Maladies de l’estomac et du pancréas, pancréatite, douleur - traitement, photo

L'estomac est un organe musculaire du système digestif, qui constitue un réservoir pour les aliments consommés, dans lequel se produit la réaction chimique de la dégradation des aliments en lipides, protéines et glucides. L'organe, situé dans l'hypochondre gauche, adjacent au pancréas, remplit la fonction de succion et de sécrétion, produisant le suc gastrique.

La proximité de l'emplacement, ainsi que l'activité fonctionnelle globale de ces deux organes, implique l'interdépendance des maladies. En règle générale, dans la gastrite de l'estomac, la pancréatite réactive est une maladie concomitante et, inversement, l'inflammation du pancréas peut provoquer l'exacerbation d'un ulcère sur la muqueuse de l'organe. Par conséquent, si le patient se plaint d'avoir mal au ventre, le médecin, avant de prescrire un traitement, confirmera ou exclura la pancréatite.

Maladies de l'estomac et pancréatite

En cas d'ulcère peptique, il existe un défaut localement prononcé de la muqueuse gastrique, provoqué par l'action de la bile ou de la pepsine, un acide provoquant une pathologie trophique, qui forme une cicatrice lors de la guérison. L'ulcère peptique récidive souvent. Par conséquent, il peut y avoir beaucoup de fibrose sur la muqueuse organique, ce qui réduit ses fonctions principales et augmente la charge sur le pancréas pendant la digestion.

La gastrite est un processus inflammatoire des parois d'un organe. La forme chronique de cette maladie est assez courante dans la société moderne qui abuse de la restauration rapide, de l'alimentation et de l'alcool. L'inflammation constante et lente du courant, la fonction réduite du suc pancréatique dans la gastrite, ainsi que l'ulcère gastroduodénal provoquent souvent une inflammation du pancréas situé dans le voisinage. Les médecins se distinguent même par un type distinct - la pancréatite gastrogénique - une inflammation du pancréas dans le contexte de maladies chroniques du tractus gastro-intestinal, dont le traitement commence par l’élimination de la cause sous-jacente.

Mais non seulement en cas de douleur à l'estomac, le pancréas peut s'enflammer, la réaction inverse est également assez courante. Par exemple, la pancréatite chronique, qui survient longtemps dans la glande et provoque son dysfonctionnement sécrétoire externe, provoque souvent des affections du principal organe digestif. Le mécanisme du processus pathologique est le suivant: une quantité insuffisante d’enzymes digestives perturbe le processus de digestion, de sorte que les aliments mal transformés sont retardés pendant longtemps dans l’estomac, où ils sont exposés à des bactéries. Il existe des processus de fermentation et de putréfaction qui provoquent à la fois la gastrite et la récurrence de l'ulcère peptique. Par conséquent, le traitement des ulcères ne sera efficace que lorsque le médecin aura éliminé le déficit enzymatique.

Ulcère gastrique et pancréatite

Un ulcère gastrique est une affection chronique acquise au cours de laquelle se forme un défaut ulcéreux de la surface muqueuse de l'estomac. Les causes de cette maladie - une énorme variété. Mais, selon les experts, les experts appellent un déséquilibre entre les fonctions de protection de l'estomac et les soi-disant "facteurs d'agression". En termes simples, le liquide qu’il produit ne peut supporter les enzymes produites, ainsi que l’acide chlorhydrique. Souvent, une maladie chronique courante telle que la pancréatite conduit à un état similaire. Les patients qui ne respectent pas le régime prescrit, violent régulièrement le régime prescrit et ignorent également le processus de traitement tombent dans une zone à risque particulier.

Dans ce cas, les deux maladies progressent assez rapidement. Et en l'absence de traitement approprié, la combinaison de ces affections peut provoquer une maladie encore plus grave, telle que le cancer.

Le fait d'ignorer le traitement des ulcères d'estomac et de la pancréatite peut nécessiter une intervention chirurgicale. Pendant ce temps, on coupe les nerfs qui stimulent la sécrétion d'acide dans l'estomac.

Cancer de l'estomac et du pancréas

Le nom médical du cancer est une tumeur. Il peut se développer absolument dans n’importe quel organe du corps humain et, par la suite, commencer à métastaser. Cela signifie que la tumeur se développera dans d'autres organes. Cette capacité de cancer dépend de nombreux facteurs. En particulier, le type de tumeur et son stade. À cet égard, la tumeur à l'origine des métastases est appelée tumeur primitive. Les métastases elles-mêmes sont classées comme secondaires. Cependant, il s'agit essentiellement du même cancer.

Quant à la formation simultanée de différentes tumeurs dans deux organes voisins, comme les cancers de l'estomac et du pancréas, elle est extrêmement rare en médecine. Et seulement chez les patients qui souffrent d'un trouble grave du système immunitaire. Par exemple, dans le cas du SIDA, syndrome de globules blancs paresseux. C'est dans cette catégorie de patients que l'on peut observer le développement simultané de deux tumeurs complètes dans ces deux organes.

Une tumeur à l'estomac et au pancréas peut être diagnostiquée, mais l'une d'elles est primaire et la seconde n'est qu'une métastase.

Échographie et traitement de l'estomac et du pancréas

Une échographie de l'estomac et du pancréas permet de diagnostiquer rapidement de nombreux maux différents de ces organes. Au cours de la procédure, le médecin examine la forme, la taille, le corps, sa structure et son uniformité, ainsi que la présence de tumeurs.

Cette étude est assez longue et compliquée par le fait que le pancréas est situé derrière les intestins et l’estomac, lesquels contiennent des gaz. Pour cette raison, il est souvent conseillé d’inciter le patient à suivre un régime spécial avant l’échographie, afin de minimiser ce processus physiologique.

Quant au traitement de l'estomac et du pancréas, il est généralement effectué de manière exhaustive et vise la thérapie simultanée de deux organes. Lors de la prescription d'ordonnances, le médecin prend nécessairement en compte les comorbidités, la possibilité de prendre l'un ou l'autre médicament sans causer de dommages importants à un seul organe. Également pris en compte l'état général du patient, son âge, l'étiologie de la maladie, son stade. Un type spécifique de traitement est prescrit et sélectionné individuellement, après une série d’études, y compris l’échographie.

Signes de maladies du pancréas

Le pancréas est un organe qui remplit un certain nombre de fonctions essentielles dans le corps humain. Il produit des enzymes faisant partie du suc digestif et intervenant dans les processus digestifs, ainsi que des hormones. Dans diverses maladies du pancréas, la digestion des aliments, la division et l'absorption des substances nécessaires à l'organisme sont perturbées, ce qui s'accompagne de certains symptômes, dont beaucoup ne sont pas spécifiques, en particulier aux premiers stades de la maladie. Sur la base de plaintes, le médecin peut suspecter le patient de la pathologie de cet organe, mais pour clarifier le diagnostic, un examen est nécessaire.

Signes de maladies du pancréas

Les principaux symptômes pouvant indiquer une pathologie pancréatique sont la douleur et la dyspeptique (indigestion).

La douleur est généralement localisée dans la région épigastrique, peut irradier vers l'hypochondre gauche, l'omoplate gauche, le bas du dos et, au cours du processus aigu, le syndrome douloureux prend un caractère environnant. La douleur apparaît ou augmente après un repas lourd, en particulier de l’alcool gras, épicé ou frit. Un rhume local aide à soulager la douleur; parfois, les patients sont forcés de réduire leurs sensations désagréables (allongés sur le côté, les genoux tirés sur le ventre ou assis, penchés en avant).

Les troubles digestifs se manifestent par une lourdeur abdominale, des nausées et des vomissements après un repas. Les patients peuvent également ressentir des ballonnements, des flatulences, de la diarrhée. Parfois, les patients eux-mêmes font attention au fait que les selles sont devenues spongieuses, fréquentes (jusqu'à 4 à 5 fois par jour), que les graisses mal lavées deviennent grises.

Avec la progression de la maladie, les processus métaboliques sont perturbés, les patients maigrissent, leur appétit se détériore. En raison d'une carence en vitamines, la peau des patients devient sèche, la vision peut être altérée, une anémie et d'autres conditions associées à l'hypovitaminose se développent.

Les symptômes décrits ci-dessus peuvent se manifester dans les cas de pancréatite aiguë et chronique, de tumeurs pancréatiques, de formation de kystes ou de calculs de taille considérable. Cependant, des signes similaires peuvent indiquer des maladies de l'intestin, de la vésicule biliaire et d'autres organes du système digestif. Et dans certains cas, en raison de l'irradiation de la douleur dans la région lombaire, le bas de l'abdomen ou l'omoplate, le médecin peut prendre la pathologie aiguë du pancréas pour la sciatique, une crise d'angine de poitrine ou une appendicite aiguë. C'est pourquoi la vérification du diagnostic nécessite un examen.

Nous ne devons pas non plus oublier la fonction intrasécrétoire du pancréas, en violation de laquelle souffre la production d'hormones directement impliquées dans le métabolisme des glucides. En cas de violation de la production d'insuline et d'autres hormones par ce corps, le patient montrera des signes de diabète. Les premiers symptômes de cette maladie comprennent la polyurie (la diurèse quotidienne peut dépasser 2 à 3 litres), la soif constante, la bouche sèche, la peau sèche et les muqueuses, une augmentation de l'appétit.

Avec la progression de la maladie, des complications telles que l'angiopathie, la néphropathie, la déficience visuelle, etc. peuvent se développer.

Symptômes de la pancréatite

La pancréatite aiguë se développe le plus souvent avec l'abus d'alcool et ses substituts, en particulier dans le contexte d'absorption abondante d'aliments gras, avec des blessures corporelles. Chez les personnes en bonne santé, la forme aiguë de la maladie est rare, le plus souvent une exacerbation du processus inflammatoire chronique de la glande se produit. Le principal symptôme de la pancréatite aiguë est une douleur insupportable dans l'hypochondrie, accompagnée de vomissements répétés et de fièvre. Dans de tels cas, les patients ont besoin de soins médicaux urgents à l'hôpital.

Sur les effets de l’alcool sur le pancréas, dites aux scientifiques et aux médecins du programme "Sur la chose la plus importante".

Dans la pancréatite chronique, les symptômes de la maladie peuvent être absents pendant une longue période ou ils peuvent être si faibles que les gens n'y font pas attention. Dans ce cas, il existe un processus progressif de remplacement des cellules saines d'un organe par un tissu conjonctif, ce qui entraîne le développement de la déficience de la fonction pancréatique. Les patients commencent à être dérangés par une douleur sourde et douloureuse, une sensation d'éclatement, une lourdeur dans l'hypochondre gauche, qui survient ou augmente après avoir mangé ou bu, parfois même en petite quantité.

La maladie peut survenir avec alternance de périodes d'exacerbation et de rémission. Lors de l'exacerbation, des symptômes caractéristiques de la pancréatite aiguë apparaissent. Il existe également des troubles dyspeptiques. Souvent, chez les patients atteints de pancréatite chronique, la tolérance au glucose est altérée.

Symptômes du cancer du pancréas

Malheureusement, au cours des dernières décennies, le nombre de patients souffrant de pathologies oncologiques de cet organe a augmenté. Les tumeurs peuvent se développer à partir de cellules pancréatiques, responsables de sa fonction exocrine (enzymatique), et peuvent également être actives sur le plan hormonal, à partir de cellules spéciales.

Les symptômes du cancer du pancréas ressemblent le plus souvent à des signes de pancréatite, mais en fonction de l'emplacement de la tumeur, il peut y avoir d'autres manifestations. Dans le cancer de la tête du pancréas, une tumeur se développe qui submerge le canal biliaire principal, de sorte que la jaunisse est l'un des premiers signes de la maladie chez les patients. Si une tumeur survient dans le corps ou la queue du corps, les symptômes d'un diabète à évolution rapide peuvent apparaître.

Kystes et pierres pancréatiques

Un kyste pancréatique est une capsule dans laquelle on détermine l'accumulation de liquide. Les kystes peuvent être localisés dans n'importe quelle partie de l'organe; les symptômes apparaissent généralement lorsqu'ils atteignent une taille importante, commencent à déplacer ou à pincer les organes voisins. Les patients peuvent ressentir des douleurs dans la partie supérieure de l'abdomen, des troubles digestifs, une perte de poids. Ces symptômes sont complètement non spécifiques et un examen est nécessaire pour en déterminer la cause. Le traitement est dans la plupart des cas réalisé par voie chirurgicale.

La formation de calculs dans le pancréas est rare, cette pathologie peut se développer indépendamment du fait de la déposition de sels dans les tissus de l'organe ou de maladies du pancréas transférées ou associées (bien que les raisons de la formation de calculs dans cet organe ne soient pas complètement claires aujourd'hui). Le plus souvent, les pierres se trouvent dans la tête de l'organe. Dans la plupart des cas, il s'agit d'une découverte accidentelle lors de l'étude des organes internes pour une autre raison.

Les symptômes de la présence de calculs dans le parenchyme du pancréas peuvent être des douleurs dans le haut de l'abdomen, irradiant dans le dos, parfois de nature paroxystique, aggravées quelque temps après avoir mangé. Une pierre peut se déplacer vers le canal biliaire commun, provoquant des signes de jaunisse obstructive. Le traitement chirurgical est utilisé en cas de maladie grave, accompagnée de crises douloureuses fréquentes et de troubles digestifs.

Diagnostic des maladies du pancréas

En cas d'apparition de signes caractéristiques de maladies pancréatiques, il est nécessaire de consulter un médecin généraliste ou un gastro-entérologue, qui pourra éventuellement les référer à d'autres spécialistes (endocrinologue, chirurgien, etc.).

Après avoir examiné et installé un diagnostic préliminaire, le médecin dirigera le patient vers un laboratoire et un examen instrumental. Pour confirmer le diagnostic, des analyses d'urine, des analyses de sang (cliniques et biochimiques) sont nécessaires et, indirectement, la présence de maladies du pancréas peut être indiquée par des écarts dans les résultats des analyses de selles. L'une des méthodes les plus informatives pour diagnostiquer les pathologies de cet organe est l'échographie, au cours de laquelle le médecin peut déterminer la taille de l'organe, évaluer l'état du parenchyme, détecter des kystes, des calculs ou des néoplasmes. Le médecin peut suspecter une pancréatite en fonction des résultats des examens radiologiques des organes abdominaux et du FGDS.

Dans les cas difficiles, l’imagerie par résonance magnétique et l’ordinateur, ainsi que la biopsie des tissus de l’organe, peuvent être recommandés au patient pour le diagnostic des maladies du pancréas.

S'engager dans l'autodiagnostic et l'auto-traitement pour une pathologie suspectée du pancréas ne devrait pas l'être Les mêmes symptômes peuvent indiquer à la fois une pancréatite et la présence d'une tumeur organique. Plus le diagnostic est posé tôt et le traitement correct prescrit, meilleur est le pronostic de la maladie. Dans les cas avancés, à la suite d'une pancréatite chronique, des maladies graves du système digestif, des reins et du cœur peuvent se développer. Les pathologies aiguës en l'absence de traitement peuvent entraîner une nécrose du tissu pancréatique et la mort.

Quel médecin contacter

Si des douleurs abdominales, des troubles digestifs, doivent être adressées au thérapeute. Le médecin procédera à un premier examen et établira le diagnostic, prescrira le traitement. Si nécessaire, le patient est observé chez le gastro-entérologue. Avec la défaite du pancréas, il peut être nécessaire d’examiner l’oncologue, l’endocrinologue, le chirurgien. Il sera utile de consulter un nutritionniste.

Quels sont les symptômes et les signes de la maladie du pancréas?

Les maladies du pancréas affectent de nombreuses fonctions du corps et se manifestent par des troubles dyspeptiques et un syndrome douloureux. Cette glande, malgré son faible poids et sa petite taille, joue un rôle important, est directement impliquée dans les processus digestifs et est responsable de la production d'enzymes et d'insuline.

Tout dysfonctionnement du corps peut avoir des conséquences dangereuses. Vous devez donc consulter un médecin dès le premier signe de trouble.

Pancréas: son rôle dans le corps

Le pancréas se situe dans la profondeur de la cavité abdominale et adhère étroitement aux parois de l’estomac. Chez un adulte, un organe ne pèse que 70 à 80 g et ses dimensions, entre 20 et 25 cm. Néanmoins, il remplira deux fonctions importantes:

  1. Endocrinien Elle consiste en la production d'insuline et de l'hormone glucagon, directement impliquées dans le métabolisme des glucides et responsables du maintien du taux de sucre dans le sang à un niveau normal. Avec l'insuline insuffisante, une maladie telle que le diabète sucré se développe.
  2. Exocrine. Responsable de la production du suc pancréatique, nécessaire à la digestion complète des aliments. C'est dans le suc pancréatique que se trouvent les enzymes les plus importantes qui favorisent la dégradation des glucides, des lipides et des protéines. En plus des enzymes, il contient des substances spéciales qui neutralisent l'environnement acide du suc gastrique et protègent la muqueuse gastrique des dommages.

Causes des maladies du pancréas

Les facteurs prédisposant à l'apparition de maladies du pancréas sont:

  • pathologie des voies biliaires et du duodénum;
  • la difficulté de sortie de la sécrétion en raison de processus tumoraux;
  • blessures des glandes;
  • alcoolisme chronique;
  • facteur génétique (anomalies congénitales);
  • maladies infectieuses;
  • régime alimentaire malsain;
  • les effets des substances toxiques et cancérogènes;
  • facteur psychosomatique associé à un stress sévère.

L'effet de l'alcool sur le pancréas est ambigu. Dans certains cas, les patients souffrant d'alcoolisme chronique évitent les processus inflammatoires, alors que même une faible dose d'alcool peut être fatale pour un non-buveur, une personne en bonne santé en raison de la destruction du pancréas.

Souvent, la lésion de la glande est associée à des anomalies de sa structure anatomique (courbure, structure anormale des canaux, hypoplasie) ou à des infections graves de la mère et du fœtus pendant la grossesse. En outre, dans le développement des pathologies pancréatiques, l'âge et le sexe du patient, l'environnement, le style de vie, les risques professionnels et la présence de maladies associées (diabète, cholécystite, hépatite, etc.) jouent un certain rôle.

Les symptômes

Les principaux signes de maladies pancréatiques sont la douleur, la dyspepsie et la décoloration de la peau.

Sensation de douleur

Peut être émoussé, tirant ou tranchant et douloureux (dans le processus inflammatoire aigu). Ils surviennent dans la région épigastrique et peuvent hanter le patient en permanence ou avoir un caractère paroxystique et se manifester lors de troubles alimentaires (après avoir mangé des aliments épicés et gras, de l’alcool, des excès alimentaires) ou des situations stressantes. La douleur donne généralement dans l'hypochondre gauche et l'omoplate, le dos ou a un caractère environnant.

La gravité de la douleur est réduite dans une certaine position (couché sur le côté, jambes pliées). Il est possible d'atténuer les souffrances du patient avec une compresse froide, tandis que l'utilisation de la chaleur ne fait qu'accroître la douleur et contribue à la propagation du processus inflammatoire. Dans cette affection, telle que la nécrose pancréatique, ce syndrome est exprimé de manière si forte qu'il peut conduire à la survenue d'un choc douloureux menaçant le pronostic vital.

Les symptômes dyspeptiques sont accompagnés d'un manque d'appétit, de nausées, de vomissements et de troubles des selles (diarrhée, constipation). Au stade initial, il existe des ballonnements, des flatulences, des selles retardées, associées à un apport insuffisant d’enzymes et d’acides biliaires. Puis, après plusieurs jours de constipation, des selles molles fréquemment apparaissent. Le patient est poursuivi par une soif atroce, une bouche sèche, une faiblesse et la température peut parfois augmenter.

Vomissements

Elle est causée par une intoxication du corps et n'apporte généralement pas de soulagement. Tout d'abord, le contenu de l'estomac est présent dans le vomi, puis seule la bile est libérée. Des vomissements constants provoquent une perte de liquide et d'électrolytes et conduisent à une déshydratation.

Dans les cas graves, cette affection s'accompagne d'une chute de pression artérielle, d'un trouble du rythme cardiaque, de confusion. Avec le développement de l'acidose, le patient peut perdre conscience en raison d'un choc hypovolémique.

La peau devient pâle ou jaunâtre. Cela est dû au fait que le pancréas œdémateux serre les voies biliaires. En outre, en raison d'une intoxication corporelle et de troubles respiratoires associés, une cyanose apparaît dans la zone du triangle nasolabial, sur la peau de l'abdomen (à droite du nombril).

De plus, des symptômes spécifiques sont détectés lors de la palpation abdominale. Seul un médecin peut les déterminer et les évaluer correctement. Des tests de laboratoire sur le sang, les matières fécales et l'urine, une échographie ou une tomodensitométrie du pancréas, la détermination des niveaux hormonaux aidera à clarifier le diagnostic.

Maladies Pancréatiques Communes

Laissez-nous nous attarder sur les maladies courantes du pancréas, vous dire comment elles se manifestent et quelles méthodes sont traitées. Dans cette liste:

  • pancréatite d'étiologie différente (aiguë, chronique, réactive);
  • tumeurs et kystes du pancréas;
  • la fibrose kystique;
  • nécrose pancréatique;
  • dommages aux glandes associés au développement du diabète sucré;
  • pierres pancréatiques.
Pancréatite aiguë

Il s'agit d'une inflammation soudaine du pancréas, accompagnée d'un œdème et de lésions d'une partie spécifique de l'organe. Dans de rares cas, une affection aussi grave que la nécrose se développe, avec suppuration des tissus et hémorragies, entraînant la mort, même avec un traitement intensif.

La cause d'une crise aiguë peut être l'alcoolisme excessif, la suralimentation (avec une prédominance de plats gras et épicés), la prise de certains médicaments et les maladies concomitantes de la vésicule biliaire et du duodénum. Le processus inflammatoire déclenche une violation de la sécrétion pancréatique, ce qui provoque une augmentation de la pression dans les conduits de la glande. Des enzymes très actives pénètrent dans les tissus du corps, provoquent le développement d'un œdème et empêchent l'excrétion des enzymes digestives. En conséquence, au lieu de séparer les aliments, ils commencent à digérer les cellules du pancréas.

Lors d'une crise de pancréatite aiguë, le patient ressent des douleurs sévères qu'il est difficile d'éliminer avec des médicaments. La maladie est aggravée par des nausées, des vomissements, une baisse de la pression artérielle, un rythme cardiaque anormal. En cas de pancréatite aiguë, le patient a besoin de soins médicaux d'urgence et d'une hospitalisation.

Pancréatite chronique

Le cours de la maladie est long, accompagné d'exacerbations périodiques. En phase de rémission, le syndrome douloureux est absent et, lors d'une exacerbation, il se produit une douleur sourde dans l'épistagie d'intensité variable, irradiant dans le bas du dos, le dos, sous l'omoplate gauche.

Il y a une diminution de l'appétit, des nausées, des attaques uniques de vomissements d'aliments ou de bile. Il y a des ballonnements, des flatulences, des selles instables (constipation, diarrhée). En règle générale, une rechute de la maladie survient dans le contexte d'une violation de l'alimentation, du stress, de la consommation d'alcool, de l'exacerbation de la maladie des calculs biliaires ou de la cholécystite.

Processus de la tumeur

Dans le pancréas est divisé en tumeurs hormono-actives et tumeurs malignes (cancer). Les tumeurs hormonales sont bénignes et malignes et se développent à la suite d'une offre excessive d'hormones pancréatiques. Ces processus sont généralement accompagnés d'une violation des processus métaboliques.

Le cancer du pancréas au cours des dernières années est assez fréquent. Aux premiers stades, des nausées, des selles graisseuses instables, des ballonnements, un manque d'appétit, une perte de poids sont possibles. La douleur peut survenir par intermittence ou être permanente. Aux stades avancés du cancer, la maladie se complique de vomissements fréquents et d'une diarrhée abondante, et la peau devient pâle ou ictérique.

Kyste pancréatique

Avec un petit kyste, la gravité du syndrome douloureux est faible, mais si la formation est importante, elle serre les terminaisons nerveuses et les canaux de la glande et provoque une douleur intense. Si la tête de l'organe est atteinte, il se produit une perte de poids, une augmentation des selles et une distension abdominale.

Dans les cas où un kyste se forme dans le corps ou la queue du pancréas, des nausées, une constipation et des selles décolorées apparaissent. Les kystes de grande taille peuvent être ressentis à travers la paroi abdominale. Avec la suppuration de la formation de l'état du patient est compliquée par la fièvre.

Lorsque la fibrose kystique survient lors de crampes douloureuses dans l'intestin, il existe des selles liquides et grasses, dont le volume est plusieurs fois supérieur à la normale. Un signe caractéristique est une diminution de l'appétit, des flatulences, une bouche sèche, une faiblesse musculaire, des cristaux de sel apparaissent sur la peau.

Le diabète sucré de type 1 associé à l'arrêt de la production d'insuline par le pancréas n'est pas accompagné de douleur. Les signes caractéristiques sont une soif inextinguible, des démangeaisons, une augmentation du volume urinaire, une faiblesse et une sensation de faim aiguë lors de crises hypoglycémiques, des nausées, une transpiration excessive, une perte de poids importante.

Pancréatonécrose

Accompagné de douleurs extrêmement aiguës et aiguës derrière le sternum ou dans l'épigastre, ce qui peut donner dans le dos, le bas du dos, la clavicule. Parfois, le syndrome douloureux d’une telle force entraîne un état de choc et une perte de conscience. Les autres symptômes incluent ballonnements et constipation. Le patient a besoin de soins médicaux urgents, sinon il pourrait mourir de douleur ou de choc toxique.

Pierres dans le pancréas

Formé rarement. Le plus souvent, ils sont localisés dans la tête de la glande et consistent en carbonates de phosphore et de calcium. Jusqu'à présent, les causes exactes des calculs ne sont pas claires, mais on suppose que leur apparition est la stagnation du suc pancréatique, une altération du métabolisme calcium-phosphore ou une inflammation des tissus de la glande qui accompagne les infections secondaires.

Parfois, les symptômes caractéristiques sont absents et les calculs sont découverts au hasard, avec un examen aux rayons X. Mais plus souvent apparaissent des douleurs sévères dans la partie supérieure de l'abdomen, s'étendant dans le dos. De plus, les accès de douleur deviennent plus prononcés quelques heures après un repas. Avec la progression de la maladie, il y a un manque d'appétit, une alternance de constipation et de diarrhée. Si les calculs migrent vers le canal biliaire commun, une jaunisse mécanique apparaît.

Traitement

Le schéma thérapeutique dépend du type de maladie et est choisi par le médecin en tenant compte de nombreux facteurs: l'état général du patient, la gravité des symptômes, la présence de maladies concomitantes et les éventuelles contre-indications. La base des mesures thérapeutiques est la pharmacothérapie et l’adhésion à un régime alimentaire strict. En complément du traitement principal, vous pouvez utiliser la médecine traditionnelle (après avoir consulté un médecin).

Les formes aiguës de pancréatite et de nécrose pancréatique sont traitées à l'hôpital. Les tumeurs, les kystes et les calculs du pancréas sont enlevés chirurgicalement. D'autres pathologies associées à des comorbidités (fibrose kystique, diabète sucré, maladies du foie et de la vésicule biliaire) nécessitent un traitement spécifique.

Le traitement des maladies du pancréas avec des médicaments lors de l'exacerbation de la pancréatite repose sur l'utilisation de médicaments réduisant la sécrétion de suc gastrique et prenant des enzymes ne contenant pas de composants de la bile. Éliminer les attaques de nausée tels que les médicaments Zeercal ou Motilium. Pour soulager la douleur, il est recommandé de prendre des antispasmodiques (No-shpu, Papaverin, Mebeverin). Si nécessaire, faites des injections d'analgésiques, utilisez des antibiotiques, des statines, des inhibiteurs de protéase, suivez un traitement par perfusion.

Dans les cas de pancréatite aiguë, il est conseillé de cesser de manger pendant 2-3 jours. À ce stade, seules les eaux minérales non gazeuses (alcalines) et le thé vert faible sont recommandés. Puis, progressivement, des plats légèrement essuyés sont introduits dans le menu du patient et suivent par la suite un régime strict.

Dans la pancréatite chronique en phase de rémission, l'utilisation de préparations enzymatiques améliorant la digestion (Festala, Pancréatine, Mezim, Créon) est indiquée. Pour rétablir l’acidité normale du suc gastrique, vous aiderez à éliminer les anticidures:

Les médicaments doivent être changés périodiquement et, lorsque l'état du patient s'améliore, il faut interrompre le traitement.

Traitement des maladies des remèdes populaires du pancréas

Dans les pathologies pancréatiques, l'utilisation des herbes cholérétiques fournit un bon effet thérapeutique. La décoction de légumes contribue à éliminer l'inflammation, améliore la décharge de la bile, élimine la congestion et aide à améliorer les processus digestifs. Les préparations à base de plantes peuvent être achetées dans toutes les pharmacies. Les plantes médicinales suivantes sont le plus souvent utilisées pour le traitement du pancréas:

  • soie de maïs;
  • racine de pissenlit;
  • la chélidoine;
  • Highlander;
  • menthe;
  • graines d'aneth;
  • la camomille;
  • aubépine;
  • immortelle

Le bouillon est préparé conformément aux instructions figurant sur l'emballage. Il est plus pratique d’utiliser les charges emballées dans des sacs filtrants. Ils sont simplement brassés sous forme de thé, insistez 15 à 20 minutes et prenez 50 à 100 ml une demi-heure avant les repas. L'acceptation de la décoction à base de plantes doit être coordonnée avec votre médecin, car certains frais peuvent supprimer l'effet des médicaments et réduire l'efficacité du traitement.

Lors de l’exacerbation de la pancréatite, le jus de choucroute aide bien. Il contient de l'acide lactique, qui supprime le processus inflammatoire et aide à éliminer le syndrome douloureux.

Régime alimentaire pour la maladie du pancréas

Le traitement de la pancréatite aiguë commence par plusieurs jours de jeûne. Cela aidera à réduire la production d'enzymes digestives et à réduire la gravité du processus inflammatoire. Dans les 2-3 jours, il est recommandé de boire jusqu'à 1,5 litre d'eau minérale tiède sans gaz ni bouillon d'églantier (200-400 ml).

En outre nommé numéro de régime pancréatique strict 5p. C'est le plus doux, faible en calories, ce qui vous permet de normaliser la fonction du pancréas. Son essence réside dans une nette restriction des graisses et des glucides tout en préservant la norme physiologique des protéines.

Produits interdits:
  • plats gras, épicés et frits;
  • soda sucré;
  • cornichons, marinades, viandes fumées;
  • épices et assaisonnements;
  • saucisses, saindoux, abats;
  • produits en conserve et semi-finis;
  • pâtisseries cuites au four, confiseries (surtout à la crème);
  • graisses animales;
  • crème glacée;
  • fruits aigres (pommes, agrumes);
  • des bonbons, du chocolat, du miel, de la confiture, du sucre et d'autres glucides «rapides»;
  • café, cacao;
  • alcool

Les produits à base de fibres grossières et à haute teneur en substances extractives doivent être exclus. Ils provoquent des ballonnements et provoquent des processus de fermentation et de putréfaction de l'intestin. Vous ne pouvez pas manger de légumes et de fruits crus, de chou, de radis, de navets, de radis, d'ail, d'oseille, d'ajouter des épices et des épices à vos plats.

La nutrition pour les maladies du pancréas devrait être non seulement chimiquement, mais aussi mécaniquement douce. Et cela signifie que tous les plats doivent être préparés sous une forme minable, facilitant autant que possible le processus d'assimilation. Cette méthode de traitement thermique, telle que la friture, devrait être exclue. Tous les plats doivent être cuits à la vapeur, bouillis ou cuits au four. Il est important d'observer la température, au moment de servir les plats doivent être chauds.

Vaisselle et produits recommandés pour utilisation:
  • premiers plats - purée ou soupe de mucus à base de céréales et de légumes;
  • viande et poisson maigres sous forme d'escalopes à la vapeur, de soufflés, de boulettes de pâte;
  • omelettes à la vapeur;
  • plats d'accompagnement aux légumes sous forme de purée de pommes de terre et de puddings à la vapeur;
  • pommes cuites au four (variétés sucrées);
  • kissels, compotes en purée, mousses, gelées;
  • thé vert faible, eau minérale sans gaz.

Il est permis d'ajouter une petite quantité de beurre aux plats. Le pain ne peut être mangé que du blé et des viennoiseries d'hier (pas plus de 50 g par jour). Les aliments doivent être fractionnés, les aliments consommés en petites portions 5 à 6 fois par jour.

Mesures préventives

Les mesures préventives visant à maintenir les fonctions du pancréas reposent sur le respect des recommandations suivantes:

  1. interdiction totale de la consommation de boissons alcoolisées;
  2. cesser de fumer;
  3. nutrition adéquate et équilibrée;
  4. rejet des repas gras, épicés et riches en calories;
  5. suivre un régime prescrit;
  6. diviser les repas;
  7. mode de vie sain et actif.

Ne laissez pas trop manger, grignoter "sur le pouce". Il est nécessaire d'observer la modération dans les aliments, les aliments à prendre en petites portions, de préférence en même temps. L'alcool doit être complètement éliminé, adhérer à un mode de vie sain, faire du sport, renforcer le système immunitaire. Une bonne prévention des maladies du pancréas consiste à utiliser régulièrement une tisane à la rose musquée, à l'airelle, à la myrtille, à l'aubépine et à la menthe.

Au moindre dysfonctionnement du pancréas, il est nécessaire d'ajuster le régime alimentaire et de limiter la consommation de graisses et de glucides. Tout problème avec le tractus gastro-intestinal doit être une raison pour aller chez le médecin, se soumettre à un examen approfondi et à un traitement rapide.

Pancréas - Symptômes de la maladie

Les inflammations du pancréas sont très diverses et nécessitent un diagnostic précis et un traitement immédiat.

Le pancréas est un organe indispensable de notre corps. Il s’agit d’une glande assez grosse qui agit sur «deux fronts»: premièrement, elle produit un suc pancréatique riche en enzymes et, deuxièmement, elle sécrète des hormones métaboliques telles que l’insuline et le glucagon. Ces substances sont nécessaires à la régulation du métabolisme des graisses, des protéines et des glucides dans le corps. Par conséquent, si le pancréas cesse de fonctionner normalement, nous le ressentons immédiatement.

Souvent, les violations du travail de ce corps sont des processus inflammatoires. Il est important pour nous de connaître les symptômes de ces troubles afin de réagir à temps à l’apparition d’un problème.

Inflammation du pancréas

Avec le développement de l'inflammation dans le pancréas, les enzymes qu'il sécrète cessent d'être libérées dans le duodénum. Ils commencent à "agir" avant, directement dans le pancréas. Dans ce cas, les cellules de la glande s'enflamment et meurent. En plus de la destruction du pancréas, le cerveau, les poumons, le cœur, le foie et les reins peuvent être intoxiqués.

Les processus inflammatoires dans le pancréas se distinguent par diverses manifestations et caractéristiques de l'écoulement. Par conséquent, les médecins ont identifié tout un groupe de maladies et de syndromes, dont la cause est une inflammation du pancréas, et ont donné à ce groupe un nom commun: pancréatite.

Pancréatite aiguë et ses symptômes

Cette variante de l'inflammation du pancréas est aiguë et est accompagnée de lésions tissulaires. Dans la pancréatite aiguë, une dystrophie de la glande et sa nécrose peuvent se développer. Une infection purulente secondaire peut également se joindre. Ce type de pancréatite nécessite un traitement immédiat, sinon la maladie peut être fatale.

Parmi les manifestations caractéristiques de cette pathologie:

  • douleur abdominale
  • distension abdominale
  • nausées et vomissements avec le contenu du duodénum, ​​après quoi il n'y a pas de soulagement
  • sur le ventre sur le côté gauche près du nombril peuvent apparaître des taches bleuâtres, parfois avec une teinte jaunâtre.

Il n'y a pas de symptômes cliniques clairs pour lesquels c'est précisément une pancréatite aiguë qui s'est développée. Par conséquent, pour un diagnostic précis, il est nécessaire de mener des études supplémentaires.

Pancréatite chronique et ses symptômes

La pancréatite chronique diffère du déroulement aigu "silencieux" du processus inflammatoire. Néanmoins, elle entraîne progressivement des modifications irréversibles dans les tissus du pancréas, ce qui a pour effet de cesser de produire la quantité nécessaire d’enzymes digestives.

La pancréatite chronique peut être asymptomatique et s'accompagner des symptômes suivants:

  • douleurs de différentes durées et intensités: de quelques minutes à 3-4 heures et parfois presque constamment.
  • nausée
  • perte d'appétit
  • brûlures d'estomac
  • distension abdominale, grondement dans l'estomac
  • lors d'exacerbations, de selles molles et de vomissements

Le plus souvent, la douleur apparaît dans les profondeurs de l'abdomen et s'étend, aggravée après le repas, surtout si le menu contient des plats gras, frits, épicés et de la viande fumée. L'alcool et les boissons gazeuses provoquent également des douleurs.

Si le processus inflammatoire chronique dans le pancréas se déroule sans douleur, cela ne signifie en rien une amélioration.

Sur la base de la pancréatite chronique, une variante aiguë de la maladie peut se développer. De plus, la pancréatite chronique peut être dissimulée sous d'autres maladies: dyskinésie biliaire, cholécystite, ulcères d'estomac. Pour établir un diagnostic précis, vous devez consulter un médecin.

Pseudokyste en tant que manifestation de la pancréatite

Les processus dégénératifs qui surviennent dans les cas de pancréatite aiguë peuvent entraîner l’apparition de pseudokystes du pancréas, qui exercent une pression sur les organes environnants. Cela peut perturber le mouvement des aliments dans l'estomac et le duodénum, ​​comprimer les voies biliaires et même entraîner le développement d'une jaunisse obstructive. Les canaux du pancréas lui-même peuvent être bloqués.

Diabète de type 1 - dysfonctionnement du pancréas

Le diabète de type 1 est un autre dysfonctionnement fréquent du pancréas. Mais ce n'est plus un inflammatoire, mais un problème hormonal, qui est mieux discuté dans un article séparé.

Les problèmes de pancréas doivent être traités immédiatement!

Toute perturbation du pancréas peut avoir des conséquences graves, voire mortelles. Par conséquent, lorsque des symptômes apparaissent, indiquant que cet organe a commencé à agir, vous devez immédiatement consulter un médecin, poser un diagnostic précis et traiter la maladie. L'auto-traitement dans ce cas est inacceptable. Seul un spécialiste sera en mesure de comprendre la variété des troubles pancréatiques et de choisir une tactique efficace pour corriger le problème.

Régime alimentaire pour les maladies du pancréas et de l'estomac

Description en date du 03/05/2018

  • Efficacité: effet thérapeutique après 2 semaines
  • Dates: toujours avec une pancréatite
  • Coût des produits: 1400-1500 rub. par semaine

Règles générales

Tout écart par rapport à une alimentation équilibrée entraîne une violation des fonctions corporelles, surtout si les écarts sont prolongés dans le temps. Une nutrition équilibrée, adaptée à l'âge, à l'activité humaine et à la santé, est considérée comme un facteur important dans la prévention et le traitement de toute maladie, en particulier s'il existe des maladies du tractus gastro-intestinal. Le type de nutrition que beaucoup de gens ont eu lors de la consommation de grandes quantités de matières grasses (saturées et réfractaires), d’aliments gras, de cholestérol, d’aliments épicés et frits, de sucres simples, foie et intestins.

Les caractéristiques de l'évolution de la pancréatite sont souvent déterminées par sa combinaison avec d'autres maladies, ce qui peut s'expliquer par le fait que l'estomac et le pancréas sont étroitement liés. La gastrite, l'ulcère peptique, le reflux gastro-oesophagien appartiennent au groupe des maladies liées à l'acide. Le développement et le maintien des exacerbations du facteur acide-peptique revêtent une grande importance. Relation prouvée entre la sécrétion pancréatique et l'acide chlorhydrique, produit par l'estomac et pénétrant dans le duodénum. C'est l'acide chlorhydrique qui stimule la sécrétion du pancréas. Par conséquent, lors du lancement de processus inflammatoires pathologiques dans la glande, l’hypersécrétion d’acide chlorhydrique revêt une grande importance, et pas seulement l’effet néfaste de ses propres enzymes pancréatiques.

Le régime alimentaire pour les maladies du pancréas et de l'estomac a beaucoup en commun:

  • Création de repos fonctionnel des organes et ménagement maximal lors de l'exacerbation. Les aliments doivent être cuits à la vapeur (ou bouillis), essuyés et utilisés sous une forme pâteuse. Au fur et à mesure que le processus s'apaise, le degré d'économie diminue - aliments non cuits, viande et poisson en morceaux sont servis, mais les principes de préparation restent les mêmes.
  • Réduire le volume des portions et des repas fréquents. Lors d'une exacerbation pendant la pancréatite, le nombre de repas peut atteindre 8 fois par jour et la taille des portions varie de 100 à 200 g. Tous les produits sont bouillis et ont une consistance semi-liquide, une prise alimentaire fractionnée améliore le transport gastroduodénal du morceau de nourriture. Pour une meilleure digestion des protéines, des graisses et des glucides, les rations doivent être réduites et le nombre de repas doit être augmenté à 6 fois par jour. L'acceptation des préparations enzymatiques devrait être obligatoire pour l'utilisation d'aliments gras et protéinés. La thérapie enzymatique minimise également l'activité de sécrétion de la glande et crée un repos fonctionnel pour celle-ci - la production d'enzymes basée sur le principe de rétroaction est inhibée. En outre, les préparations enzymatiques réduisent les manifestations de la flatulence.
  • Exclusion de produits et de plats stimulant la sécrétion de jus (bouillons, légumes marinés, sauces et cornichons, fruits et légumes frais, pain noir, céréales secondaires, boissons aigres, produits laitiers, oignons, en particulier ail, oignons, tomates, poivrons, jus d'agrumes, canneberges, gingembre, chocolat, café, thé) et des produits causant / augmentant les flatulences (légumineuses, raisins, raisins secs, kvas, pâtisseries à la levure, boissons gazeuses, légumes à haute teneur en fibres). Au cours de l’exacerbation, les jus, les huiles végétales, les jaunes d’œufs, la confiture et le miel, qui ont une action sympathique et cholérétique, sont exclus. Pour réduire la teneur en substances extractives dans les plats de viande et de poisson, ils sont préalablement bouillis, en versant de l'eau, puis utilisés pour préparer des plats.
  • L'exclusion de l'alcool. Cela concerne davantage la pancréatite: même une dose de 60 à 80 ml d'alcool par jour, prise quotidiennement pendant 10 ans, conduit à la pancréatite chronique et à son évolution.
  • Régime alimentaire réduit en ce qui concerne les matières grasses - limitez ou excluez l'utilisation de la viande grasse de porc, d'oie et de canard, de graisses animales, de crème, de crème sure et de confiserie. Dans la plupart des cas, lorsque la pancréatite ne nuit pas à l'absorption des graisses, il n'est pas nécessaire de limiter de manière significative la quantité de graisses dans le régime alimentaire. Le plus efficace et rationnel dans ce cas est d’augmenter la dose d’enzymes (la lipase doit être administrée deux fois plus). Le passage à un régime pauvre en graisses aggrave l'équilibre nutritionnel et réduit la capacité d'absorption des vitamines (liposolubles A, E, K, D et groupe B hydrosoluble). Il y a un sens à la restriction en présence de stéatorrhée et à une augmentation de la fonction du secteur externe de la glande. Les restrictions alimentaires sévères doivent s'accompagner d'un soutien nutritionnel. Selon les indications, des mélanges sont affectés à la nutrition entérale (élémentaire, contenant des nutriments homogénéisés).
  • Légumes avec une petite quantité de fibres sous forme de purée de pommes de terre sans beurre et de puddings à la vapeur de légumes.
  • Limiter la quantité de sel à 6-8 g.
  • Vous ne pouvez pas manger de plats chauds et très froids.

La correction du régime alimentaire et de sa composition, ainsi que la thérapie de remplacement parallèle, empêchent le patient de se détériorer en cas de pancréatite chronique accompagnée de symptômes de déficience externe (digestion et absorption des nutriments insuffisantes, perte de poids).

Seules les préparations multienzyme modernes (par exemple, Creon) ayant une activité de lipase de 25 000 à 40 000 UI remplacent complètement le déficit excréteur existant de la glande, mais elles doivent être prises à vie.

Lorsque la pancréatite est préférable d'utiliser des omelettes protéiques

Le manque de micronutriments (sélénium, vitamine C, méthionine et β-carotène) affecte négativement la fonction du pancréas. Par conséquent, il est conseillé d'utiliser des préparations supplémentaires non seulement de ces substances, mais également d'un complexe de vitamines liposolubles.

Produits autorisés

Régime alimentaire pour les maladies de l'estomac et du pancréas comprennent:

  • Les premiers plats cuisinés dans un bouillon de légumes. Le plus souvent, il s’agit de soupes de céréales (semoule, sarrasin, flocons d’avoine, riz) additionnées de légumes en purée. Pour augmenter le contenu calorique et améliorer le goût, ils introduisent un mélange œuf-lait, une petite quantité de crème (avec une bonne tolérance), de la viande hachée et du beurre. Pour varier, vous pouvez cuisiner des soupes de légumes et de céréales. Avec une bonne portabilité, vous pouvez ajouter l'aneth au premier cours.
  • Produits à base de viande maigre (bœuf, porc maigre, poulet, dinde, lapin) - boulettes de viande à la vapeur, boulettes de viande, raviolis, soufflé, zrazy, tartes. De la viande et de la volaille bouillies, préparez une purée de pommes de terre.
  • Légumes non rugueux - pommes de terre, citrouilles, carottes, chou-fleur, courgettes, petits pois et betteraves. La première fois, ils sont cuits à la bouillie et en purée, ajoutez du beurre. Pendant la rémission, vous pouvez manger des légumes crus: carottes râpées à l'huile végétale, potiron râpé, tomates et concombres sans peau.
  • Plats de poisson maigre - la première fois hachée (hamburgers, boulettes de viande, boulettes de viande, zrazy), et plus tard grumeaux. La peau est enlevée et la nourriture est cuite à la vapeur.
  • Bouillie découplée sur l'eau. Utilisez des céréales qui ne contiennent pas une grande quantité de fibres - riz, sarrasin, semoule, flocons d’avoine. Les céréales peuvent être utilisées pour faire des puddings en ajoutant du fromage cottage. La bouillie avec une bonne tolérance du lait peut être cuite avec son addition.
  • Pain blanc séché, biscuit sec et biscuits.
  • Les produits à base de lait fermenté ont un goût non acide. Le lait avec la pancréatite peut être mal toléré, il est donc utilisé uniquement comme additif dans les sauces, les omelettes, les céréales et les soupes. Le régime alimentaire des patients comprend non seulement du fromage cottage, mais aussi des plats - vous pouvez cuisiner des gâteaux au fromage et des puddings, il est également permis de manger du fromage râpé.
  • Œufs à la coque ou sous la forme d'une omelette (pour les pancréatites, il est préférable d'utiliser des omelettes protéinées).
  • Desserts à base de purée de baies à base de semoule. Baies et fruits sucrés transformés thermiquement (pommes de terre au four, en purée, gelée, compote de fruits avec fruits râpés, mousses, gelée).
  • Fruits secs consommés à la vapeur et minables. Pour le dessert, vous pouvez consommer des protéines comme la meringue, la guimauve, la guimauve, la marmelade, une petite quantité de confiture et du miel. En rémission permis l'utilisation de fruits crus et de baies dans une forme minable.
  • Jus de fruits sucrés dilués, thé faible, thé au lait, infusion de dogrose, compotes de fruits frais et secs. Le jus de carotte et les compotes de fruits secs sont accompagnés d'une pancréatite en présence d'une carence en potassium.

Troubles du pancréas: symptômes et traitement

Le pancréas dans le corps humain porte une charge sécrétoire importante. Une journée dans le corps humain se démarque - 1,5 à 2 litres de suc digestif. En cas de dysfonctionnement de la glande, le processus de digestion est perturbé, des douleurs d'intensité variable apparaissent dans l'abdomen, donnant à d'autres organes et à d'autres parties du corps. Les symptômes des maladies du pancréas étant caractéristiques d'autres pathologies, il est nécessaire de diagnostiquer à l'aide de méthodes instrumentales. Le jaunissement de la peau et une faiblesse générale sont un symptôme particulièrement inquiétant, car ils peuvent indiquer l’apparition d’un processus malin.

IMPORTANT À SAVOIR! Un changement de couleur des matières fécales, une diarrhée ou une diarrhée indique la présence dans le corps. Lire plus >>

Les principales fonctions du pancréas sont la production de jus, nécessaire à la mise en œuvre du processus de digestion, à la régulation du métabolisme des lipides, des protéines, des glucides et à la sécrétion d'hormones. Les symptômes des maladies du pancréas ne sont pas spécifiques et ressemblent aux maladies d'autres organes digestifs.

La coloration jaune de la peau résultant d'une violation de l'écoulement biliaire est également caractéristique des maladies alcooliques et de la cirrhose du foie, de la cholangite et de l'hépatite. Le syndrome douloureux n'a souvent pas de localisation claire et a le caractère de zona. Des modifications pathologiques sont observées principalement dans toute la glande et les processus inflammatoires dans cet organe sont accompagnés de maladies de l'estomac et du duodénum.

Les causes de la pancréatite sont souvent de mauvaises habitudes et une mauvaise nutrition. Le cancer du pancréas est la maladie la plus dangereuse, asymptomatique et récemment diagnostiquée.

La pancréatite survient non seulement chez les adultes, mais aussi chez les enfants. La pancréatite chronique de l’enfance est causée par des troubles anatomiques du développement de la glande et des maladies héréditaires (localisation «miroir» de l’organe, division, doublage, forme atypique, kystes congénitaux, germination du tissu de la rate, etc.). La pancréatite chez les enfants provoque souvent des maladies concomitantes du tractus gastro-intestinal - un ulcère de l'estomac et un ulcère duodénal, et l'inflammation de la glande est semblable à celle de l'appendicite aiguë. Les causes de la pancréatite chez les enfants sont également les infections virales et bactériennes, les blessures abdominales, les maladies toxiques et allergiques.

La pancréatite aiguë se manifeste généralement chez les personnes atteintes de cette maladie sous une forme chronique sous l'influence d'un facteur indésirable. Une attaque de pancréatite aiguë peut provoquer les raisons suivantes:

  • aliments épicés, fumés et frits;
  • viande grasse (agneau, porc);
  • les concombres;
  • les tomates;
  • champignons en conserve;
  • gâteaux avec des crèmes grasses;
  • le tabagisme et l'alcool;
  • prendre des drogues.

Au début de la maladie, le seul symptôme peut être une pâleur de la peau. Ensuite, les premiers signes suivants se joignent:

  • Après avoir mangé, en particulier des boissons grasses, des boissons gazeuses et de l'alcool, des douleurs constantes apparaissent dans la partie supérieure de l'abdomen et se propagent dans le dos, sous les omoplates et l'hypochondre. Ce syndrome est le plus caractéristique des coliques pancréatiques. Certains patients souffrant de douleur aiguë s'évanouissent. L'absence de douleur accrue lors de la toux ou de l'inhalation, comme c'est le cas pour l'appendicite et l'inflammation de la vésicule biliaire. La durée de cet état est de plusieurs heures à 2-3 jours.
  • Douleur à la palpation dans la partie supérieure de l'abdomen et de l'hypochondre.
  • Vomissements répétés, ce qui ne soulage pas le patient. L'augmentation de la pression intra-abdominale entraîne une compression de la bile et des canaux pancréatiques et une détérioration. Les vomissements surviennent après avoir mangé des aliments ou des boissons, ils contiennent d’abord les restes d’aliments, puis du mucus et de la bile.
  • Au début d'une crise, avec des vomissements, la pression augmente et le pouls s'accélère. Ensuite, il y a une tachycardie, une diminution de la pression artérielle, un choc peut se développer dans les cas graves.
  • Augmentation de la température à 37 degrés. Une valeur plus élevée indique les complications du processus inflammatoire.
  • Jaune de la sclérotique des yeux.
  • Flatulences résultant d'une production entravée d'enzymes alimentaires par l'organe malade.
  • Aux stades avancés de la maladie, des ballonnements sont observés en raison d'une diminution de la fonction motrice de l'estomac et du côlon transverse, ainsi que de tensions dans la paroi abdominale.
  • Les personnes âgées atteintes d'une pancréatite aiguë sévère accompagnée de maladies concomitantes développent une insuffisance cardiaque, rénale, hépatique et pulmonaire.

La décoloration de la peau dans la pancréatite aiguë indique les troubles suivants:

  • choc pallor - pancréatique, qui aggrave la fonction des organes vitaux, une intoxication grave, des troubles autonomes secondaires;
  • teinte bleuâtre - insuffisance cardiovasculaire aiguë;
  • peau bleue sur toutes les parties du corps - insuffisance respiratoire aiguë;
  • teinte jaune - compression des voies biliaires à la suite d'un œdème et d'une augmentation de la taille de la tête pancréatique.

Dans des cas plus rares, les manifestations suivantes peuvent apparaître:

  • vomissements de sang;
  • selles noires;
  • violation de la miction;
  • hémorragies sous la langue;
  • troubles neurologiques, encéphalopathie, cécité subite.

Des symptômes similaires peuvent survenir dans les pathologies suivantes:

  • appendicite aiguë;
  • inflammation de la vésicule biliaire;
  • coliques biliaires ou rénales;
  • obstruction intestinale;
  • la péritonite;
  • chevauchement de la lumière des vaisseaux sanguins dans la cavité abdominale.

Les complications de la pancréatite aiguë sont des saignements du tube digestif, une péritonite, une septicémie, la formation de fistules. Par conséquent, les médecins ne recommandent pas de faire l'autodiagnostic du corps du patient et de demander de l'aide médicale. Même si les symptômes n'apparaissent pas de façon aussi aiguë et que l'état est normalisé en quelques jours, il est nécessaire de procéder à un examen du pancréas pour identifier la cause de la maladie et l'objectif du traitement. Les patients mènent les études suivantes:

  • ECG pour exclure l'infarctus aigu du myocarde;
  • radiographie du thorax et de la cavité abdominale;
  • Échographie;
  • EGD pour différencier les ulcères gastriques;
  • examen endoscopique des voies biliaires, tomodensitométrie, laparoscopie et autres études selon les indications.

Les analyses de sang et d'urine peuvent détecter le niveau d'activité des enzymes pancréatiques et d'autres anomalies. La plus dangereuse est la pancréatite aiguë purulente-nécrotique, dont les symptômes sont une faiblesse générale prolongée, un état grave, une fièvre accompagnée de frissons, un gonflement grave, des ballonnements persistants, un gonflement de la région lombaire, des vomissements de sang, des douleurs abdominales.

Les symptômes de la pancréatite chronique sont variés et varient au stade aigu et à la rémission. La plus courante est la douleur, aux premiers stades de la maladie, qui ressemble à la douleur liée à la pancréatite aiguë - coupure, brûlure et douleur. Au fil du temps, son caractère change et peut être différent: de type ulcératif, comme le type de colique rénale à gauche, dans l'hypochondre droit ou sans localisation claire. Chez 15% des patients, ces sensations sont absentes, ce qui est associé à une nette détérioration de la production de sécrétions pancréatiques.

Le plus souvent, la douleur se manifeste dans la moitié gauche de la poitrine ou dans le bas du dos ("demi-ceinture gauche" ou "ceinture complète"). Dans de rares cas, une irradiation se produit sous le bras gauche, derrière le sternum, dans la mâchoire inférieure. Une douleur accrue survient une demi-heure après avoir mangé ou bu de l'alcool. Cela est dû au fait qu'après un certain temps, la masse de nourriture passe de l'estomac au duodénum, ​​provoquant une tension dans le pancréas. Parfois, la douleur est perturbée la nuit. Les attaques se produisent à des intervalles de plusieurs jours à plusieurs années.

Les causes de la pancréatite chronique sont les facteurs suivants:

  • abus d'alcool;
  • suralimentation systématique;
  • maladies métaboliques;
  • inflammation chronique de la vésicule biliaire;
  • prendre certains médicaments (indométacine, hormonaux et narcotiques);
  • augmentation de la pression intra-abdominale pendant la grossesse.

En plus de la douleur, les patients s'inquiètent d'autres manifestations:

  • nausées fréquentes;
  • éructations abondantes;
  • brûlures d'estomac;
  • selles erratiques, alternant constipation et diarrhée.

Au cours de la pancréatite chronique, on distingue plusieurs étapes:

  1. 1. 1ère étape. Les symptômes cliniques sont absents et des modifications de la glande sont notées lors de l'examen pour d'autres maladies lors de l'échographie et de la tomodensitométrie.
  2. 2. 2 étape. Des rechutes surviennent périodiquement et sont souvent considérées comme une pancréatite aiguë. Des attaques douloureuses répétées de gravité variable deviennent des douleurs modérées permanentes. L'appétit d'une personne s'aggrave, il commence à perdre du poids. Le stade dure plusieurs années, les crises deviennent progressivement moins graves et les symptômes cliniques persistent entre elles.
  3. 3. 3 étapes. La présence constante des symptômes mentionnés ci-dessus, avec la prédominance de la douleur. Les patients maigrissent et deviennent dépendants des analgésiques.
  4. 4. 4 étape. La douleur diminue, il y a une atrophie de la glande. Le diabète sucré se développe et une tumeur cancéreuse se forme comme une complication.

La production insuffisante de sécrétion pancréatique à la suite d'une inflammation de la glande entraîne l'apparition d'une insuffisance exocrine caractérisée par les symptômes suivants:

  • augmentation du volume des selles;
  • une consistance de selles mousseuse ou aqueuse;
  • Des selles "grasses" mal lavées des parois de la cuvette des toilettes;
  • excréments gris avec odeur désagréable;
  • teneur élevée en résidus d'aliments non digérés dans les selles;
  • dans les cas graves, déshydratation et perte de poids progressive;
  • nausée, vomissements.

La perte de poids peut se produire sur le fond d'un bon appétit chez un patient. La durée des symptômes varie de plusieurs jours avec une crise de pancréatite aiguë à plusieurs mois, en association avec d’autres pathologies gastro-intestinales (troubles de la motilité, reflux, etc.).

Comme le pancréas est responsable de la production d'hormones, une hyperinsulinisme (augmentation de l'insuline dans le sang) et un diabète pancréatogène se développent en sécrétion. Pour les crises au cours de la première maladie, les symptômes suivants sont caractéristiques:

  • anxiété, excitation nerveuse;
  • sensation de faim;
  • tremblant dans les membres;
  • la faiblesse;
  • sueurs froides;
  • phénomènes convulsifs similaires à une crise d'épilepsie (observés chez un tiers des patients).

De telles conditions se produisent souvent l'estomac vide le matin ou lors d'un jeûne forcée. Après avoir mangé, ils disparaissent, mais ils peuvent réapparaître après 2-3 heures.Les premiers signes du diabète pancréatique sont des maladies infectieuses et cutanées fréquentes.

Sur le fond de l'inflammation aiguë ou chronique dans le pancréas peut former des kystes remplis de suc du pancréas ou de liquide saturé d'amylase. Dans 20% des cas, l'apparition de kystes n'est accompagnée d'aucun symptôme. Les kystes de moins de 5 cm n'exercent pas de pression sur les organes et les terminaisons nerveuses adjacents. Les signes de leur formation sont différents et dépendent de la taille, de l'emplacement et de la gravité de l'inflammation dans la glande:

  • douleurs aiguës au début de la croissance des kystes, qui deviennent progressivement ternes et s'apaisent;
  • sensation de lourdeur et de gêne dans l'abdomen et l'hypochondrie;
  • attaques récurrentes de douleur aiguë;
  • augmentation de l'inconfort lorsque vous portez des vêtements serrés;
  • des nausées;
  • vomissements à la fin d'une crise douloureuse;
  • distension abdominale, asymétrie;
  • chaise instable.

5% des patients développent un diabète. En cas de rupture d'un kyste ou de sa suppuration, la douleur devient insupportablement forte. En cas de compression des organes voisins, les symptômes suivants sont ajoutés:

  • douleurs brûlantes persistantes dans le dos et la poitrine (si un kyste exerce une pression sur le plexus solaire);
  • peau jaune, démangeaisons (compression du canal biliaire);
  • gonflement des jambes (compression de la veine porte);
  • essoufflement (compression du diaphragme);
  • rétention urinaire (le kyste exerce une pression sur les uretères).

Diagnostic des kystes produits par ultrasons, imagerie par résonance magnétique et calcul. Les complications de la maladie comprennent la formation de fistules, d'hémorragies et d'infection.

Les facteurs suivants contribuent à l'apparition de calculs dans le pancréas:

  • pancréatite chronique;
  • abus d'alcool;
  • prédisposition génétique.

Les pierres sont le plus souvent formées dans les conduits de la glande, leur augmentation conduit à un blocage des conduits et au développement d'une pancréatite aiguë avec les symptômes correspondants:

  • accès de douleur dans le haut de l'abdomen, irradiant dans le dos et présentant un caractère de zona;
  • flatulences prononcées;
  • diarrhée persistante entraînant une perte de poids;
  • à un stade ultérieur - fèces graisseuses.

Les attaques surviennent généralement à cause d'erreurs de nutrition.

En cas d'inflammation chronique d'un organe, le risque de développer des tumeurs malignes est élevé, ce qui est associé à la croissance des tissus et à des lésions du génome cellulaire. Le cancer du pancréas se développe dans de nombreux cas sur fond de pancréatite chronique. 20 ans après le début de cette maladie, un cancer survient chez 4% des patients et vers l'âge de 70 ans, des tumeurs malignes apparaissent chez la moitié des patients.

Le cancer du pancréas est plus souvent détecté chez les hommes que chez les femmes de plus de 50 ans. Cette maladie est très grave, la plupart des patients décèdent au cours des six premiers mois suivant le diagnostic et le taux de survie à cinq ans ne dépasse pas 5%. Parmi tous les types de tumeurs malignes du corps humain, le cancer du pancréas a le pronostic le plus décevant. Une mortalité plus élevée est associée à un diagnostic tardif de cancer et de métastases progressives vers des organes situés à proximité (foie, intestins, poumons).

Les facteurs de risque autres que la pancréatite chronique sont les suivants:

  • prédisposition génétique;
  • abus d'alcool;
  • tabagisme (avec l'utilisation d'un paquet de cigarettes par jour, le risque augmente 4 fois);
  • grandes quantités de viande dans le régime alimentaire;
  • tumeurs bénignes et ulcères d'estomac.

Les symptômes du cancer apparaissent très tardivement, lorsque la tumeur est presque épuisée "a mesuré sa vie." Par conséquent, les personnes à risque doivent subir une enquête annuelle. Les signes de cancer aux stades avancés sont les suivants:

  • des ballonnements;
  • malaise général, faiblesse;
  • la constipation;
  • douleur abdominale grave;
  • l'apparition de douleur sans facteur provocateur sous la forme d'une violation de l'alimentation ou de la consommation d'alcool;
  • perte de poids due à l'intoxication et à la réduction de la sécrétion des glandes;
  • nausée, vomissement;
  • jaunissement de la peau (dans 30% des cas est le seul symptôme), démangeaisons.

Si la douleur est aggravée la nuit ou en décubitus dorsal, cela indique la germination du cancer dans d'autres organes. Certains patients subissent un changement spontané de l'intensité de la coloration ictérique de la peau. Plus tard, d'autres symptômes se joignent:

  • troubles neurologiques (maux de tête, irritabilité, troubles du sommeil);
  • saignements de nez;
  • hémorragie sous-cutanée;
  • formation de nodules sous-cutanés;
  • la bradycardie;
  • abaisser la pression artérielle;
  • diabète rapidement progressif;
  • obstruction intestinale;
  • saignements d'estomac.

Le traitement de la pancréatite aiguë et des exacerbations chroniques a une base et est effectué à l'hôpital. Dans les 2-5 premiers jours (en fonction de la gravité de la maladie), le traitement de la faim est indiqué. Les médicaments suivants sont utilisés:

  • Cholinolytiques pour réduire les sécrétions gastriques et pancréatiques, réduire le tonus musculaire, soulager les spasmes (atropine, probantine, métatsine, gastrotsepine et autres).
  • Préparations à activité vasodilatatrice et spasmolytique (No-shpa, Papaverin, Fenicaberan, Duspatalin et autres).
  • Analgésiques non narcotiques et narcotiques présentant l'inefficacité des médicaments des 2 groupes précédents (kétoprofène, Analgin, Baralgin, Promedol et autres).
  • Les médicaments qui réduisent l'acidité de l'estomac et inhibent indirectement la sécrétion de la glande (Fosfalyugel, Almagel, Maalox, Cimétidine, Oméprazole, Dralgin et autres).
  • Les médicaments qui réduisent directement l’activité du pancréas (Octréotide, Trasilol, Somatostatine, Contrical, Gordox, Aprotinin et autres).
  • Dans la pancréatite ischémique, la nitroglycérine, l’amylnitrite, la procaïne sont injectés par voie intraveineuse.
  • Des solutions de chlorure de sodium, d'albumine et de glucose sont introduites en tant que mesure de détoxification.
  • Des antibiotiques (norfoxacine, péfloxacine, clarithromycine, céfotaxime, métronidazole et autres) sont utilisés pour prévenir les maladies infectieuses en cas d’œdème de la glande.
  • Produits enzymatiques ne contenant pas d’acides biliaires (pancréatine, créon). Au stade de la rémission, les médicaments combinés Abomin, Pepsidil, Festal, Wobenzym et autres sont prescrits.
  • Préparations à base de plantes à base de chardon-Marie, dymyanki, artichaut.
  • Complexes de vitamines, soutien nutritionnel en cas de perte de poids intensive et teneur en matières grasses dans les selles supérieure à 15 g / jour.

Les préparations enzymatiques chez les patients atteints de pancréatite chronique, accompagnées d'une insuffisance de sécrétion, doivent être prises tout au long de la vie. Les patients pour lesquels la fonction de sécrétion n'est pas altérée se voient prescrire des cours de créon ou de pancréatine. Le refroidissement de l'abdomen dans la région pancréatique à l'aide d'une bulle de glace aide à réduire l'enflure et la douleur dans l'organe malade. Si les méthodes conservatrices sont inefficaces, un traitement chirurgical est effectué.

Le traitement des kystes dans le pancréas est effectué de manière globale et comprend l'administration de médicaments utilisés dans le traitement de la pancréatite chronique et une intervention chirurgicale visant à éliminer une partie altérée de la glande ou à drainer le kyste. Dans certains cas, la résorption spontanée des kystes se produit à l'arrière-plan du traitement conservateur. Avec plusieurs kystes, le prélèvement complet de l'organe est effectué.

Chez les patients présentant des calculs dans le pancréas, le traitement est réalisé selon le même schéma que dans la pancréatite chronique. Le citrate est injecté dans les canaux pancréatiques pour dissoudre les calculs. Suppression des calculs non dissous par voie endoscopique.

Le traitement chirurgical est le seul traitement efficace contre le cancer de la glande. Comme un cancer ne se manifeste pas longtemps et que les patients tardent à demander de l'aide médicale, seuls 15% des patients peuvent être traités avec une méthode opératoire. Avec l'élimination complète de la glande, le nombre de décès après la chirurgie est presque le tiers. Pour les douleurs sévères, on prescrit des analgésiques narcotiques aux patients en oncologie.

La base du traitement et de la prévention des maladies de la glande est une nutrition et un régime appropriés pour les objectifs suivants:

  • réduire le besoin de production d'enzymes glandulaires, ce qui contribue à réduire l'inflammation;
  • réduction de la sécrétion de la vésicule biliaire;
  • fournir les meilleures conditions pour les processus de réparation (récupération) dans l'organe malade;
  • ménageant chimiquement et mécaniquement les aliments;
  • prévention du foie gras;
  • Nutrition dans le contexte de la perte intensive de substances nécessaires à la suite de troubles dyspeptiques.

Dans les premiers jours avec l'exacerbation de la pancréatite devrait s'abstenir de manger. Un liquide (décoction avec rose sauvage, thé léger, eau) doit être pris par petites portions de 1 c. 5-6 fois par jour. Avec l'amélioration de l'état aller à un régime limité, composé des plats suivants:

  • soupes de céréales et de mucus;
  • bouillie en purée au lait, consistance liquide;
  • purée de légumes bouillis;
  • gelée à base de jus de fruits.

De l'alimentation, il est nécessaire d'exclure les aliments qui provoquent une augmentation de la flatulence et de stimuler la sécrétion des sucs digestifs. Ceux-ci comprennent:

  • bouillons de viande et de poisson concentrés;
  • plats aux champignons;
  • bouillons forts de légumes;
  • viandes et poissons gras;
  • plats frits et fumés;
  • aliments en conserve;
  • saucisses;
  • fruits et légumes non transformés thermiquement;
  • pâtisseries, pain noir;
  • crème glacée;
  • boissons contenant de la caféine, sodas, cacao, chocolat;
  • boissons alcoolisées;
  • épices, épices.

La nourriture est cuite à la vapeur ou bouillie de manière à être liquide ou semi-liquide. Vous devez manger fractionné, 5-6 fois par jour. Après 3-5 jours, le régime peut être étendu avec les produits suivants:

  • pain séché;
  • viande maigre et poisson;
  • œufs à la coque;
  • omelette cuite à la vapeur;
  • fromage cottage aigre frais;
  • beurre (dans la composition des plats);
  • pommes cuites au four.

Après 3-4 jours, passez à une version économe du régime alimentaire, dont la durée est de 1-1,5 mois:

  • bouillons et soupes végétariennes, râpés (sans chou);
  • céréales épaisses;
  • les pâtes;
  • fruits et légumes crus;
  • fromages non coupants;
  • saucisse de médecin, viande bouillie faible en gras et poisson en morceaux;
  • biscuits insaturés;
  • crème sure et crème (uniquement dans les plats);
  • kéfir non acide;
  • jus de fruits, dilués avec de l'eau dans un rapport de 1: 1.

Pendant la rémission, vous devez également suivre le régime alimentaire. Les aliments devraient contenir une grande quantité de protéines animales et les matières grasses devraient être limitées. La consommation de sel ne devrait pas dépasser 6 g / jour. Nous ne pouvons pas permettre des changements drastiques dans l'alimentation tout en améliorant le bien-être. Le processus de récupération de l'organe malade dans la pancréatite aiguë est de 1 mois et demi et, au cours de l'évolution chronique de la maladie, le régime alimentaire doit toujours être suivi. Les aliments doivent être mastiqués avec précaution et lentement et la température des plats ne doit pas dépasser 60 degrés.

Et un peu sur les secrets.

Si vous avez déjà essayé de guérir la PANCRÉATITE, si oui, vous avez probablement rencontré les difficultés suivantes:

  • le traitement médicamenteux prescrit par les médecins ne fonctionne tout simplement pas;
  • les médicaments de thérapie de remplacement qui pénètrent dans le corps de l’aide extérieure ne sont utiles qu’au moment de l’admission;
  • EFFETS INDÉSIRABLES SUR LA PRISE DE COMPRIMÉS;

Et maintenant, répondez à la question: cela vous convient-il? C'est vrai - il est temps d'arrêter ça! Êtes-vous d'accord? Ne perdez-vous pas de l'argent sur des traitements inutiles et ne perdez pas de temps? C'est pourquoi nous avons décidé de publier THIS LINK sur le blog de l'une de nos lectrices, où elle décrit en détail comment elle a guéri la pancréatite sans pilule, car il a été scientifiquement prouvé que les pilules ne peuvent pas le guérir. Voici un moyen éprouvé.