique ne sont pas impliqués;
  2. o il y a des métastases dans les ganglions lymphatiques les plus proches.
  • Le stade 3 survient lorsque le cancer touche le tronc coeliaque et l'artère mésentérique. Métastases à distance non.
  • L'adénocarcinome pancréatique de stade 4 a le pronostic le plus défavorable. La tumeur se propage à travers les ganglions lymphatiques, d'autres organes sont touchés

Taux d'incidence

Diagnostic de l'adénocarcinome

Ainsi, étant donné que les symptômes aux premiers stades de la maladie sont pratiquement absents ou ne se manifestent pas spécifiquement, il est très difficile de soupçonner la LPA. Dans la plupart des cas, les gens vont chez le médecin avec des plaintes de douleur ou de jaunisse, et ces signes indiquent une négligence du problème. Le diagnostic précoce du cancer du pancréas est très important, car il aidera à l'identifier à ses débuts. Il consiste en un examen régulier et complet.
Pour commencer, le médecin doit recueillir une histoire complète, requiert une attention particulière au diabète chronique et à la pancréatite, aux possibles maladies héréditaires et aux chirurgies à l'estomac. Suivant est un examen physiologique. Une augmentation de la vésicule biliaire, du foie et du pancréas peut indiquer un adénocarcinome.

Pour confirmer le diagnostic, il est nécessaire de passer une analyse biochimique et complète du sang et de l'urine, ainsi qu'un test des marqueurs tumoraux. Déterminer la position de la tumeur, sa taille et son type à l'aide de techniques d'imagerie. Vous pouvez détecter un adénocarcinome du pancréas sur une échographie abdominale ou à l'aide de la tomodensitométrie. Ces méthodes permettent de voir la structure de l'organe et ses perturbations, d'évaluer le type et la prévalence du cancer. Une image plus nette montre une échographie avec un endoscope, qui alimente directement la tumeur par l'intestin. Parfois utilisé des rayons X.

Selon les indications prescrites:

  • L'IRM (elle résout les mêmes problèmes que l'échographie et la radiographie, mais elle est plus précise, elle peut révéler même les plus petites pathologies);
  • Cytobiopsie de ponction. L'échantillonnage d'une tumeur est nécessaire pour confirmer son type et son degré de malignité. Fondamentalement, cette analyse est prescrite avec APL non résécable;
  • Tomographie par émission de positrons. Une méthode très précise qui vous permet de déterminer la présence de métastases dans tous les organes. Le PET est rarement utilisé en raison de son coût élevé;
  • Angiographie (utilisée pour visualiser le système d'approvisionnement en sang du pancréas et de la tumeur elle-même);
  • La laparoscopie. C'est une méthode utilisant des instruments peu invasifs. Au cours de la laparoscopie, non seulement les petites métastases et les tumeurs peuvent être considérées, mais également un échantillon de cancer ou de liquide.

Traitement de l'adénocarcinome du pancréas

Le traitement principal et le plus efficace est la résection du pancréas, associée à des méthodes non chirurgicales. La possibilité d'une opération est déterminée par des critères tabulaires (par exemple, la présence d'une déformation du tronc coeliaque, de l'artère hépatique et mésentérique supérieure, etc.). Selon les statistiques, seuls 15 à 20% des patients sont opérés.

Si le patient présente des symptômes de jaunisse obstructive, il est nécessaire de l'arrêter. La principale méthode d'élimination de la bile est le drainage transhépatique transcutané. Selon les indications prescrites drainage endoscopique transpapillaire ou galle chirurgicale. La résection peut être effectuée seulement après le soulagement de la jaunisse.

Types d'opérations:

  • pancreathectomie distale (ablation du pancréas distal, parfois en association avec des ganglions lymphatiques);
  • résection pancréatico-duodénale totale (ablation de tout le pancréas, de la rate, d'une partie de l'estomac, des intestins et des ganglions lymphatiques).

De telles interventions (en particulier la deuxième option) entraînent très souvent des complications. Parmi eux, saignements, abcès, insuffisance hépatique. La nutrition pour l'adénocarcinome du pancréas après une résection totale est difficile. La nutrition nasoentérale est utilisée chez ces patients (les aliments pénètrent dans l'estomac par une sonde insérée dans l'ouverture nasale). Effectuer de telles manipulations environ 5-7 jours. Ensuite, le patient peut manger lui-même, mais vous devez suivre un régime strict.

Après la chirurgie, une chimiothérapie complexe et une radiothérapie sont utilisées pour détruire les métastases et prévenir les rechutes. Ensuite, tous les patients doivent être soumis à un test trimestriel, qui comprend un test sanguin pour les marqueurs tumoraux, une échographie et une IRM (si indiqué).

Pour les patients marginalement non résécables (ceux pour lesquels une intervention chirurgicale est possible, mais elle ne donnera probablement pas de résultats), un traitement antitumoral est effectué, visant à traduire la tumeur en tumeur résécable afin de la retirer plus tard. Cela n’est pas toujours possible, mais seulement dans la moitié des cas

Le traitement de l'adénocarcinome pancréatique comprend également:

  • hormonothérapie;
  • prendre des analgésiques pour soulager la douleur;
  • les antidépresseurs;
  • suppléments d'enzymes pour soutenir la digestion;
  • immunothérapie visant à renforcer et à activer les défenses de l'organisme;
  • insuline par voie intraveineuse (car cela ne suffit pas sans pancréas).

Adénocarcinome Pancréatique: Pronostic

Cette maladie a des taux de survie très faibles. Cela est démontré par le nombre de décès dus à l'APZH au cours de l'année, ce qui est presque égal au nombre de cas.
Dans le domaine du traitement complexe (résection totale avec chimiothérapie et radiothérapie), les personnes vivent en moyenne entre 1,5 et 2 ans, à condition que l’adénocarcinome ne soit pas courant et que le traitement ait été effectué à temps. 5 ans ne vivent que 20-30%.

Après pankriatektomii distal probable récurrence, en raison de quoi la survie à 5 ans diminue à 7%. Si l'ablation de la tumeur est impossible, les performances sont 3 à 4 fois moins élevées. Jusqu'à 15% des patients décèdent lors d'une résection totale.

L'oncologie du pancréas est très dangereuse. Par conséquent, il est préférable de vous protéger de ce terrible diagnostic, en observant un mode de vie sain et en guérissant rapidement les maladies des organes digestifs. Pour ceux qui sont à risque, vous devez connaître les symptômes d'une tumeur pancréatique, faire attention à toute déviation de votre santé et subir des examens réguliers.

Adénocarcinome Pancréatique

L'adénocarcinome du pancréas est une tumeur maligne qui, selon les données statistiques, représente 80% de tous les types de néoplasmes de cet organe. Par son nom, on peut affirmer qu’il provient de cellules glandulaires présentes dans la membrane muqueuse et dans l’épithélium des canaux excréteurs.

Les spécialistes divisent tous les cancers du pancréas en relation avec l'appareil endocrinien en:

  • exocrine (non liée à la production d'hormones);
  • endocrinien (affectant l'équilibre hormonal).

L'adénocarcinome fait partie des écrevisses exocrines. Si nous prenons en compte la proportion de cas de ce type de néoplasme dans notre groupe, cela représente alors 95%. Dans la classification clinique de l'OMS 2010, la tumeur s'appelle un adénocarcinome canalaire. Le plus fréquent chez les hommes âgés atteints de pancréatite chronique et de dépendance à l'alcool. La CIM-10 est enregistrée sous le code C25 dans la classe des tumeurs malignes.

Que signifient les statistiques?

L'étude d'incidence montre que les hommes sont malades 1,5 fois plus souvent que les femmes. La prévalence la plus élevée est observée parmi la population des parties nord et est du continent européen (9 pour 100 000 hommes), aux États-Unis et au Japon - 7–9. Les taux de mortalité par adénocarcinome pancréatique ne diffèrent pas de la morbidité. Chez les femmes de ces pays, il est égal à 3,8–6 sur 100 000.

En Russie, après les résultats de 2012, le cancer du pancréas chez les hommes se classe au 10ème rang (3,2%), chez les femmes et au 13ème (2,7%) parmi les tumeurs malignes.

Une étude de causalité explique ces caractéristiques:

  • faible capacité de diagnostic dans les territoires indiqués;
  • différences raciales;
  • un facteur aussi spécifique que les habitudes alimentaires.

L’importance des facteurs environnementaux peut être jugée par l’augmentation de l’incidence des migrants en provenance de pays où la prévalence de la pathologie est faible. Après 10 ans de vie dans un nouvel endroit, les gens d'un groupe d'âge montrent une nette augmentation par rapport à leur patrie historique.

Facteurs de risque et causes probables de la pathologie

Les causes des lésions malignes du pancréas n'étant pas encore connues, les scientifiques suggèrent que les facteurs de risque identifiés de manière fiable ont été étudiés chez un grand nombre de patients.

La plus grande attention est accordée à:

  1. Pour le tabagisme - le risque est proportionnel à la "durée du service" et à son intensité. Le cancer du pancréas se développe chez 2% des fumeurs (dans les poumons - dans 10% des cas). Dans le tabagisme, le risque de développer un cancer double, cette raison est dominante chez un patient sur quatre.
  2. Habitudes alimentaires - Un avis est exprimé sur l'incidence croissante de personnes qui consomment beaucoup de produits d'origine animale, de café et qui manquent de fibres, de légumes et de fruits. Cependant, cela n’est pas considéré comme suffisamment justifié.
  3. L'obésité, le diabète sucré de type II - les facteurs les plus plausibles du développement de l'adénocarcinome. Le risque augmente de 60% par rapport aux personnes non diabétiques et dure au moins 10 ans. L'âge le plus dangereux est considéré comme ayant plus de 50 ans.
  4. Pancréatite chronique - multiplie par 20 le risque d'adénocarcinome, quelle que soit la forme de l'inflammation. Les patients les plus susceptibles atteints de pancréatite ont plus de cinq ans. La survenue d'une croissance maligne est due à la prolifération de l'épithélium dans les conduits et les acini de la glande, accompagnée d'une violation simultanée du processus de restauration de la structure de l'organe.
  5. Pancréatite héréditaire - occupe une place particulière, elle multiplie par 50 le risque de dégénérescence maligne. Bien que cela se produise chez 2% des patients. La raison est associée à des mutations dans le gène PRSS1. Un adénocarcinome du pancréas se développe chez 40% des patients présentant une forme héréditaire de pancréatite chronique. L'attachement d'autres facteurs énumérés réduit considérablement l'âge du malade. Dans la pathogenèse, le rôle principal est joué par l'inactivation altérée de l'enzyme trypsinogène, qui est responsable d'un gène altéré. Cela conduit à "l'auto-digestion" des cellules acini.
  6. Infections - une connexion a été établie avec l'hépatite virale transférée et Helicobacter pylori. Les micro-organismes sont importants non seulement en tant que cause de cancer de l'estomac et du foie, mais également dans la pathologie du pancréas.
  7. Les effets cancérogènes des produits chimiques contenant de la naphtylamine, de la benzidine, du benzopyrène, de l’amiante, de l’acétylaminofluorène chez les végétaux en rapport avec les pesticides, considèrent les experts comme un facteur de complication important.

Après la chirurgie, la gastrectomie et la cholécystectomie (ablation de l'estomac et de la vésicule biliaire) ne sont pas encore reconnues pour leurs facteurs de risque avérés. Mais continue à être étudié.

Comment l'hérédité affecte-t-elle?

La présence de membres de la famille atteints d'adénocarcinome du pancréas est considérée comme un facteur prédisposant. La vraie forme familiale survient chez 5% des patients. Et le degré de risque est pris en compte dans la relation de sang à proximité:

  • si l'un des parents, des frères ou des soeurs est atteint d'un adénocarcinome, le risque augmente de 2,3 fois;
  • avec les deux patients suivants - 6 fois;
  • avec trois - 32 fois.

L'adénocarcinome canalaire se développe dans le contexte de divers syndromes génétiques, n'a pas la forme générale du mécanisme génétique affecté, ou il n'a pas encore été établi. Le plus souvent détecté:

  • avec un mélanome multiple naevus atypique;
  • Syndrome de Peutz-Jeghers (prolifération dans l'estomac, intestins de polypes hamartomiques - excroissances de différents types de tissus);
  • pancréatite chronique héréditaire et adénocarcinome familial.

Caractéristiques de l'adénocarcinome canalaire

Canaux pancréatiques normaux tapissant l'épithélium de type cubique et cylindrique bas. Dans les cellules:

  • le noyau est dans la zone basale;
  • pas d'encombrement;
  • la mucine n'est pas produite;
  • division typique de la mitose est rarement observée;
  • Il n'y a pas de trait de couleur amélioré et de noyaux élargis.

5% de la prévalence sont 7 formes mixtes de cancer canalaire. Les experts sont attentifs à l’inefficacité du jugement quant à l’efficacité du traitement lors de la synthèse des résultats avec une tumeur adénocarcinomateuse, car les types de tumeurs mixtes sont moins agressifs, plus caractéristiques de la femme et ont un meilleur pronostic.

L'adénocarcinome canalaire du pancréas se rencontre dans différentes parties de l'organe:

  • dans la tête avec une fréquence de 75%;
  • dans le corps - 18% des cas;
  • dans la queue, chez 7% des patients.

L'adénocarcinome est une tumeur dense sans contour clair. Lorsque la section est visible architecture lobulée brisée, la couleur est gris jaune. Dans les tumeurs des grandes tailles, les kystes se rencontrent. Ne sont pas des zones caractéristiques d'hémorragie et de nécrose.

La tumeur de la tête pancréatique atteint un diamètre de 2,5 à 3,5 cm et, lorsqu'elle est localisée dans le corps et la queue, atteint une taille de 10 cm.Les changements dans le pancréas sont souvent associés à une pancréatite chronique concomitante. Par conséquent, il existe dans le tissu des zones de fibrose, une atrophie du parenchyme. Cela rend difficile l'établissement des limites de la tumeur.

L'étude des caractéristiques pathologiques a montré que:

  • l'adénocarcinome affecte non seulement le canal pancréatique principal, mais également ses branches du deuxième et du troisième ordre, voire l'épithélium des sorties mucineuses et séreuses;
  • la tumeur a une tendance accrue à se développer et à se propager le long de la fibre nerveuse (périneurale), le réseau de nerfs de la glande est formé par les plexus cœliaque, mésentérique, hépatique et splénique;
  • réseau neuronal environnant dense contribue à une propagation significative du cancer.

Les nœuds nerveux et les plexus entourant le tronc coeliaque et l'artère mésentérique supérieure sont les plus significatifs en termes de concentration des cellules tumorales des canaux pancréatiques. Il est prouvé qu'ils provoquent une récidive du cancer après l'élimination de tout ou partie du corps. Ce processus explique l'impossibilité d'un nettoyage complet du corps après une intervention chirurgicale.

Caractéristiques histologiques

L'adénocarcinome canalaire est constitué de cellules glandulaires imitant les structures normales. Ils germent dans le parenchyme de l'organe. Selon le degré de différences émises:

  1. Tumeur très différenciée - forme des structures glandulaires pathologiques, les canaux changent et prennent une forme irrégulière, la direction est chaotique. Cette variante de la tumeur est appelée "grand débit". Les cellules tumorales sont représentées par un épithélium monocouche de type cuboïde ou cylindrique, avec cytoplasme léger. Les noyaux des cellules sont arrondis, légèrement élargis, le stade de la mitose est rarement détecté. Dans les canaux interlobulaires, l'épithélium normal est remplacé par un épithélium cylindrique. Les cellules tumorales se trouvent dans les vaisseaux sanguins, les voies biliaires principales, la papille de Vater et le corps du duodénum.
  2. Type modérément différencié - caractérisé par la présence de nombreuses petites glandes tubulaires avec des conduits. Les noyaux dans les cellules tumorales ont des tailles différentes, le nombre de mitoses est augmenté. Des structures glandulaires défectueuses sont détectées aux limites de la tumeur.
  3. Type faiblement différencié - contient de nombreuses glandes défectueuses de petite taille, il existe des couches entières et des foyers de cellules avec des noyaux de formes variées, il n’ya pas de synthèse de mucine, la propagation est plus souvent périneurale ou par les vaisseaux.

Une faible différenciation se distingue par une métastase rapide:

  • au foie;
  • péritoine;
  • duodénum;
  • ganglions lymphatiques;
  • estomac;
  • la rate;
  • vésicule biliaire.

Comment le stade tumoral est-il déterminé?

Les adénocarcinomes du pancréas sont classés conformément aux normes internationales en ce qui concerne la taille de la tumeur, la germination dans les ganglions lymphatiques et la présence de métastases. Par exemple, en fonction de l'emplacement et de la taille, ils se distinguent:

  • Tx - une situation où les données sont insuffisantes pour évaluer la croissance tumorale;
  • T (stade zéro) - le stade initial ou "précancer";
  • T1 - les limites de la tumeur ne s'étendent pas au-delà du pancréas et la taille maximale ne dépasse pas 2 cm de diamètre;
  • T2 - comme T1, mais tailles supérieures à 2 cm;
  • T3 - les limites s'étendent au-delà de l'organe, mais jusqu'à présent, le tronc coeliaque et l'artère mésentérique supérieure ne sont pas impliqués;
  • T4 (stade 4) - on observe une croissance dans le tronc coeliaque ou dans la zone de l'artère mésentérique supérieure.

Où la tumeur métastase-t-elle?

Les oncologues constatent une plus grande fréquence de métastases séparées lorsque le cancer se situe dans le corps ou la queue du pancréas. Voici l'augmentation de la durée de la maladie. La part de chaque localisation dans la composition totale des cas a été déterminée:

  • le plus souvent c'est le foie (de 53 à 60%);
  • poumons et péritoine (10-12 et 11-16%, respectivement);
  • os - jusqu'à 7%;
  • glandes surrénales et les reins - 5–6%;
  • plèvre, 4-10%;
  • intestin grêle - 3%;
  • diaphragme et rate - de 2%;
  • péricarde, myocarde, cerveau - 1% chacun.
  • 5% proviennent d'autres organes.

Les symptômes

La manifestation clinique de l'adénocarcinome pancréatique est déterminée par la localisation, l'intensité, le stade de croissance. Si les dimensions sont petites, le patient ne se sent pas symptomatique. Lorsque le nœud se développe, il serre les canaux, aggrave le flux de sécrétions biliaires et pancréatiques.

Les patients ont:

  • accès de nausée;
  • rots non digérés;
  • la diarrhée;
  • perte d'appétit;
  • douleurs intenses dans la région épigastrique, irradiant dans le dos, elles sont décrites comme des "bardeaux";
  • couleur jaune de la peau et de la sclérotique;
  • perte de poids;
  • prurit;
  • la fièvre sanguine est notée dans les matières fécales, sa couleur devient plus claire que d'habitude;
  • l'urine devient sombre, il peut y avoir des signes de saignement.

À la palpation de l'abdomen chez un patient, on trouve:

  • douleur locale dans la partie supérieure;
  • vésicule biliaire hypertrophiée (chez les patients minces);
  • rate élargie.

Syndrome douloureux associé:

  • avec lésion tumorale des troncs nerveux;
  • développement de l'oedème local;
  • augmentation de la pression dans les canaux du pancréas et de la bile avec leur expansion et leur trop-plein;
  • germination de cellules de carcinome périneural;
  • troubles trophiques du corps;
  • se propager au plexus nerveux rétropéritonéal;
  • signes d'inflammation dans le parenchyme de la glande et dans les voies biliaires;
  • spasmes de toutes les structures musculaires lisses (artères);
  • lésion d'organes voisins.

Troubles fonctionnels sous forme d'éructations, vomissements, distension abdominale dus à:

  • spasme des muscles lisses des gros canaux, de la paroi vasculaire;
  • trouble trophique du pancréas et des organes environnants;
  • altération de la régulation neuroendocrine des fonctions sécrétoires et motrices de la vésicule biliaire, de l'estomac, des intestins (par conséquent, la diarrhée, la constipation et la stéatorrhée apparaissent dans les analyses des selles).

La fièvre indique le plus souvent:

  • infection des voies biliaires et de la vessie;
  • inflammation du parenchyme du pancréas;
  • désintégration de la tumeur;
  • suppuration de kystes, fistules internes.

L'évolution clinique de l'adénocarcinome se caractérise par la non spécificité des symptômes. Aucun de ces symptômes n’est caractéristique de cette maladie et n’indique pas la localisation de la tumeur.

Méthodes de diagnostic

La maladie peut durer longtemps sous le diagnostic de pancréatite chronique. Détecter le stade initial est très difficile. Les méthodes suivantes sont utilisées:

  • test sanguin et urinaire général - l’indigestion conduit à une anémie de type mixte (B12-déficient + carence en fer), dans le cas d’une infection dans la leucocytose sanguine apparaît avec un décalage vers la gauche;
  • étude de tests sanguins biochimiques concernant l'azote résiduel, les fractions protéiques, le glucose, la bilirubine et les enzymes (phosphatase alcaline, amylase et transaminase);
  • marqueurs et antigènes DuPan, CA19-9, TAG72, Spanl, CA125;
  • échographie;
  • la perméabilité des canaux de la vésicule biliaire et du pancréas est contrôlée par une méthode endoscopique (cholangopancréatographie rétrograde);
  • en utilisant un agent de contraste pour effectuer une radiothérapie;
  • La tomographie par ordinateur est également mieux utilisée avec contraste.
  • examen histologique et biopsie.

Traitement

La base du traitement est l'ablation chirurgicale. Les cellules malignes du pancréas ne répondent pas aux médicaments cytotoxiques.

Un adénocarcinome au niveau de la tête est une résection pancréato-duodénale classique. L'opération est complète l'excision:

  • têtes de glande;
  • parties du duodénum;
  • vésicule biliaire;
  • si nécessaire, résection de l'estomac et des voies biliaires principales.

Des anastomoses assurent la digestion entre les organes restants. L'opération est considérée comme grave avec 15% de mortalité. Ce ne sont pas tous les oncologues qui estiment que cela est justifié, puisque seul un dixième des patients opérés bénéficiera d'une survie dans les années à venir. Les méthodes chirurgicales sont beaucoup plus souvent utilisées pour éliminer l'obstruction des conduits et la jaunisse obstructive.

Une mesure d’aide temporaire (méthode palliative) consiste à administrer une chimiothérapie associée au médicament Gemzar avec radiation. Il est possible de suspendre la croissance de la tumeur. Les suivants sont recommandés comme analgésiques:

Le traitement d'entretien comprend l'introduction de préparations enzymatiques pour compenser le manque de suc pancréatique. Ceux-ci comprennent:

Prévisions

Le pronostic de la maladie est défavorable. Bien qu'il n'y ait pas de méthode claire pour un diagnostic précoce, il n'y a aucun moyen d'arrêter la croissance et les métastases. Par conséquent, la pratique des oncologues donne des résultats décevants:

  • l'espérance de vie des patients à partir du moment de la manifestation des signes d'adénocarcinome n'est pas supérieure à 1,5 ans;
  • seulement 2% survivent 5 ans;
  • des opérations répétées permettent aux patients de vivre 4 à 5 ans.

L'accent devrait être mis sur la prévention des facteurs de risque, l'observation des patients présentant des problèmes familiaux en oncologie. Il reste à espérer l'invention de nouvelles méthodes de traitement.

Adénocarcinome du pancréas - caractéristiques de l'évolution et du traitement de la maladie

L'adénocarcinome est l'une des formes les plus courantes de lésion maligne des tissus du pancréas. La récupération et l'absence de rechute pendant plusieurs années ne sont possibles que si un adénocarcinome est diagnostiqué au stade initial de son développement.

Causes de l'adénocarcinome du pancréas

Toute formation maligne dans le corps est le résultat de la mutation de cellules saines, qui commencent à se diviser de manière intensive et forment une tumeur.

Mais les facteurs exacts contribuant à la perturbation du fonctionnement des cellules dans le cancer du pancréas n'ont pas été établis.

La majorité des patients ont révélé un effet à long terme sur le corps:

  • Goudron de tabac.
  • Trop gras, nourriture épicée.
  • Produits chimiques. Le cancer de la glande est souvent détecté chez ceux qui sont engagés dans la production de l'amiante, de l'essence.

On pense également que le processus de cancer peut être démarré en raison d'une altération du métabolisme. Par conséquent, un mode de vie sédentaire, une obésité sévère, un manque d'activité physique constante sont également des facteurs provocateurs de tumeurs malignes des organes digestifs.

L'adénocarcinome s'applique également aux pathologies enregistrées chez des parents proches. En d’autres termes, une hérédité défavorable devrait être plus attentive à leur santé.

L'adénocarcinome est formé soit des cellules de la couche muqueuse des parois de l'organe, soit de l'épithélium qui tapisse les canaux excréteurs de l'organe. En apparence, une telle formation maligne est un noeud de forme irrégulière, de couleur blanchâtre et résistant à la palpation.

Il est situé à la fois à l'intérieur du corps et à l'extérieur. Chez certains patients, les paramètres de formation atteignent 10 cm de diamètre. Les cellules tumorales de l'adénocarcinome se divisent très rapidement et, en même temps, le tissu épithélial est remplacé par du tissu fibreux.

Une tumeur qui se développe à l'intérieur du pancréas dépasse rapidement ses limites, passe dans les organes et les tissus adjacents et se métastase.

Espèces

L'adénocarcinome du pancréas est divisé en plusieurs formes, il est:

  • Adénocarcinome à cellules claires avec un degré élevé de différenciation. Cette tumeur forme des structures tubulaires de différentes tailles et formes. La structure de telles structures tubulaires ou autres glandes cancéreuses ressemble aux conduits d'un organe. L'examen histologique de la muqueuse épithéliale révèle un épithélium cubique, cylindrique et aplati. Le cytoplasme des cellules est homogène et léger. Dans la lumière des glandes tubulaires cancéreuses, on trouve une grande quantité de mucus.
  • Adénocarcinome à cellules claires avec un degré élevé de différenciation et de formation de mucus. Les glandes cancéreuses ressemblent à des kystes et contiennent un secret rose pâle. Dans l'étude a révélé une grande quantité de mucosines et de glycosaminoglycanes acides. La muqueuse épithéliale est représentée par un épithélium cylindrique, on trouve parfois des cellules aplaties. Des kystes séparés peuvent se rejoindre à la suite d'une rupture, formant ainsi de gros nœuds kystiques avec du mucus.
  • Adénocarcinome de bas grade. C'est une tumeur avec un stroma fibreux prononcé et des amas alvéolaires solides de cellules de formes et de tailles variées. La formation des structures glandulaires et glandulaires est révélée. Le mucus dans les glandes est produit et s'accumule de manière inégale.
  • Adénocarcinome scyrrotique. En plus des glandes cancéreuses, le tissu tumoral contient des cellules cancéreuses distinctes qui forment des chaînes. Les noyaux dans les cellules de forme irrégulière et large occupent une grande partie, souvent dans une cellule il y a plusieurs noyaux. Les cellules cancéreuses de cette forme d'adénocarcinome n'ont pas la capacité de produire du mucus.
  • Adénocarcinome à cellules claires avec un faible degré de différenciation. Elle se caractérise par la formation de grosses glandes cancéreuses de forme irrégulière et par l'expansion des lumières sous la forme de kystes. Les cellules adipeuses et le mucus ne produisent pas.

Symptômes de pathologie

Les adénocarcinomes du pancréas manifestent des signes spécifiques et non spécifiques.

Au tout début de la maladie, une personne ne constate pratiquement aucun changement dans son état de santé, ce qui explique la demande ultérieure d'aide médicale.

Environ plusieurs mois avant le début des symptômes principaux, une intolérance à certains goûts et à certaines odeurs peut survenir. Chez 1% des patients, une pancréatite se développe avec des manifestations aiguës.

L'adénocarcinome canalaire du pancréas augmente la vésicule biliaire et le foie, ce qui permet de palper suffisamment précisément la tumeur.

Le groupe de symptômes spécifiques comprend:

  • Ictère mécanique de la peau et des muqueuses, démangeaisons et nausées. Ces signes de la maladie sont causés par la compression ou le blocage des voies biliaires par une tumeur en croissance, ce qui entraîne une augmentation du volume de la bile dans le corps.
  • Le développement de la pancréatite secondaire, qui manifeste des réactions inflammatoires et une altération du fonctionnement du corps.
  • Le diabète sucré se produit quand une cellule cancéreuse produit de l'insuline.
  • Ascite - accumulation de liquide dans la cavité abdominale aux derniers stades du cancer.

Les signes non spécifiques de la maladie comprennent ceux qui apparaissent non seulement dans la plupart des néoplasmes malins, mais également dans diverses pathologies inflammatoires et infectieuses du système gastro-intestinal, à savoir:

  • Douleur localisée dans le haut de l'abdomen et sous les côtes à droite. Dans le cancer du pancréas souvent la douleur redonne, omoplate ou a un caractère environnant.
  • Dysfonctionnement digestif, se manifestant par des nausées, des brûlures d'estomac, une diarrhée ou une constipation, des flatulences.
  • Manque d'appétit et, par conséquent, diminution du poids habituel.
  • Somnolence, apathie, troubles du sommeil.
  • L'anémie

Si les métastases vont aux intestins, l’apparition de complications telles que l’obstruction intestinale n’est pas exclue. Avec des dommages au foie peut développer un coma hépatique. Si des cellules cancéreuses pénètrent dans les poumons, une toux rejoindra les principaux symptômes. La désintégration de la tumeur dans les expectorations provoquera l'apparition de traînées de sang.

Séparément, vous devriez considérer ce signe d’adénocarcinome du pancréas comme l’apparence de graisse dans les selles. Le cancer modifie le fonctionnement de la glande, ce qui réduit également la quantité d'enzymes produites pour décomposer la partie grasse des aliments. Par conséquent, la graisse apparaît dans les fèces.

Lorsque les intestins sont vidés, une odeur étrange est constatée et les selles peuvent rester longtemps à la surface de l'eau, il est donc très difficile de les laver. En bloquant les canaux biliaires, les selles s'éclaircissent et acquièrent une structure en argile. Chez certains patients, l'urine s'assombrit.

Étapes de développement

On distingue quatre stades de l'adénocarcinome pancréatique.

  • Au premier stade, la taille de la tumeur ne dépasse pas 2 cm, elle ne s'étend pas au-delà des organes, les ganglions lymphatiques ne sont pas atteints et il n’ya pas de métastases.
  • Dans la deuxième étape, la tumeur est plus grande que 2 cm, les caractéristiques restantes correspondent à la première étape.
  • Au troisième stade, la tumeur passe aux organes voisins et donne des métastases, mais ne capture pas l'artère mésentérique et le tronc coeliaque.
  • Au quatrième stade, l'artère mésentérique et le tronc cœliaque sont impliqués dans le processus de cancer. Des métastases sont détectées dans des organes distants.

Diagnostic de la maladie

Si un patient présente des signes indiquant une éventuelle défaite du cancer du pancréas, on lui attribue généralement un schéma de diagnostic standard, qui comprend:

  • Échographie. L'analyse de la glande vous permet de déterminer les changements morphologiques, la présence d'une tumeur, son emplacement et sa taille. Également lors de l'échographie, d'autres organes de la cavité abdominale sont également examinés, ce qui est nécessaire pour la détection d'un foyer secondaire dans ceux-ci.
  • CT Cette méthode de recherche est réalisée à l'aide d'installations informatiques modernes, permettant au corps d'explorer en couches. Cette méthode révèle non seulement la localisation de l’éducation, mais également son degré de propagation et de pénétration dans les murs de l’organe. Spectacles de tomographie et métastases dans les organes voisins de la glande.
  • Une biopsie est une biopsie, c'est-à-dire un échantillon de tissu provenant d'une tumeur, destinée à un examen histologique. Sans cette méthode, il est impossible de confirmer ou d'infirmer le cancer d'un organe.
  • Un test sanguin est nécessaire pour détecter les modifications du niveau des enzymes, des indicateurs de la bilirubine, des protéines totales, de l'urée et d'autres indicateurs indiquant un processus pathologique. Du sang est prélevé pour la détermination des marqueurs tumoraux.
  • L'angiographie est l'étude des vaisseaux sanguins avec un agent de contraste et une radiographie. Cet examen vous permet d'identifier les caractéristiques de l'apport sanguin de la tumeur en croissance.
  • La laparoscopie est un examen endoscopique de la cavité abdominale qui aide les médecins à évaluer visuellement tous les changements dans les organes et les tissus.

Traitement de l'adénocarcinome du pancréas

Le seul traitement efficace contre l'adénocarcinome pancréatique est la chirurgie, qui consiste à retirer non seulement une partie de cet organe, mais également des segments individuels de l'estomac, de la rate et des intestins.

À l'avenir, si nécessaire, une plastie reconstructive est réalisée, ce qui restaure les canaux artificiellement et assure la continuité intestinale.

Mais l'opération ne concerne que quelques pour cent des patients, car sa mise en œuvre aux derniers stades est impossible.

Les autres traitements pour l'adénocarcinome de la glande sont la chimiothérapie et l'exposition aux radiations.

L'exposition aux radiations chez les patients atteints de pancréas est prescrite avant l'opération, après son exécution, et l'utilisation de techniques spéciales permet à l'organisme d'être irradié immédiatement pendant l'opération. La radiothérapie n'est presque jamais prescrite sans chimiothérapie.

Aux stades finaux du cancer, un traitement palliatif est sélectionné, l'objectif principal étant de soulager les symptômes et de prolonger la vie du patient.

Prévision de survie des patients

Si le patient a un adénocarcinome du pancréas, les médecins ne peuvent pas donner un pronostic favorable. Le plus souvent, à partir du moment où se développent les premiers signes évidents de cancer de cet organe jusqu'à la mort, il ne s'écoule pas plus de deux ans.

Selon les statistiques, seules 2 personnes atteintes d'un cancer du pancréas sur cent survivent sans récidive à 5 ans. Mais si une opération radicale a été réalisée avec succès au tout début de la maladie, 27% des patients ont la possibilité de rester en vie.