Caractéristiques de la rééducation après le retrait de l'appendicite

La rééducation après une appendicite dure environ deux mois, durant lesquels le patient doit adhérer à certaines restrictions. Son terme dépend de l'état de santé général de la patiente, de son âge et de la présence de complications avant ou après la chirurgie.

Restaurer plus rapidement les personnes jeunes et d'âge moyen, adhérer à un mode de vie actif. Les enfants et les patients en surpoids ont besoin de plus de temps pour retrouver une vie normale et normale.

Les premiers jours après la chirurgie

À la fin de l'opération, le patient sur le chariot est transporté vers le service, où il sera sous la surveillance étroite du personnel médical afin de surveiller le processus de récupération de l'anesthésie. Afin de prévenir la suffocation en cas de vomissement, qui peut être dû à l'effet secondaire du médicament, le patient est retourné du côté sain. S'il n'y a pas de complications, 8 heures après l'opération, le patient peut se lever et faire des mouvements prudents. Après le retrait de l'appendicite, des analgésiques injectables sont prescrits pendant plusieurs jours, ainsi que des antibiotiques pour la prévention des complications infectieuses.

Si vous vous conformez à toutes les recommandations du médecin, le rétablissement après une appendicite est généralement sans complications. Les premiers jours sont les plus difficiles pour le patient. En règle générale, le temps passé à l'hôpital ne dépasse pas 10 jours.

Pendant cette période, conduisez:

  • surveillance quotidienne de la température corporelle;
  • mesure régulière de la pression artérielle;
  • contrôle de la récupération de la miction et de la défécation;
  • inspection et ligature de la suture postopératoire;
  • contrôle du développement de possibles complications postopératoires.

Lorsque l'appendicite est retirée, la période postopératoire, à savoir sa durée, sa gravité et la présence de complications, dépend en grande partie de la méthode d'intervention choisie (laparoscopie ou chirurgie abdominale).

Nutrition après la chirurgie

La rééducation après une appendicite consiste à suivre un certain régime pendant au moins deux semaines. Le premier jour postopératoire, vous ne pouvez pas manger, il est uniquement permis de boire de l'eau plate et minérale sans gaz ou du kéfir à 0% de matières grasses. Le deuxième jour, il est nécessaire de commencer à manger pour restaurer le tractus gastro-intestinal. Vous devriez manger des aliments qui ne provoquent pas de ballonnements ni de sensation de lourdeur dans les intestins. Le régime alimentaire doit être fractionné: il est recommandé de manger en petites portions, réparties en 5 ou 6 réceptions.

Recommandation: Dans la période postopératoire, l'utilisation de produits laitiers faibles en gras est utile. Ils contribueront à la normalisation rapide du tractus gastro-intestinal et à la restauration de la microflore intestinale brisée après la prise d'antibiotiques.

Produits autorisés dans la période postopératoire

Les trois premiers jours après la chirurgie, vous devez manger de la gelée ou une consistance liquide facilement digestible. Les aliments suivants sont autorisés:

  • des bouillies liquides;
  • purée de pommes de terre, carottes, courgettes ou potiron;
  • eau de riz;
  • yaourt ou kéfir faible en gras;
  • viande de poulet bouillie sous forme minable;
  • bouillon de poulet;
  • gelée et gelée.

Le quatrième jour, vous pouvez ajouter du pain noir ou au son, des pommes au four, de la purée de pommes de terre à l'aneth et au persil, des céréales dures, de la viande bouillie et du poisson maigre à l'alimentation. Chaque jour, il sera possible d’élargir de plus en plus la liste des produits en reprenant progressivement le régime alimentaire habituel du patient. Régime alimentaire utilisé doit être obligatoirement convenu avec votre médecin. Malgré certaines limitations, vous avez besoin d’une alimentation complète, riche en vitamines et en minéraux, car pendant la période de réadaptation, le corps a besoin d’un soutien supplémentaire.

Parmi les boissons autorisées décoction de rose sauvage, jus dilués fraîchement pressés, compotes, eau minérale sans gaz, tisane ou thé noir faible. La quantité de liquide consommée par jour devrait être de 1,5 à 2 litres.

Produits interdits dans la période postopératoire

Après avoir quitté l'hôpital pendant 14 jours supplémentaires après le retrait de l'appendicite, il n'est pas autorisé à utiliser des produits susceptibles de provoquer une irritation de la membrane muqueuse, la formation de gaz et des processus de fermentation dans l'intestin. Tout d'abord, le but d'un tel régime est de prévenir la rupture des sutures internes et de réduire la charge nutritionnelle du corps. Il est nécessaire de respecter les règles suivantes:

  • limiter la quantité de sel;
  • ne pas ajouter d'épices et d'assaisonnements pendant la cuisson, ainsi que du ketchup et de la mayonnaise;
  • exclure du régime des légumineuses;
  • refuser les produits de boulangerie;
  • évitez de manger des légumes comme les tomates, les poivrons, le chou et les oignons crus;
  • éliminer complètement les viandes fumées, les saucisses, les viandes grasses et le poisson.

En période postopératoire, il est également interdit de boire des boissons gazeuses, du jus de raisin et du chou, et des boissons contenant de l'alcool.

Activité physique dans la période postopératoire

En cours de rééducation après le retrait, l'appendicite doit respecter certaines restrictions en matière d'activité physique. Cela accélérera la récupération et minimisera le risque de complications possibles. Il est permis de sortir du lit et de marcher trois jours après l'opération. Lors de la première période de récupération, il est recommandé d'utiliser une bande de soutien, en particulier pour les patients en surpoids.

Astuce: pour éviter la divergence des coutures, il est recommandé de tenir l'abdomen lorsque vous effectuez des mouvements brusques tels qu'éternuer, tousser ou rire.


Un mode de vie sédentaire au cours du processus de réadaptation n’est pas moins dangereux qu’un effort physique intense. Cela peut entraîner la formation d'adhérences, une altération de la circulation sanguine ou le développement d'une atrophie musculaire. À cet égard, presque immédiatement après l'opération, en consultation avec le médecin en décubitus dorsal, il est recommandé de réaliser un complexe spécial de thérapie par l'exercice.

Au cours des deux premiers mois, l'activité physique devrait être limitée aux promenades quotidiennes et aux exercices thérapeutiques. Pendant cette période, il est interdit de porter et de soulever des poids pesant plus de 3 kg. Après 14 jours après l'opération, s'il n'y a pas de contre-indications, il est permis de reprendre la vie sexuelle. Lorsque la cicatrice postopératoire est complètement cicatrisée, une visite à la piscine est recommandée.

Plus d'informations sur les règles de nutrition après une appendicite peuvent être retirées de la vidéo:

Mais peut-être est-il plus correct de traiter non pas l'effet, mais la cause?

Nous vous recommandons de lire l'histoire d'Olga Kirovtseva, comment elle a guéri son estomac. Lire l'article >>

Antibiotiques pour l'appendicite

En plus de l'appendicectomie, l'utilisation d'antibiotiques pour l'appendicite est la plus largement étudiée et n'est généralement pas considérée comme le traitement principal.

Un certain nombre de petites études montrent l'efficacité de l'utilisation d'antibiotiques pour la seule appendicite. Cependant, le choix d'un tel traitement devrait tenir compte de la fréquence élevée des rechutes. Le retrait chirurgical de l'appendice a été établi comme norme pour le traitement de l'appendicite aiguë.

Le plus souvent, à la suite d'une appendicite et après une appendicectomie, des complications infectieuses-inflammatoires se produisent. Ces complications peuvent aller de la simple suppuration d'une plaie à des complications graves, telles qu'un choc septique avec défaillance de plusieurs organes.

L'utilisation d'antibiotiques pour l'appendicite

Les indications, le type et la durée de l’antibiothérapie font l’objet de nombreuses études et discussions. L'utilisation la plus répandue d'antibiotiques pour la prévention des infections de plaies. Il ne fait guère de doute que l'administration d'une seule dose d'antibiotiques à large spectre avant une intervention chirurgicale réduit considérablement le risque de suppuration de la plaie. Chez les patients n'ayant pas bénéficié d'une prophylaxie antibiotique préopératoire, des complications infectieuses dans la plaie ont été détectées à une fréquence de 9% à 30% au cours des premiers stades de l'appendicite. Dans les stades avancés, les complications de plaies infectieuses atteignent 80%. Il a été démontré que l'administration prophylactique d'antibiotiques avant une appendicectomie réduit la fréquence d'infection de la plaie chez les patients souffrant d'une appendicite non compliquée à moins de 5%.

L'évaluation de l'efficacité de divers antibiotiques pour l'appendicite fait l'objet de nombreuses études. Depuis plusieurs décennies, les aminosides sont utilisés dans le traitement antibiotique après une appendicectomie. Ils présentent une excellente activité contre les microorganismes à Gram négatif et sont peu coûteux. Cependant, le coût élevé du suivi du taux d'antibiotiques dans le sang contribue au coût total de leur utilisation. L'utilisation d'aminoglycosides est associée à un risque d'ototoxicité de 10% et à une fréquence d'effets néphrotoxiques supérieure à 25%. L’aztréonam a un spectre d’activité similaire à celui des aminosides vis-à-vis des microorganismes aérobies gram-négatifs. Dans le même temps, lors de l'utilisation de l'aztréonam, il n'est pas nécessaire de surveiller le taux de médicament dans le sang et il n'y a aucun risque d'oto-et de néphrotoxicité. Ainsi, l'aztréonam est un excellent choix en association avec la clindamycine ou le métronidazole (en tant que médicaments agissant sur les microorganismes anaérobies). Les céphalosporines sont largement étudiées en tant que médicament à large spectre pour la monothérapie. Avec la céphalosporine en monothérapie, la prescription du médicament est moins difficile, mais sa toxicité globale est également moindre. Pour les maladies infectieuses et inflammatoires du tractus gastro-intestinal, telles que l'appendicite, il est largement recommandé d'utiliser des céphalosporines de deuxième génération, telles que le céfotétan et la céfoxitine. Le céfamandol et la céfopérazone ont une activité plus faible contre Bacteroides fragilis et, par conséquent, en cas d'appendicite, ils ne doivent pas être considérés comme des médicaments de première intention. Les fluoroquinolones, telles que la ciprofloxacine, sont souvent utilisées en association avec un second médicament, tel que le métronidazole, agissant sur les bactéries anaérobies. Les antibiotiques tels que l'imipénème sont très efficaces en monothérapie. De tels médicaments sont souvent gardés en réserve en cas de sepsis généralisé ou d'infection intra-hospitalière et ne devraient donc pas être largement utilisés en cas d'appendicite non compliquée.

La durée du traitement antibiotique pour l'appendicite est moins étudiée. Avec une simple appendicite, une seule administration prophylactique d'un antibiotique avant la chirurgie suffit. En cas d'appendicite destructive, un antibiotique peut être prescrit dans un délai court (1 jour) après la chirurgie. Dans le cas d'une appendicite perforée, il est recommandé de procéder à une administration complète d'antibiotiques d'une durée de 7 à 10 jours. La durée du traitement antibiotique est souvent basée sur l'observation clinique. Souvent, les antibiotiques sont prescrits jusqu'à ce que le patient ait de la fièvre ou une amélioration clinique dans les 24 à 48 heures.

Appendicite purulente, période postopératoire - traitement, exercice, régime

L'appendicite est l'une des opérations les plus simples et les plus communes. Il y a un risque d'inflammation de l'appendice chez les nouveau-nés et les personnes âgées.

Dans la structure de cette pathologie, la plupart des cas sont des appendicites simples, qui sont éliminées par la méthode laparoscopique, sans effectuer de coupe complète. Cependant, les formes compliquées nécessitent une chirurgie abdominale complète et davantage d'attention en début et en fin de période postopératoire.

Caractéristiques de la période postopératoire avec appendicite purulente

Les patients avec une appendicite purulente reçoivent un peu plus d'attention que ceux qui ont eu une appendicite non compliquée, ce qui est associé à un risque accru de complications à la fois en début et en fin de période postopératoire.

Comme dans le cas d'une variante non compliquée d'inflammation de l'annexe, avec une version purulente de la maladie, une augmentation de la température corporelle est possible. Il s’agit d’une réaction naturelle du corps à la chirurgie. Toutefois, dans le cas d’une appendicite purulente, l’élévation de la température est souvent plus prononcée et prolongée.

Les premiers jours après la chirurgie doivent être aussi doux que possible en termes d'activité physique et de nutrition.

Cependant, dans le cas de l'activité motrice, il est important de maintenir un équilibre - d'une part, il est important de ne pas en faire trop, ce qui déclencherait le développement de complications, d'autre part, le mouvement est l'un des principaux facteurs de prévention des maladies adhésives qui accompagnent toute intervention chirurgicale.

Une attention particulière est portée aux soins de la plaie postopératoire, ce qui permet non seulement d'éviter les complications purulentes, mais également de détecter rapidement certaines anomalies au cours de la période postopératoire.

Comment se passe le premier jour après une appendicectomie?

Les caractéristiques du déroulement du premier jour après l'intervention chirurgicale pour inflammation de l'annexe dépendent à la fois du type d'anesthésie et du fait que l'appendicite est compliquée ou non.

Le plus souvent, on utilise soit une anesthésie générale, soit une anesthésie rachidienne ou épidurale. Sous anesthésie générale, le patient se réveille au bout d'un certain temps après l'intervention, ne se souvenant plus de rien depuis l'injection.

Dans le cas d'une anesthésie rachidienne ou épidurale, tout est un peu différent, le patient est toujours conscient. Chaque option a ses propres avantages et inconvénients purement médicaux, tandis que les opinions des patients sont également partagées - certains considèrent qu'il est préférable de dormir aussi longtemps que possible, d'autres n'aiment pas une période de récupération un peu plus désagréable après une anesthésie générale.

La nutrition le premier jour dépend essentiellement de l'hôpital et du spécialiste. Il arrive également que même l’eau soit interdite le premier jour et que la nourriture essuyée soit parfois autorisée.

Dès l’activité motrice, maximum le premier jour - retournez-vous et asseyez-vous au lit.

Quels antibiotiques prescrits après le retrait de l'appendicite

L'utilisation de médicaments antibactériens en chirurgie de terrain pour l'appendicite compliquée et non compliquée a considérablement réduit le risque de complications, en particulier au début de la période postopératoire.

Afin de prévenir les complications septiques dans les premiers jours de la période postopératoire, des agents antibactériens à large spectre d'action sont utilisés, car on ne sait pas à l'avance quelles espèces microbiennes sont les plus dangereuses dans chaque cas particulier.

Quelle est la durée de la période postopératoire

La période postopératoire, et elle fait référence au temps écoulé depuis la fin de la chirurgie et jusqu'au rétablissement complet, il est de coutume de diviser conditionnellement en début et en fin.

La période postopératoire précoce dure six jours et passe presque toujours dans l'enceinte de l'hôpital, car le risque de développer des complications potentiellement mortelles est à ce moment le plus élevé. La période postopératoire tardive s'étend du sixième jour au rétablissement complet.

Les risques de complications à ce moment sont un peu moins importants, cela passe souvent à la maison.

Pour combien de jours de congé de maladie après une appendicite

La durée pour laquelle un hôpital peut être délivré directement dépend de la législation du pays dans lequel il a été délivré, des caractéristiques de cette intervention chirurgicale, de la présence ou de l'absence de complications ainsi que de l'état général du corps.

Dans certains cas, principalement pendant le retrait laparoscopique, sans effectuer de chirurgie abdominale, la feuille d’invalidité peut être délivrée pendant trois jours. En l’absence de complications, de la bonne condition du patient et de son désir, l’hôpital peut être si court.

En cas d'appendicite simple et de chirurgie laparoscopique (également sans complications), la liste des malades peut être donnée pour une période de cinq à dix jours - avec ce type d'intervention, le traumatisme est minime et le rétablissement est aussi rapide que possible.

Des options compliquées, telles qu'une appendicite purulente, phlegmoneuse et gangréneuse, nécessitent une chirurgie abdominale complète. Dans ce cas, la durée de l'invalidité peut aller jusqu'à trente jours.

En cas de complication ou de préservation de l'état grave d'un patient, la durée d'une hospitalisation peut être prolongée de plus de trente jours par une commission médicale.

Quelles recommandations donnent le patient après le retrait de l'appendicite

Quel type de régime devrait être suivi

Le premier jour après la chirurgie, en particulier si le patient se rend chez un médecin à l'ancienne, il peut lui être interdit non seulement de manger, mais aussi de boire.

En outre, la nourriture consiste principalement en bouillie chaude en purée ou en soupes. Il est recommandé d'inclure dans le régime des produits à base de lait fermenté capables de normaliser la motilité intestinale (après une anesthésie générale, on observe souvent une inhibition prononcée).

Après une semaine, vous pouvez reprendre un régime plus familier, mais sans excès: les graisses lourdes, les aliments frits et l’alcool sont contre-indiqués. La meilleure option est une alimentation saine et équilibrée.

Activité physique permise

En ce qui concerne les activités physiques appropriées, le consensus entre spécialistes n’a pas fonctionné. Les médecins de l'ancienne école recommandent généralement de s'abstenir de toute activité physique, en particulier au début de la période postopératoire.

D'autre part, il existe des preuves qui témoignent en faveur d'un exercice précoce. Ainsi, il existe des études dont les résultats suggèrent une réduction de la probabilité de développement d'une maladie adhésive chez les patients parcourant quelques kilomètres par jour.

Cependant, l'option généralement acceptée est envisagée le deuxième jour après la chirurgie, avec l'autorisation de se coucher et de s'asseoir et de marcher le troisième ou le quatrième jour.

Ceci s’applique à la chirurgie abdominale, avec retrait laparoscopique, le mode moteur est développé beaucoup plus tôt.

Complications possibles

Les problèmes de diagnostic opportun et de traitement approprié (ou de qualité) peuvent entraîner le développement de complications assez graves, souvent mortelles, de cette maladie apparemment frivole.

Une des complications les plus fréquentes est la suppuration postopératoire des plaies, qui se produit parfois même en cas d'utilisation d'agents antibactériens.
Péritonite, ou inflammation du péritoine - sans traitement opportun en utilisant des méthodes chirurgicales et une antibiothérapie massive est fatal.

Infiltration - Cette formation se forme en l’absence de traitement rapide des tissus de l’appendice lui-même, ainsi que des organes environnants (principalement le gros et le petit intestins, ainsi que l’omentum).

Abcès dans la cavité abdominale - peut survenir à la suite de l'apparition d'un épanchement infecté, dans le cas des hématomes intra-abdominaux, ainsi que dans les situations où l'un ou l'autre problème survient avec des points de suture du moignon appendiculaire.

Phlegmon s'étendant à l'espace rétropéritonéal. État pathologique assez grave dans lequel le processus pathologique n'est pas clairement délimité des tissus sains.

Thrombophlébite des membres inférieurs et des veines pelviennes, pyléphlébite, thromboembolie pulmonaire.

Comment est la récupération après le retrait de l'appendicite chez les enfants

Dans l'enfance, la période de récupération est souvent même plus courte que chez l'adulte. Un problème important en termes de diagnostic opportun peut être celui de l'appendicite chez les jeunes enfants.

Cependant, une récupération rapide n'est possible que si l'enfant et ses parents suivent clairement les recommandations reçues concernant le mode moteur et la nutrition, en particulier dans les premiers jours suivant la chirurgie.

Le principal problème ici est de faire en sorte que l’enfant respecte toutes les recommandations, ce qui est parfois assez difficile. Il est également important de prévenir le plus tôt possible les maladies de l'adhésif qui, même si elles surviennent moins souvent chez les enfants que chez les adultes, sont toujours possibles.

Le retrait de l'annexe est considéré comme l'une des interventions chirurgicales les plus simples. Cependant, l’attitude frivole du patient à l’égard de la période postopératoire menace potentiellement un certain nombre de complications, dont certaines devront faire l’objet d’une intervention chirurgicale répétée.

De plus, si toutes les recommandations sont suivies, le risque de complications au début ou à la fin de la période postopératoire est minime.

En savoir plus sur le type de régime à suivre une fois l'opération détectée lors du visionnage d'une vidéo:

Antibiotiques pour et après l'appendicite

La principale approche dans le traitement de l'appendicite reste exclusivement une intervention chirurgicale. Des antibiotiques pour et après une appendicite sont prescrits sauf pour la prévention et le traitement des complications infectieuses postopératoires.

Traitement de l'appendicite avec des antibiotiques

L'appendicite aiguë ne peut être traitée uniquement avec des antibiotiques - un traitement médicamenteux complète uniquement la procédure de traitement chirurgical de la maladie.

Indications d'utilisation des antibiotiques pour l'appendicite

Les indications comprennent: la prévention de l'apparition de processus infectieux anaérobies se développant après une chirurgie péritonéale, ainsi que les infections intra-abdominales, y compris les abcès du péritoine, ainsi que la péritonite.

Antibiotiques après le retrait de l'appendicite

Au début de la période postopératoire (2 premiers jours), des antibiotiques sont prescrits au patient pour prévenir le risque d'infection.

Formulaire de décharge

Zinatsef est un antibiotique de la catégorie des médicaments de la dernière génération. Il aide à éliminer les microbes pathogènes de différentes espèces. Il est entré par des injections - dans / m ou dans / dans.

Dalacin est un antibiotique qui agit efficacement sur divers types de bactéries, qui sont les agents responsables des processus purulents-inflammatoires. Il peut être pris oralement ou entré de manière différente dans / m ou /.

Metrogyl est un antibiotique ayant un effet puissant sur les bactéries et les microbes unicellulaires les plus simples vivant en l'absence d'oxygène. Le médicament est souvent utilisé dans le traitement de l'appendicite aiguë.

Tyenam combine un antibiotique et une enzyme qui prévient sa destruction. Cela permet au médicament d'éviter la scission lors du passage par les reins, ainsi que la destruction sous l'influence d'enzymes bactériennes. Affecte efficacement les microbes pathogènes de divers types. Utilisé dans le traitement du stade aigu de l'appendicite, se présentant sous forme sévère.

L'imipine est un antibiotique qui élimine efficacement la plupart des bactéries pathogènes. Il est résistant aux enzymes bactériennes qui détruisent d'autres antibiotiques. Il est prescrit lors du passage de l'appendicite à une forme sévère, en cas d'échec des autres médicaments antibactériens.

Meronem a des propriétés similaires à celles d'Imipina, mais il est moins susceptible d'être détruit lors du passage par les reins. Il est donc considéré comme un moyen plus efficace.

Les propriétés des antibiotiques au et après l'appendicite sont considérées dans l'exemple du médicament Zinacef.

Pharmacodynamique

Le médicament est un antibiotique de la catégorie des céphalosporines (2e génération). Son ingrédient actif est le céfuroxime, qui possède des propriétés bactéricides. Ce composant agit sur les anaérobies et les aérobies individuels Gram négatif et positif (parmi eux, les microbes qui produisent la b-lactamase).

Pharmacocinétique

Après l'introduction de la substance active dans la concentration maximale dans le sérum sanguin / m, elle est atteinte après 30 à 45 minutes et après l'introduction de la substance active / après 10 à 15 minutes. Le céfuroxime est capable de passer activement dans tous les liquides et tous les tissus. Aux concentrations thérapeutiques, il s'accumule dans les os, les tissus mous, les expectorations, la peau et la bile, ainsi que dans les liquides pleural et intraoculaire et le myocarde.

La liaison de l'ingrédient actif aux protéines plasmatiques est comprise entre 35 et 50%. Le céfuroxime ne passe pas par la voie du métabolisme et sa demi-vie est de 1,2 heure. Il convient de noter que cette période peut être de 4 à 5 fois plus longue chez les nouveau-nés et les personnes âgées, ainsi que chez les patients présentant des troubles du travail des reins.

Affiche les médicaments par les reins, presque inchangés (85-90%), pendant la journée. Mais la majeure partie de la substance active est affichée au cours des 6 premières heures.

Utilisation d'antibiotiques pour l'appendicite pendant la grossesse

Pendant la grossesse, vous ne pouvez pas prescrire le médicament Dalatsin.

Metrogil est contre-indiqué au premier trimestre, mais si nécessaire, le médecin peut le prescrire aux deuxième et troisième trimestres, en tenant compte d'éventuelles conséquences négatives pour le fœtus.

Zinacef est également interdit au premier trimestre. Aux 2ème et 3ème trimestres, et en plus de la période de lactation, le médicament est prescrit avec prudence.

Contre-indications

L'intolérance individuelle de chacun des composants et des principes actifs des médicaments est un contre-médicament. Dalatsin et Metrogil ne peuvent pas être pris en présence de troubles graves des reins avec le foie.

Zinatsef ne doit pas être prescrit si le patient a tendance à développer des saignements ou des pathologies gastro-intestinales (par exemple, la colite ulcéreuse).

Metrogyl est interdit aux enfants de moins de 2 ans et s'accompagne de lésions organiques du système nerveux central (telles que l'épilepsie) et d'une tendance aux crises d'épilepsie. Il est également impossible de prescrire si le patient a des maladies du sang (également dans l'anamnèse). Les patients de moins de 18 ans ne peuvent pas associer le médicament à l’amoxicilline.

Dalacin n'est pas prescrit aux nourrissons avant le premier mois de naissance, ainsi que pour la colite provoquée par l'utilisation de médicaments antibactériens (également dans les antécédents).

Effets secondaires des antibiotiques pour l'appendicite

Parmi les effets indésirables liés à la prise de tels antibiotiques, les vertiges, les maux de tête, les convulsions, les nausées, la diarrhée, ainsi que les éruptions cutanées, l'urticaire et le prurit, l'anaphylaxie, la thrombocytose et la leucopénie, ainsi que le muguet peuvent également se produire le plus souvent.

En raison de l'utilisation de Zinatsef, les réactions suivantes peuvent survenir rarement:

  • Organes NA: déficience auditive;
  • organes du système gastro-intestinal: douleur dans la région épigastrique et, en outre, colite pseudomembraneuse;
  • organes du système génito-urinaire: troubles des reins;
  • organes du système hématopoïétique: éosinophilie, ainsi que la forme hémolytique de l'anémie;
  • allergies: œdème de Quincke, bronchospasme, syndrome de Lyell;
  • parmi les réactions locales: douleur et rougeur, ainsi que l'apparition d'un abcès au site d'injection; dans le cas d'une administration par voie intraveineuse, une phlébite ou une thrombophlébite peut se développer.

L'utilisation de Metrogil peut entraîner les effets secondaires suivants:

  • Organes NA: problèmes d'orientation dans l'espace et de coordination des mouvements, trouble de l'éveil et du sommeil, ainsi qu'un sentiment de confusion. En outre, il peut exister un sentiment de faiblesse ou d'irritabilité, ainsi qu'une excitabilité accrue, des hallucinations sont possibles. Dans des cas isolés, une polyneuropathie se développe;
  • Organes gastro-intestinaux: constipation, goût métallique ou sécheresse de la bouche, développement d'anorexie, de glossite ou de stomatite. Il est également possible l'apparition de troubles du pancréas (maladies telles que la pancréatite);
  • organes du système génito-urinaire: apparition de brûlures, de démangeaisons et de rougeurs dans la région périnéale, développement de polyurie ou de dysurie et assombrissement de l'urine;
  • autres réactions: rhinite allergique, élévation de la température et, en outre, modification des résultats de l’ECG et neutropénie.

L'utilisation de Meronema ne provoque généralement pas d'effet indésirable, mais dans certains cas, des symptômes tels que la dyspepsie, l'anémie, l'œdème de Quincke et des modifications des tests de la fonction hépatique peuvent survenir.

Posologie et administration

La posologie de Zinatsef chez l’adulte est de 0,5 à 1,5 g trois fois par jour toutes les 8 heures. Pour les enfants, la posologie est calculée dans un rapport de 30 à 100 mg / kg toutes les 6 à 8 heures.

Dalacin par voie orale - pour les adultes, la posologie est de 0,15 à 0,6 g toutes les 6 heures. Pour les enfants, il est de 10-20 mg / kg. Avec l'introduction de / dans ou dans / m pour les adultes, la posologie est de 0,3 à 0,6 g avec un intervalle de temps de 8 à 12 heures et pour les enfants de 10 à 40 mg / kg avec un intervalle de temps de 6 à 8 heures.

Metrogyl peut être utilisé aussi bien dans les solutions injectables que dans les comprimés. La posologie est choisie par le médecin traitant - elle dépend du degré d’exacerbation de l’appendicite, ainsi que de l’âge du patient.

Tienam pour les adultes avec l'introduction de / dans prescrit à une dose de 0,5 g du médicament (c'est 50 ml de solution injectable) avec un intervalle de 6 heures. Dans le cas de l'introduction de a / m, la posologie est de 0,75 g du médicament avec un intervalle de 12 heures.

Imipenem requis pour entrer dans / dans le chemin. Pour les adultes, le dosage du médicament est de 2 g par jour.

Meronem est introduit dans / dans la méthode. Pour les patients adultes, la posologie est de 0,5 g du médicament avec un intervalle de 6 heures ou de 1 g à un intervalle de 8 heures. Pour les enfants, la posologie est calculée dans un rapport de 20-30 mg / kg de poids corporel. Lorsque je / m administration, la posologie pour un adulte est 0,3-0,75 g 2-3 fois par jour.

Combien de jours ils injectent des antibiotiques après une appendicite

La durée du traitement aux antibiotiques au cours de la période de rééducation après une intervention chirurgicale pour enlever une appendicite dépend de plusieurs facteurs.

Dans le cas où le foyer infectieux est éloigné, le traitement aux antibiotiques prend 24 heures après la procédure. De telles complications surviennent dans de tels cas:

  • lors du retrait de l'appendicite, avoir une forme gangréneuse.

Processus infectieux faible implique la prise d'un traitement antibiotique de 48 heures. Peut se produire dans ces conditions:

  • le développement de processus infectieux intra-abdominaux de différentes étiologies avec des foyers purulents locaux;
  • lésions tardives (plus de 12 heures plus tard) des intestins ou de ruptures gastroduodénales, dans lesquelles une péritonite prononcée ne se développe pas.

Un processus infectieux modéré nécessite cinq jours de traitement aux antibiotiques. Peut se développer dans de tels cas:

  • processus infectieux prononcé (de type mixte) dans le péritoine.

Une infection grave nécessite un traitement de plus de 5 jours. Peut se produire en raison de telles violations:

  • processus infectieux grave dans le péritoine provenant d'une source difficile à contrôler (par exemple, en raison du développement d'une forme infectée de nécrose pancréatique);
  • processus infectieux postopératoire dans le péritoine.

Surdose

En cas de surdosage de Zinacef, le développement de tels signes (organes de l'Assemblée nationale) est possible: apparition de convulsions, état de surexcitation, apparition de tremblements. Un traitement symptomatique est nécessaire pour éliminer ces manifestations du trouble. En cas de surdosage grave, une dialyse péritonéale ou une hémodialyse sont nécessaires pour réduire la concentration de la substance active dans le corps.

En raison du surdosage de Metrogyl, les patients développent des symptômes tels que des vomissements accompagnés de nausée, de maux de tête et d’ataxie. En cas de surdosage aigu (sous forme sévère) de métronidazole, une crise d'épilepsie ou de polyneuropathie peut se développer. Pour éliminer les symptômes, il est nécessaire de procéder à un lavage gastrique et de donner au patient des entérosorbants.

Interactions avec d'autres médicaments

En raison de la combinaison de Zinatsef et d’autres médicaments néphrotoxiques (par exemple, les diurétiques de type «loop» ou les aminosides), leurs effets toxiques sur les reins augmentent, en particulier chez les patients âgés ou ayant déjà présenté une insuffisance rénale. L'ingrédient actif de Zinatsef inhibe la synthèse d'un groupe de la vitamine K. De ce fait, lorsque le médicament est associé à des AINS, l'agrégation des plaquettes s'empire, entraînant un risque accru de saignement. Un effet similaire est également évident en raison de la combinaison de céfuroxime et d’anticoagulants.

Lorsque Metrogil se combine avec des anticoagulants d’exposition indirecte, le temps de prothrombine augmente. En outre, ce médicament provoque une intolérance à l'éthanol. En cas d'association de l'ingrédient actif Metrogyl (métronidazole) et du disulfirame, le risque de complications neurologiques peut augmenter. Par conséquent, vous devez diluer l'administration de ces médicaments à temps - après la fin du traitement par le disulfirame, vous pouvez commencer le traitement par Metrogil au moins 2 semaines plus tard.

La connexion avec la cimétidine diminue le taux métabolique de la substance active dans le foie, ce qui augmente son taux d'accumulation dans le plasma sanguin. Cela entraîne un risque accru de réactions indésirables. Les médicaments qui stimulent les enzymes oxydantes microsomales dans le foie augmentent le taux d'élimination et le métabolisme du métronidazole.

Dans le cas de l'utilisation de Metrogil avec du lithium, les médicaments augmentent la concentration de lithium dans le sang. Les propriétés du métronidazole sont renforcées lorsqu’elles sont associées à des sulfamides, ainsi qu’à d’autres médicaments ayant des effets antimicrobiens.

Dalacin ne peut pas être associé à l’ampicilline, à l’érythromycine, mais aussi au gluconate de calcium, aux barbituriques, au sulfate de magnésium et à l’aminophylline. En cas d'association d'antidiarrhéiques, le risque de colite pseudo-membraneuse peut augmenter. Dalatsin améliore également les propriétés des relaxants musculaires, grâce à quoi ces médicaments ne peuvent être combinés que sous la surveillance du médecin traitant.

Il n'est pas recommandé de prescrire Tienam en association avec du probénécide car il existe dans ce cas une légère augmentation de la demi-vie de Tienam et de sa concentration plasmatique. Lorsque le médicament est associé à l'acide valproïque, le niveau de sa concentration dans le sérum diminue. En conséquence, l'activité convulsive peut augmenter - il est donc nécessaire de surveiller de près le niveau de concentration d'acide valproïque lorsqu'il est associé à Tienam. Il n'est pas permis de mélanger Tiens et d'autres antibiotiques dans une seringue, mais une administration simultanée isolée avec des aminosides est autorisée.

L'association de Meronema et de médicaments potentiellement néphrotoxiques peut provoquer des réactions indésirables. En outre, Meronem peut réduire considérablement la concentration d'acide valrproïque. Par conséquent, ses performances doivent être surveillées attentivement lors de l'utilisation combinée de ces médicaments. Le probénécide est en mesure d’influencer la durée de la demi-vie de Meronem, en sorte que sa concentration dans le sang augmente.

Appendicite. Diagnostic et traitement. Récupération après enlèvement

Diagnostic de l'appendicite

Examen du patient avec une appendicite

Laparoscopie diagnostique pour l'appendicite

Tests d'appendicite

Échographie d'appendicite

Diagnostic de l'appendicite chronique

Changements possibles dans l'appendicite chronique

  • identifier les signes d'inflammation.
  • leucocytose modérée;
  • augmentation de la vitesse de sédimentation des érythrocytes.
  • éliminer la pathologie des organes urinaires.
  • pas de changements pathologiques.

Échographie des organes abdominaux

  • identifier la pathologie de l'appendice;
  • éliminer la pathologie des organes pelviens et de l'abdomen.
  • épaississement (plus de 3 millimètres) du mur de l'appendice;
  • dilatation de l'appendice (diamètre supérieur à 7 millimètres);
  • un signe d'inflammation sous la forme d'une échogénicité accrue des tissus.

Radiographie de l'intestin avec un agent de contraste

  • identifier les signes d'effacement partiel ou complet de l'appendice.
  • retard d'un agent de contraste dans la lumière de l'annexe;
  • pas le passage d'un agent de contraste dans la cavité de l'appendice;
  • remplissage fragmenté de l'annexe.

Tomodensitométrie de la cavité abdominale

  • déterminer l'état de l'appendice;
  • éliminer la pathologie d'autres organes.
  • inflammation de l'appendice et des tissus environnants;
  • augmentation de la taille de l'appendice et de ses murs.
  • confirmation visuelle du diagnostic d'appendicite chronique;
  • exclusion d'autres pathologies des organes abdominaux.
  • modifications de l'annexe dues à une inflammation chronique (élargissement, courbure);
  • la présence d'adhérences entre les organes et les tissus entourant l'appendice;
  • hydropisie, mucocèle, empyème appendiculaire;
  • inflammation des tissus environnants.

Types d'opérations de suppression d'appendicite

Ablation de l'appendicite par la méthode classique (appendicectomie classique)

Tissu adipeux sous-cutané

L'aponévrose des muscles abdominaux obliques externes

Incision avec des ciseaux spéciaux.

Muscle abdominal oblique externe

Décalé sur le côté de l'écarteur (instrument chirurgical servant à retirer les tissus mous).

Muscles abdominaux obliques et transverses internes

Étaler avec deux instruments contondants - des pinces fermées - parallèlement aux fibres musculaires ou aux doigts.

Bias sur le côté avec un objet émoussé ou les mains.

(coque interne de la cavité abdominale)

Prenez deux pinces ou pinces et coupez-les entre elles avec un scalpel.

Sans attendre de péritonite: l'appendicite est traitée avec des antibiotiques

Le traitement antibiotique de l'appendicite aiguë chez les enfants est au moins aussi efficace que chez les adultes. Des recherches supplémentaires sont nécessaires sur l'application de cette méthode.

L'appendicite est une maladie bien connue qui, en règle générale, n'est pas difficile à diagnostiquer. Il s'agit d'une inflammation de l'appendice du caecum (appendice) de gravité variable. L’incidence de l’appendicite aiguë est de 4-5 cas pour 1000 personnes par an, elle se manifeste à tout âge, plus souvent chez les jeunes et les adultes. Parmi les maladies chirurgicales aiguës des organes abdominaux, l'appendicite aiguë est de 89,1%, ce qui la place au premier rang.

Le traitement standard de l'appendicite est une opération chirurgicale assez courante si l'appendicite ne se complique pas de perforation et de péritonite (inflammation du péritoine), pratiquée quotidiennement dans de nombreux départements chirurgicaux du monde entier. Récemment, la méthode de laparoscopie, qui permet de retirer l'appendice sans incision de la cavité abdominale, est de plus en plus utilisée.

La laparoscopie est une méthode moderne de chirurgie dans laquelle les opérations sur les organes internes sont effectuées à travers de petites ouvertures. Pour l'appendicite, une caméra est insérée dans un trou à l'intérieur d'un câble à fibre optique flexible pour surveiller la progression de l'opération et à travers le second - instruments chirurgicaux pour supprimer un processus.

La laparoscopie, étant une méthode chirurgicale moins traumatisante qu'une opération traditionnelle, reste néanmoins une méthode invasive et coûteuse pour le patient, la santé publique ou la compagnie d'assurance, en fonction de la personne qui paie le traitement. De plus, la rééducation du patient prend du temps, au cours duquel la qualité de vie est réduite.

En février de cette année, dans la revue Pediatrics, un groupe de scientifiques de l’Université de Southampton (Royaume-Uni) a publié un article présentant une synthèse systématique des données obtenues dans le cadre d’études sur le traitement conservateur de l’appendicite aiguë non compliquée chez les enfants.

Quel est ce traitement conservateur et surtout à qui est-il présenté?

À son admission à l'hôpital, l'enfant est diagnostiqué. En règle générale, une appendicite aiguë non compliquée est diagnostiquée sur la base des symptômes suivants, ne dépassant pas 36 heures:

  • douleur dans le plexus solaire ou au-dessus du nombril, migrant vers la région iliaque droite;
  • nausée, vomissement, manque d'appétit;
  • légère augmentation de la température.

Lors de l'examen sanguin, on observe une augmentation du nombre de leucocytes et d'autres marqueurs de l'inflammation: lors d'une échographie, une structure cylindrique incompressible de 0,8 à 1,1 cm sans masses fécales est observée dans la région iliaque droite. Les examens doivent confirmer que l’appendice n’est pas perforé.

L'enfant diagnostiqué reçoit des médicaments par voie intraveineuse à réhydrater tout en s'abstenant de manger et de boire jusqu'à ce que les nausées et les vomissements persistent. Ensuite, on prescrit au patient un ou deux antibiotiques à large spectre, également administrés par voie intraveineuse. Les analgésiques sont utilisés avec prudence afin de ne pas masquer l'augmentation de la douleur ou de la fièvre.

Si les symptômes disparaissent dans les 48 heures, l'enfant est renvoyé chez lui avec des antibiotiques pour administration orale dans les 10 jours, suivis d'une visite chez le médecin.

Outre le fait qu'un tel protocole de traitement coûte beaucoup moins cher qu'une intervention chirurgicale et qu'il est mieux toléré par le patient, il présente également de sérieux avantages moraux: l'enfant saute moins à l'école et ses parents travaillent moins, et ils évitent tous les deux le stress associé à une opération.

Un certain nombre d'études ont démontré l'efficacité du traitement conservateur de l'appendicite non compliquée. Quels sont les résultats de la méta-analyse publiée en février?

Un groupe de scientifiques dirigé par Nigel Hall, professeur au département de chirurgie pédiatrique de l'Université de Southampton, a analysé les données de la littérature médicale au cours des 10 dernières années et a inclus 10 études dans lesquelles 413 enfants ont bénéficié d'un traitement conservateur pour un traitement d'appendicite.

Nigel Hall. Photos de researchgate.net

Aucune des études n'a fait état de complications liées à ce type de traitement, bien que 14% de tous les patients, quelque temps après le traitement, aient été appliqués à l'hôpital pour une appendicite.

La professeure Hall, qui enseigne non seulement à l'université, mais est également consultante en exercice et chirurgienne à l'hôpital pour enfants de Southampton, a commenté les résultats de l'étude:

«L'appendicite aiguë est l'une des maladies les plus courantes dans le monde qui nécessite une intervention immédiate. La chirurgie est depuis longtemps la norme de choix en matière de traitement. Cependant, il s'agit d'une méthode invasive et coûteuse, sans oublier le fait qu'elle déprime moralement à la fois l'enfant et sa famille. Notre examen démontre que les antibiotiques peuvent être une méthode alternative pour traiter les enfants. Lorsque nous avons comparé les données de notre travail avec les études de la méthode chez l’adulte, nous étions convaincus que l’antibiothérapie de l’appendicite aiguë chez l’enfant est au moins aussi efficace que chez l’adulte. Il faut maintenant davantage de recherches sur l’application de cette méthode. ”

L'Institut national de recherche en santé a accordé une subvention de 483 000 £ pour un essai contrôlé randomisé qui sera mené par l'Université de Southampton en collaboration avec les universités de Bristol et de Liverpool et le University College London.

Actuellement, l’équipe de recherche de Nigel Hall effectue une étude préliminaire d’un an divisant les enfants atteints d’appendicite. Ils sont divisés en 2 groupes: l'un subit une intervention chirurgicale, l'autre - une antibiothérapie. Selon Hall, cela permettra à la fois d'obtenir des données sur l'efficacité comparative des deux méthodes et d'évaluer les possibilités de recrutement de participants dans le cadre d'une étude à grande échelle.

Antibiotiques pour l'appendicite

Traitement conservateur de l'appendicite aiguë avec des antibiotiques

L'appendicite est une inflammation de l'appendice ou le processus vermiforme du caecum. La maladie est aiguë et nécessite donc une intervention immédiate. Depuis l'époque soviétique en Russie, il est considéré que l'annexe doit être «découpée». Mais la médecine a déjà réussi à aller loin. Dans les pays médicalement développés, l'appendicite est de plus en plus traitée aux antibiotiques. Le traitement conservateur de l'appendicite aiguë n'est pas moins efficace que la chirurgie. En outre, les effets des antibiotiques sont beaucoup moins importants que ceux de l'opération.

Mythes et idées fausses sur l'appendicite

Il se trouve que dans la société russe, il existe de nombreux mythes et idées fausses sur l'inflammation de l'annexe. Ils sont tellement ancrés dans l'esprit de nombreuses personnes qu'il est parfois impossible de les convaincre. Vous devriez connaître la vérité sur l'appendicite au moins pour préserver votre santé:

  1. Beaucoup pensent que l'appendice peut être retiré à l'avance sans attendre qu'il s'enflamme. Ce n'est pas. Une annexe ne peut être retirée qu'après une inflammation. Si vous effectuez l'opération sans besoin urgent, vous pouvez subir de graves conséquences négatives. Par conséquent, aucun bon médecin ne pourra opérer une personne dont l'appendice n'est pas enflammé.
  2. On pense également que l'appendice ne peut s'enflammer que chez les enfants et les adolescents. Nier ce mythe peut aider les personnes confrontées à la maladie à l'âge adulte. De tels cas ne sont également pas rares. Ni l’âge ni le sexe n’influencent le risque d’inflammation de l’appendicite, mais le traitement conservateur de l’appendicite aiguë, c’est-à-dire l’utilisation d’antibiotiques, est inacceptable. Mais c'est aussi une illusion, car les pilules bien choisies aident souvent à soigner l'appendicite.
  3. C'est important! L'appendicite est la maladie la plus courante et la plus fréquente de la cavité abdominale. Vous pouvez vivre toute votre vie sans être confronté à une inflammation de l'annexe, mais les statistiques montrent que le risque est très élevé.

Pourquoi une annexe est-elle enflammée?

Il faut immédiatement dire que les causes exactes d'inflammation de l'appendice n'ont pas encore été établies. Le processus est plutôt imprévisible et les experts n’ont pas encore réussi à comprendre pourquoi la maladie se présente dans chaque cas particulier. Mais il y a 2 conditions à respecter pour l'apparition de la maladie:

  1. La présence de bactéries dans les intestins de l'homme.
  2. Encrassement de la lumière des selles de l'appendice.

Si ces conditions ne sont pas remplies ou si seulement 1 d'entre elles est remplie, l'annexe ne peut pas s'enflammer.

Beaucoup de gens croient que le risque d’inflammation augmente si une personne mange des graines, ainsi que les os de divers fruits. Les médecins ne le confirment pas, mais ils ne sont pas pressés de réfuter. Très probablement, la réaction de l'organisme à ces produits est individuelle et peut, chez certaines personnes, provoquer une maladie. De plus, les corps étrangers avalés par l'homme contribuent souvent à l'inflammation. Les enfants avalent souvent de petites parties de jouets. De là découle le mythe selon lequel l'appendicite n'est que chez les enfants.

Symptômes de l'appendicite

Afin de commencer le traitement de l'appendicite à temps, vous devez être capable de reconnaître ses symptômes. La symptomatologie de la maladie est très étendue, mais le premier signe et le plus sûr est une douleur aiguë et aiguë. Au début, il est même impossible de déterminer sa localisation - il semble que l’estomac dans la région intestinale soit douloureux.

Les symptômes les plus communs de l'appendicite:

  • une douleur aiguë dans l'abdomen qui, en 4-5 heures, «passe» dans la région iliaque droite;
  • diarrhée et vomissements - compagnons presque obligatoires de l'inflammation de l'annexe;
  • couleur sombre de l'urine;
  • bouche et langue sèches;
  • augmentation de la température corporelle à 39-40 degrés.

Peu de gens savent que, selon la structure du corps, une annexe pour différentes personnes peut se trouver à différents endroits - une personne est plus haute, une personne est plus basse. Si l'appendice est plus haut, la douleur sera ressentie du côté droit des côtes et, si elle est basse, elle fera mal dans la région pelvienne.

L'appendicite, qui n'a pas été guérie à temps, peut devenir chronique. Ce type de maladie a ses propres symptômes:

  • douleur récurrente sur le côté droit de l'abdomen;
  • douleur accrue lors de la marche, de la conduite et d'autres formes de mouvement;
  • la douleur est plus souvent ressentie que non.

Est-il efficace de traiter une appendicite avec des antibiotiques?

Les antibiotiques pour l'appendicite semblent à certains une absurdité, mais en fait c'est une méthode de traitement très efficace. L'essentiel est de comprendre que même pour un traitement aux antibiotiques, vous devez appeler une ambulance et vous rendre à l'hôpital. Après tout, les médicaments les plus importants sont injectés par voie intraveineuse, et seul un médecin ou une infirmière peut le faire. La réponse à la question de savoir s'il est possible de guérir une appendicite sans consulter un médecin est strictement négative.

Les scientifiques du monde entier ont mené des recherches à plusieurs reprises. Au cours de ces études, les patients ont pris 2 antibiotiques pendant 2 jours. Le premier était administré aux patients dans une veine toutes les 12 heures et le second toutes les 8 heures. Après cela, 7 jours plus tard, les patients prenaient le troisième antibiotique par voie orale (par la bouche). Les résultats de ces études étaient impressionnants. Dans 80% des cas, les patients se sont débarrassés de l'inflammation de l'annexe - celle-ci n'est pas moins efficace que la chirurgie. De plus, les complications après les antibiotiques sont moins fréquentes qu’après les interventions chirurgicales.

C'est important! Conservateur ou chirurgical - le traitement devrait toujours être opportun. C'est le traitement chirurgical qui permet de se débarrasser de la maladie, sans attendre ses progrès dans la phase chronique.

Quels antibiotiques sont utilisés?

Vous pouvez demander à votre médecin quels antibiotiques traitent habituellement l’appendicite. Il y a beaucoup d'argent et différents médicaments sont utilisés dans différents hôpitaux. Mais parmi eux sont les plus populaires et communs:

  • Zinatsef est un nouvel antibiotique qui tue efficacement les bactéries. Comme ce sont les bactéries qui stimulent le processus inflammatoire, le médicament présente des avantages évidents. Introduit par voie intramusculaire et intraveineuse.
  • Dalatsin - est une alternative au médicament précédent, mais peut également être pris par voie orale. Il peut être administré aux enfants âgés de plus d'un mois.
  • Metrogil est un autre médicament qui tue activement les parasites. Il est utilisé non seulement pour l'appendicite, mais aussi pour les ulcères d'estomac, la gastrite.
  • Imipenem est un antibiotique résistant aux enzymes de divers micro-organismes. Ce médicament est utilisé dans les formes graves de la maladie lorsque d'autres agents ne sont plus efficaces.
  • Tienam est un analogue approximatif du médicament précédent, mais ne convient pas au traitement de l’appendicite chronique. Il est utilisé uniquement pour une appendicite aiguë.
  • Meronem est un autre analogue d'imipénème, mais, selon de nombreux médecins, il est encore plus efficace.

Devrais-je compter sur les remèdes populaires?

La réponse à cette question est évidente - non. Les méthodes populaires contre l'appendicite sont inefficaces. Ils vont sûrement aider quelqu'un, mais tout cela est purement individuel et fortement embelli. Personne n'interdit d'essayer les remèdes populaires, mais ils doivent accompagner le traitement conservateur de l'appendicite avec des antibiotiques et ne pas le remplacer.

Si la chirurgie a été choisie à la place d'antibiotiques, les remèdes traditionnels peuvent aider la cicatrice à guérir rapidement. Diverses pommades et crèmes peuvent être appliquées seulement après avoir consulté votre médecin. Mais compter complètement sur la médecine traditionnelle n'est pas strictement recommandé.

Comment et dans quels cas faut-il utiliser des antibiotiques?

Le traitement conservateur de l'appendicite aiguë doit nécessairement être fondé sur un traitement antibiotique. La décision sur la nomination des antibiotiques ne peut que faire un médecin. L'auto-traitement est inacceptable! Si vous ignorez l'appel d'une ambulance et d'une visite à l'hôpital, une forme chronique de la maladie peut se développer (et se développera certainement).

Les principales raisons pour le traitement de l'appendicite avec des antibiotiques:

  1. Catarrhale (stade initial) de la maladie. Dans ce cas, les médicaments aident à éviter une intervention chirurgicale et à calmer l’appendice "qui fait rage".
  2. Se préparer à la chirurgie. Les médicaments et la chirurgie peuvent être combinés - c’est l’un des moyens efficaces de traiter l’appendicite. Prendre des pilules avant une opération réduit le risque de complications.
  3. Refus catégorique du patient de l'opération. Si le médecin recommande une intervention chirurgicale, mais que le patient insiste sur le contraire, un traitement médical sera effectué.
  4. Cas difficiles à diagnostiquer. Si l'hôpital n'est pas en mesure de déterminer avec précision si l'appendicite est ou non (la maladie est capable de «masquer»), les médicaments antibactériens aident à éviter une intervention chirurgicale inutile.

C'est important! Les médecins savent exactement quels principes de traitement des appendicites aiguës devraient être appliqués dans chaque cas. Si le médecin affirme qu'il est préférable d'effectuer l'opération, un adulte devrait à peine se disputer avec lui.

Preuve de l'efficacité du traitement médicamenteux. Des statistiques

Le traitement conservateur de l'appendicite aiguë est vraiment efficace. Pas toujours, car il y a des moments où on ne peut pas se passer d'opération. En particulier, il s'agit d'une appendicite chronique - elle doit toujours être «coupée». Mais le plus souvent, une antibiothérapie suffit à guérir complètement la maladie.

Ainsi, il y a plusieurs années, le British Medical Journal a mené une analyse à grande échelle de la condition de 900 personnes présentant un appendice enflammé. Parmi ceux-ci, 430 ont été opérés et 470 ont pris des antibiotiques. Le succès du traitement médicamenteux a été de 63% et dans 37% des cas, une intervention chirurgicale a néanmoins été nécessaire. De plus, chez les patients sous «comprimé», les complications survenues étaient 31% moins fréquentes que chez ceux qui avaient été opérés. Les auteurs de l'étude ont conclu que les pilules ne permettent pas toujours d'éviter une intervention chirurgicale, mais que si elles réussissent, le risque de complications après la maladie devient minime. L'American Journal of American College of Surgeons a mené une étude similaire chez les enfants et les adolescents âgés de 7 à 17 ans. 30 patients ont reçu des antibiotiques et 93% d'entre eux ont eu une forte amélioration de leur état général en un jour.

Conclusions

Le traitement conservateur de l'appendicite aiguë est logique. Les médicaments permettent de lutter efficacement contre la maladie et d'éviter des complications graves. Mais avant de choisir le type de traitement, vous devez écouter l'avis du médecin. Il est souhaitable que les paroles du médecin aient été décisives. C’est seulement ainsi que le patient pourra éviter les complications et les conséquences graves de l’appendicite aiguë.

Le choix du traitement pour l'appendicite aiguë

L'inflammation de l'appendice du caecum, c'est-à-dire l'appendice, nécessite un traitement bien choisi. Le traitement de l'appendicite, malgré la facilité apparente de la maladie, doit être compétent, effectué en temps voulu et efficace. La manière de guérir une appendicite ne devrait être décidée que par le chirurgien après avoir examiné le patient, évalué le diagnostic et les symptômes de la maladie.

Méthodes de traitement pour l'inflammation de l'annexe

En cas d’appendicite aiguë, l’opération aidera à éviter les complications et à stabiliser rapidement le bien-être général de la personne. Pour être sûr que la personne qui a demandé de l'aide développe l'inflammation de l'annexe, le chirurgien doit effectuer une série de tests, de tests et d'examens instrumentaux. L'appendicite dans ses manifestations cliniques est similaire à un certain nombre d'autres maladies, dont certaines peuvent être traitées de manière conservatrice. Certains pathologistes présentant des symptômes similaires d'appendicite ont également besoin d'une intervention chirurgicale d'urgence ou non urgente.

Le diagnostic correct dépend du professionnalisme du chirurgien, de l'exactitude de toutes les études et des examens d'autres spécialistes. Les difficultés de diagnostic sont associées à une localisation atypique de l'appendice, dans laquelle le tableau clinique typique de la maladie change. Il est particulièrement difficile d'identifier l'inflammation en développement chez les jeunes enfants et les personnes du même âge. Les premiers ne peuvent pas décrire exactement quels changements dans leur état de santé les dérangent. Chez les patients âgés, les symptômes d'inflammation aiguë de l'appendice sont généralement lissés et, chez les personnes de plus de 40 ans, il n'y a souvent pas de syndrome douloureux. Par conséquent, le chirurgien qui examine les personnes malades devrait toujours être attentif. Le patient chez qui on soupçonne une appendicite reste à l'hôpital jusqu'à l'exclusion ou la confirmation du diagnostic.

La manière de traiter un patient avec une appendicite présumée ne devrait être décidée que par un médecin. Si une opération est proposée, il est impossible de la refuser car cela peut entraîner de graves complications. Au cours de la chirurgie, il est possible d’établir avec précision le diagnostic et, si nécessaire, de retirer l’appendice ou, au cours de l’opération, de décider de réséquer davantage d’autres organes de la cavité abdominale.

Le traitement de l'appendicite en cas de développement aigu d'inflammation n'est possible que par voie chirurgicale. Mais il existe également des formes d'appendicite dans lesquelles une antibiothérapie peut être proposée. Il est également nécessaire de ne pas oublier que la probabilité de survenue de complications graves dépend du type d'aide qui sera fournie au patient dans les premières heures de la maladie.

Premiers secours pour l'appendicite

Si vous présentez des symptômes indiquant le développement possible d'une appendicite, vous devez vous comporter correctement. Tout d'abord, vous devez appeler une ambulance. Seul un spécialiste qualifié peut décider comment traiter votre maladie et si vous avez besoin d'une hospitalisation. Avant l'arrivée du médecin, il est nécessaire de respecter les recommandations suivantes:

  • Il faut aller au lit et essayer de ne pas faire de mouvements brusques.
  • Vous ne pouvez pas boire d'analgésiques, de médicaments laxatifs. L'utilisation de laxatifs entraîne une augmentation du péristaltisme, ce qui peut entraîner une rupture de l'appendice enflammé et, par conséquent, l'apparition d'une péritonite. Les analgésiques lissent la clinique de la maladie et compliquent ainsi le diagnostic.
  • Vous pouvez mettre une bouteille d'eau chaude sur la zone douloureuse. Il devrait être enlevé après 15-20 minutes et appliqué à nouveau après une courte pause. Il est interdit d'utiliser la chaleur, car cela, dans le cas d'une inflammation aiguë, contribuera au développement rapide d'un processus purulent dans le corps.
  • Il est conseillé de ne pas manger et boire moins avant de consulter un médecin et d'établir un diagnostic.

L'arrêt de la douleur n'est pas une raison importante pour refuser d'être examiné par un chirurgien. Parfois, la cessation de la douleur indique un développement plus grave d'un processus purulent et nécrotique dans l'annexe. La douleur peut ne pas être au début du développement de la péritonite.

Traitement chirurgical de l'appendicite

Lorsqu'une appendicite en développement aigu est établie, l'opération n'est pas retardée. On pense qu'une intervention chirurgicale dans les deux heures suivant l'admission d'un patient souffrant d'une appendicite à l'hôpital constitue le meilleur traitement. Avec cette approche, les moindres complications sont résolues et la période de récupération ne prend pas beaucoup de temps. Le retrait de l'appendice enflammé peut être effectué de manière traditionnelle et à l'aide d'un équipement endoscopique.

  • La chirurgie traditionnelle consiste à créer une incision dans la paroi abdominale au niveau de l’appendice enflammé. Après avoir coupé tous les tissus mous, le chirurgien examine l'appendice et les tissus environnants, retire l'organe, traite la plaie et la suture. Après une opération simple, la récupération prend deux à trois semaines. En général, les patients peuvent facilement tolérer une telle opération.
  • La chirurgie endoscopique implique la création de petites incisions dans la paroi abdominale. Un endoscope est inséré à travers ces incisions, le chirurgien examine la région douloureuse de l'intérieur et prend la décision de retirer l'organe. Après une intervention endoscopique, la période de récupération ne prend que quelques jours et le patient ne présente aucune difficulté liée à la période de récupération après une appendicectomie traditionnelle.

En cas d'appendicite aiguë dans les hôpitaux conventionnels, ils ne peuvent souvent offrir qu'une opération régulière, c'est gratuit. Dans la mesure du possible, les médecins proposent une intervention endoscopique, même s’il existe également certaines contre-indications.

Utilisation d'antibiotiques pour l'appendicite

Pendant plusieurs décennies, on a soutenu la thèse selon laquelle le seul traitement efficace est la chirurgie. Malgré cela, dans certains cas, le traitement de l'inflammation de l'annexe est possible avec un traitement antibactérien. La possibilité d'utiliser des antibiotiques pour le traitement de l'inflammation de l'annexe ne devrait être décidée que par un médecin. L'auto-sélection des médicaments aboutira à un résultat: diverses complications pouvant nécessiter une intervention chirurgicale d'urgence. Des antibiotiques pour les patients avec suspicion d'appendicite sont prescrits dans les cas suivants:

  • Lorsqu'il est déterminé que l'inflammation est au stade initial et catarrhal de son développement. Avec une bonne immunité et un traitement précoce avec des médicaments antibactériens, dans certains cas, l'inflammation supplémentaire peut être arrêtée et le patient n'aura pas besoin de chirurgie.
  • Au stade de la préparation à l'opération. Le traitement aux antibiotiques doit commencer avant la chirurgie, cela évitera des complications graves. Si, au cours de l’appendicectomie, il existe des signes importants d’inflammation, l’antibiothérapie doit être prolongée de plusieurs jours.
  • Des antibiotiques sont prescrits si le patient refuse catégoriquement l'opération. Une personne malade doit comprendre qu'il n'est pas toujours possible d'arrêter le processus inflammatoire avec un traitement antibactérien et qu'il n'est donc pas nécessaire de considérer que le remplacement d'une opération par un médicament contribuera à la guérison.
  • Le traitement antibactérien est connecté dans les cas difficiles à diagnostiquer. L'appendicite est souvent déguisée en une autre maladie et si, au cours du diagnostic, aucun traitement anti-inflammatoire n'est instauré, une perforation de l'organe enflammé est possible.

La décision sur le choix du traitement de l’appendicite doit être confiée au chirurgien traitant. Le refus d'hospitalisation et de chirurgie peut être fatal. En particulier, l’autonomie ne doit pas être démontrée en cas de suspicion d’inflammation de l’annexe chez le jeune enfant.

Antibiotiques pour l'appendicite

En plus de l'appendicectomie, l'utilisation d'antibiotiques pour l'appendicite est la plus largement étudiée et n'est généralement pas considérée comme le traitement principal.

Un certain nombre de petites études montrent l'efficacité de l'utilisation d'antibiotiques pour la seule appendicite. Cependant, le choix d'un tel traitement devrait tenir compte de la fréquence élevée des rechutes. Le retrait chirurgical de l'appendice a été établi comme norme pour le traitement de l'appendicite aiguë.

Le plus souvent, à la suite d'une appendicite et après une appendicectomie, des complications infectieuses-inflammatoires se produisent. Ces complications peuvent aller de la simple suppuration d'une plaie à des complications graves, telles qu'un choc septique avec défaillance de plusieurs organes.

L'utilisation d'antibiotiques pour l'appendicite

Les indications, le type et la durée de l’antibiothérapie font l’objet de nombreuses études et discussions. L'utilisation la plus répandue d'antibiotiques pour la prévention des infections de plaies. Il ne fait guère de doute que l'administration d'une seule dose d'antibiotiques à large spectre avant une intervention chirurgicale réduit considérablement le risque de suppuration de la plaie. Chez les patients n'ayant pas bénéficié d'une prophylaxie antibiotique préopératoire, des complications infectieuses dans la plaie ont été détectées à une fréquence de 9% à 30% au cours des premiers stades de l'appendicite. Dans les stades avancés, les complications de plaies infectieuses atteignent 80%. Il a été démontré que l'administration prophylactique d'antibiotiques avant une appendicectomie réduit la fréquence d'infection de la plaie chez les patients souffrant d'une appendicite non compliquée à moins de 5%.

L'évaluation de l'efficacité de divers antibiotiques pour l'appendicite fait l'objet de nombreuses études. Depuis plusieurs décennies, les aminosides sont utilisés dans le traitement antibiotique après une appendicectomie. Ils présentent une excellente activité contre les microorganismes à Gram négatif et sont peu coûteux. Cependant, le coût élevé du suivi du taux d'antibiotiques dans le sang contribue au coût total de leur utilisation. L'utilisation d'aminoglycosides est associée à un risque d'ototoxicité de 10% et à une fréquence d'effets néphrotoxiques supérieure à 25%. L’aztréonam a un spectre d’activité similaire à celui des aminosides vis-à-vis des microorganismes aérobies gram-négatifs. Dans le même temps, lors de l'utilisation de l'aztréonam, il n'est pas nécessaire de surveiller le taux de médicament dans le sang et il n'y a aucun risque d'oto-et de néphrotoxicité. Ainsi, l'aztréonam est un excellent choix en association avec la clindamycine ou le métronidazole (en tant que médicaments agissant sur les microorganismes anaérobies). Les céphalosporines sont largement étudiées en tant que médicament à large spectre pour la monothérapie. Avec la céphalosporine en monothérapie, la prescription du médicament est moins difficile, mais sa toxicité globale est également moindre. Pour les maladies infectieuses et inflammatoires du tractus gastro-intestinal, telles que l'appendicite, il est largement recommandé d'utiliser des céphalosporines de deuxième génération, telles que le céfotétan et la céfoxitine. Le céfamandol et la céfopérazone ont une activité plus faible contre Bacteroides fragilis et, par conséquent, en cas d'appendicite, ils ne doivent pas être considérés comme des médicaments de première intention. Les fluoroquinolones, telles que la ciprofloxacine, sont souvent utilisées en association avec un second médicament, tel que le métronidazole, agissant sur les bactéries anaérobies. Les antibiotiques tels que l'imipénème sont très efficaces en monothérapie. De tels médicaments sont souvent gardés en réserve en cas de sepsis généralisé ou d'infection intra-hospitalière et ne devraient donc pas être largement utilisés en cas d'appendicite non compliquée.

La durée du traitement antibiotique pour l'appendicite est moins étudiée. Avec une simple appendicite, une seule administration prophylactique d'un antibiotique avant la chirurgie suffit. En cas d'appendicite destructive, un antibiotique peut être prescrit dans un délai court (1 jour) après la chirurgie. Dans le cas d'une appendicite perforée, il est recommandé de procéder à une administration complète d'antibiotiques d'une durée de 7 à 10 jours. La durée du traitement antibiotique est souvent basée sur l'observation clinique. Souvent, les antibiotiques sont prescrits jusqu'à ce que le patient ait de la fièvre ou une amélioration clinique dans les 24 à 48 heures.

Appendicite. Causes, symptômes, diagnostic et traitement.

Les principales caractéristiques de l'anatomie de l'annexe:

  • Le diamètre du processus vermiforme chez l’adulte est de 6 à 8 mm.
  • La longueur peut aller de 1 à 30 cm, en moyenne de 5 à 10 cm.
  • Le processus vermiforme est situé par rapport au caecum médialement et légèrement en arrière. Mais il peut y avoir d'autres options d'emplacement (voir ci-dessous).
  • Sous la membrane muqueuse du processus vermiforme se trouve une grande accumulation de tissu lymphoïde. Sa fonction est la neutralisation des microorganismes pathogènes. Par conséquent, l'appendice est souvent appelé "l'amygdale abdominale".
  • En dehors de l'appendice est recouvert d'un film mince - péritoine. Il semble être suspendu dessus. Dans ce sont les navires qui alimentent l'annexe.
Le tissu lymphoïde apparaît dans l’annexe de l’enfant à partir de la 2ème semaine de vie environ. En théorie, l'appendicite est déjà possible à cet âge. Après 30 ans, la quantité de tissu lymphoïde diminue et, après 60 ans, elle est remplacée par un tissu conjonctif dense. Cela rend impossible de développer une inflammation.

Options pour le mauvais emplacement de l'annexe: