Chirurgie d'élimination des polypes dans les intestins: indications, conduction, rééducation

Auparavant, on pensait que l'élimination des polypes dans l'intestin n'était recommandée que pour les tumeurs volumineuses ou multiples. Cependant, les statistiques sur la transformation de ces tumeurs bénignes en tumeurs malignes (10 à 30% des cas) ont montré qu'il est important que la prévention du cancer élimine même les petits polypes.

Aujourd'hui, le traitement endoscopique est utilisé pour éliminer les polypes du côlon et de l'intestin grêle, sauf lorsque la tumeur est située dans les régions intestinales inaccessibles à l'endoscope. Polypes volumineux et multiples, risque élevé de transformation en cancer - une indication du fonctionnement de la résection segmentaire.

Tactique de traitement

Lorsqu’un petit polype est détecté, une tactique d’attente peut être prescrite - le médecin observe la dynamique de la croissance tumorale au cours de l’année et, si aucun changement significatif n’est constaté, l’opération de retrait des polypes n’est pas effectuée. Cependant, dans ce cas, il est impératif de continuer à être examiné régulièrement pour éliminer le risque de renaissance dans le temps.

En raison de la psychologie des patients russes, dans la plupart des cas, le retrait endoscopique est immédiatement attribué à la place de la tactique d'attente. Les gens pensent qu'il n'est pas nécessaire de s'inquiéter des petits polypes et qu'ils ne tiennent pas compte des rendez-vous des médecins pour des examens répétés. Les experts abordent donc immédiatement le problème de manière radicale - c'est l'option la plus sûre. Même une petite tumeur peut rapidement maligniser.

Le traitement conservateur des polypes dans l'intestin n'existe pas - il est simplement inefficace.

En présence d'autres complications possibles des polypes - saignements, diarrhée persistante, sécrétion abondante de mucus ou processus inflammatoires sévères - la tactique d'attente n'est pas utilisée, l'opération est prescrite immédiatement.

Enlèvement de polypes dans le côlon

Dans la plupart des cas, l’élimination des polypes dans le rectum en toute simplicité est réalisée par une méthode endoscopique au cours d’une coloscopie. Le même traitement s'applique aux polypes sigmoïdes. L'opération s'appelle une polypectomie.

Préparation à la chirurgie

Lors de la préparation à la chirurgie, il est nécessaire de nettoyer les intestins. Pour ce faire, la veille du jour où il est montré au patient de boire au moins 3,5 litres d’eau propre, la nourriture ne comprend que de la nourriture liquide et légère. Dans la soirée avant la procédure ne peut pas manger et boire. Un lavement nettoyant peut être prescrit.

Parfois prescrit l'utilisation d'une solution spéciale avec de l'eau et des laxatifs. Le plus souvent, il s'agit d'une solution de polyéthylène glycol (4 litres), à boire 180 minutes le soir avant l'opération, ou de préparations à base de lactulose (solutions de Duphalac ou d'autres médicaments contenant ce composant). Dans le second cas, 3 litres de liquide sont divisés en deux étapes - avant le déjeuner de la veille de l'opération et le soir. Après avoir pris ces solutions devrait ouvrir la diarrhée, éventuellement des ballonnements et des douleurs dans l'abdomen.

Si le patient prend des médicaments anticoagulants (aspirine, warfarine, ibuprofène, etc.), il est important de le signaler à votre médecin. Très probablement, un à deux jours avant une coloscopie, ils devront être abandonnés.

Polypectomie

La coloscopie est réalisée uniquement dans des salles spécialement équipées. Le patient est couché sur le côté gauche du canapé, des médicaments sont introduits pour l'anesthésie. L'accès aux polypes se fait par l'anus, un endoscope souple et fin (coloscope) avec une petite lampe de poche et une caméra vidéo y est inséré, ce qui vous permet de surveiller visuellement la progression de l'opération.

Si le polype est plat, on lui injecte un médicament spécial (souvent de l'adrénaline) qui le soulève au-dessus de la surface de la muqueuse. La tumeur est enlevée avec une boucle diathermique à la fin. Elle saisit la base du polype et l'intercepte, agissant simultanément avec un courant électrique pour cautériser la zone endommagée et prévenir les saignements.

C'est important! Les polypes découpés sont obligatoirement envoyés pour analyse histologique, mais seulement après le diagnostic final. Si des cellules anormales indiquant une tumeur maligne sont trouvées, le patient subit une résection partielle de l'intestin.

Dans de rares cas, la chirurgie au laser pour éliminer les polypes est utilisée. Il n’est pas aussi efficace qu’une coloscopie, car il n’est pas possible d’obtenir du matériel tissulaire pour l’histologie (le polype est tout simplement brûlé à la racine) et il existe des difficultés pour le contrôle visuel (dû à la fumée).

Excision transanale de polypes

S'il est impossible d'effectuer une opération coloscopique, une intervention chirurgicale directe par l'anus peut être prescrite. Un tel traitement n'est pas possible si les polypes sont situés à plus de 10 cm de l'anus.

Avant l'opération, une anesthésie locale est effectuée selon Vishnevsky, une anesthésie générale est parfois prescrite. Un spéculum rectal est inséré dans l'anus. La base / jambe du polype est excisée avec des outils spéciaux (pince de Billroth), la plaie est suturée avec 2-3 nœuds de catgut.

Si le polype est situé dans un intervalle de 6 à 10 cm de l'ouverture, après l'opération, le spéculum rectal est inséré avec les doigts, le sphincter est relâché, après quoi un grand miroir gynécologique est inséré, permettant de mettre de côté la paroi intestinale non touchée par les polypes. Ensuite, un court miroir est inséré et la tumeur est enlevée de la même manière. Les polypes sont envoyés pour histologie.

Résection segmentaire du côlon

Une telle opération est prescrite uniquement à haut risque de tumeur maligne de la tumeur du colon ou de la présence de plusieurs polypes étroitement espacés. Il est effectué sous anesthésie générale. En fonction de l'emplacement des tumeurs, choisissez le type d'opération:

  • Résection antérieure du rectum. Nommé avec une tumeur à plus de 12 cm de l'anus. Le médecin enlève les parties affectées du sigmoïde et du rectum, puis assemble les parties restantes de l'intestin. Les terminaisons nerveuses, une miction saine et la fonction sexuelle sont préservés, les selles sont normalement conservées dans l'intestin.
  • Faible devant Il est utilisé lorsque la tumeur est située à 6-12 cm de l'anus. Une partie de la sigmoïde et de tout le rectum est retirée, l'anus est préservé. Un «réservoir» temporaire est formé pour contenir les matières fécales et la stomie (une partie de l'intestin est sortie par le péritoine), ce qui aide à empêcher les excréments de pénétrer dans la région réticulée de l'intestin. Après 2-3 mois, une opération de reconstruction est effectuée pour fermer la stomie et rétablir la fonction normale du transit intestinal.
  • Abdominale et anale. Elle est réalisée lorsque les néoplasmes sont situés à une distance de 4 à 6 cm de l'anus. La partie du côlon sigmoïde, le rectum entier et éventuellement la partie de l'anus sont enlevés. Une stomie est formée, qui est fermée après 2-3 mois.
  • Abdominale-périnéale. Indiqué lorsque la tumeur est située près de l'anus. Retirez une partie du côlon sigmoïde, toute la ligne, l'anus et une partie des muscles du plancher pelvien. Une stomie permanente est formée, car il est impossible de maintenir la fonction des selles normales (le sphincter est découpé).

C'est important! Lors de l'ouverture d'une stomie permanente, la patiente reçoit des conseils pour prendre soin d'elle et organiser ses activités vitales. Dans la plupart des cas, vous pouvez atteindre une qualité de vie élevée, malgré les inconvénients et les défauts esthétiques.

Traitement des polypes dans l'intestin grêle

Les polypes simples de l'intestin grêle situés sur la jambe sont éliminés à l'aide d'une entérotomie. En présence d'autres néoplasmes, on observe une résection de l'intestin grêle.

Entérotomie

Cette intervention chirurgicale est dangereuse, elle est beaucoup plus grave que les méthodes endoscopiques et nécessite un chirurgien hautement qualifié. Étapes de:

  1. Le patient est injecté dans un état d'anesthésie générale.
  2. Au-dessus de la section nécessaire de l'intestin grêle se trouve une incision transversale avec un scalpel ou un couteau électrique.
  3. Les polypes sont excisés à travers la zone de coupe et envoyés à l'histologie.
  4. Toutes les coupes sont suturées.

Après l'opération, le patient devrait être à l'hôpital sous la surveillance d'un chirurgien et d'un gastro-entérologue. Le repos au lit est nécessaire, des analgésiques sont prescrits pour le soulagement de la douleur, un régime strict est observé. Avec un professionnalisme insuffisant du médecin peut provoquer un rétrécissement de l'intestin grêle, des saignements.

Résection segmentaire de l'intestin grêle

L’opération est réalisée par une méthode ouverte ou laparoscopique, la seconde est préférable, car elle a moins d’effets négatifs - les cicatrices sont plus petites, la probabilité d’infection est plus faible et la réadaptation rapide du patient. La préparation à l'intervention est effectuée selon le schéma standard décrit ci-dessus. L'exécution est la suivante:

  1. Immersion du patient sous anesthésie générale.
  2. Introduction de dioxyde de carbone sous le péritoine pour faciliter la manipulation d'instruments chirurgicaux dans l'abdomen.
  3. La dissection du péritoine en 4 à 6 endroits, des incisions de 1 à 2 cm de longueur, un laparoscope muni d'une caméra sont insérés dans l'une d'elles et les instruments du chirurgien dans les autres.
  4. La partie endommagée de l'intestin est enlevée, les parties saines sont cousues ou des agrafes chirurgicales sont placées dessus.
  5. Les instruments chirurgicaux sont retirés, le dioxyde de carbone est éliminé, les incisions sont cousues et stérilisées.

L'opération dure jusqu'à 3 heures, après quoi le patient est progressivement retiré de l'anesthésie (jusqu'à 2 heures). La récupération prend 3-7 jours à l'hôpital. Lorsqu'une résection de type ouvert est effectuée, une grande incision péritonéale est pratiquée. La réadaptation prend jusqu'à 10 jours à l'hôpital, sinon il n'y a pas de différence.

Période de rééducation

Dans les 2 ans suivant l'élimination des polypes, le risque de récidive et de cancer de l'intestin est élevé. Les patients présentent des examens réguliers tous les 3 à 6 mois. La première inspection est nommée après 1-2 mois après la chirurgie. Dans la période suivante (à partir de la troisième année après le traitement), il est nécessaire de procéder à l'examen tous les 12 mois.

Voici des recommandations générales après le retrait des polypes:

  • N'ignorez pas les examens prophylactiques, venez chez le médecin à l'heure convenue, suivez ses recommandations.
  • Abandonnez les mauvaises habitudes, fumer et boire de l'alcool sont hautement indésirables.
  • Ne vous engagez pas dans un travail physique pénible, soulevez des poids - cela augmentera le risque de saignement.
  • Évitez de trop refroidir et de surchauffer, ne restez pas au soleil trop longtemps, jetez le lit de bronzage et suivez les mesures d'hygiène prescrites.
  • Essayez de limiter le stress, évitez le surmenage. Un repos sain joue un rôle important dans la récupération.

Pendant la période de rééducation, vous devez suivre un régime. Au cours de la première semaine après la chirurgie endoscopique, il est conseillé de manger de la nourriture broyée, de la purée de pomme de terre et des céréales tendres. Les aliments durs et difficiles à digérer riches en fibres grossières sont exclus. Les repas doivent être fractionnés - manger jusqu'à 6 fois par jour.

C'est important! Après des chirurgies ouvertes, le médecin prescrit un régime alimentaire, il est très difficile et exclut presque tous les aliments.

Un besoin urgent de consulter un médecin si vous avez les complications suivantes:

  • Fièvre, frissons;
  • Lourdeur dans l'estomac, douleurs tiraillantes;
  • Rougeur, gonflement dans l'anus;
  • Noirceur des selles, mélange de sang pendant les selles, constipation;
  • Nausées, vomissements et autres signes d'intoxication.

Cela peut indiquer les conséquences dangereuses de l'opération, notamment un saignement, une perforation de la paroi intestinale, une obstruction intestinale, une entérocolite, la formation de calculs fécaux ou une tumeur maligne.

Prix ​​moyens

Le coût des opérations d'élimination des polypes dans les intestins varie considérablement en fonction de la clinique, des qualifications du médecin et de la quantité de travail. La fourchette de prix approximative est présentée dans le tableau.

Enlèvement de polypes dans le rectum

Polypes dans le rectum - tumeurs bénignes qui se forment sur la membrane muqueuse des parois intestinales. La raison de l'apparition n'est pas définie. Se lever sur le côlon des hommes, des femmes de tous âges. En médecine, il existe des cas de détection de polypes chez les nourrissons. Le symptôme douloureux de la maladie n’est pas présent, le patient découvre souvent de lui par hasard en se faisant examiner. Les douleurs aiguës à droite indiquent les polypes de l'intestin ascendant, à gauche - descendant.

Méthodes de traitement

Le traitement médicamenteux ne fonctionne pas. L'éducation fait référence à la forme initiale de cancer. On ne demande pas au patient s'il doit retirer le polype. Après avoir révélé une tumeur dans l'intestin, après avoir étudié le type, le médecin recommande une méthode opératoire de traitement. Déterminant le type d'opération, le chirurgien est repoussé par l'âge du patient, la gravité de la maladie, la présence de processus pathologiques intestinaux. Envisager des options pour des solutions chirurgicales.

Méthode d'enlèvement endomicroscopie

L'intervention chirurgicale est réalisée avec un proctoscope. L'instrument, équipé d'une caméra, d'une ampoule, est inséré dans l'anus. Le gaz est acheminé par le tube jusqu'au lieu d'opération, l'intestin se dilate, l'accès au lieu d'opération est libéré. Grâce à la caméra, une image agrandie de ce qui se passe sur le moniteur.

Le chirurgien examine une forme de polype, le type. La formation d'instruments endoscopiques est supprimée. Un endoscopiste aura besoin de 8 minutes pour inspecter une partie du côlon. L'opération est attribuée au stade initial du développement de la tumeur. Le saignement est éliminé par la coagulation.

Méthode d'électro excision

La veille de l'opération, le patient consomme le minimum de nourriture. Les intestins du patient sont nettoyés avec des laxatifs, des lavement. Un anesthésique local est piqué sur la patiente, elle propose de prendre une posture genou-coude et un coloscope gélifié est inséré dans l'anus. À l'aide du tube du coloscope, une boucle d'un mince câble métallique est poussée sur le site de l'opération. La boucle capture la jambe du polype. Un appareil générant du courant est rapproché de la boucle. L'action prend quelques secondes, à la suite de la brûlure du polype.

Si nécessaire, l'alimentation en courant est répétée. Le mur est cautérisé. Si la base a une grande surface, elle est retirée par parties. Lorsqu'un polype est grand, une nouvelle opération est effectuée. Attribuez-le deux semaines après le premier. La muqueuse doit guérir. La coloscopie élimine les saignements, est plus rapide que la troncature d'une autre manière. Si le polype est situé loin de l'anus, le chirurgien choisit une autre méthode.

Résection de la région rectale

Un endoscope est utilisé pour l'examen. L'opération implique l'ablation partielle ou complète du rectum. Attribuer une résection lorsqu'un polype bénin devient maligne. La chirurgie est effectuée par des chirurgiens sous anesthésie générale. La taille de la zone à éliminer est déterminée individuellement. Dans de rares cas, le rectum entier est supprimé. L'objectif est d'empêcher la propagation des métastases et la transition du cancer vers d'autres parties de l'intestin.

Enlèvement de polypes au laser

L'élimination au laser des polypes s'effectue de deux manières: la coagulation et l'excision.

La coagulation au laser réside dans la piqûre de l'éducation, réalisée sous anesthésie locale. Excision - polypectomie classique avec un scalpel laser. Cette méthode opératoire est utilisée si le polype n'est pas situé à plus de 8 cm de l'anneau anal. Le traitement au laser est effectué sous anesthésie générale. La période postopératoire dure 15-20 jours, le patient est prescrit un régime strict.

Excision transanale

L'opération est prescrite si la formation présente une structure villeuse adénomateuse et qu'elle est retirée de l'anus jusqu'à 10 cm par une anesthésie locale. Le médecin dilate l'anus, retarde la tumeur avec une pince, fait une incision transversale à la place de la tige. Si la forme de la base du polype est ovale, il est découpé, suturé sur la membrane muqueuse de l'intestin. L'excision transanale a une complication dangereuse - saignement.

Colotomie

Lorsque la tumeur est trop haute, il n'est pas possible de la faire passer par l'anus. Les médecins utilisent la colotomie. La paroi abdominale est ouverte, la palpation de la partie nécessaire de l'intestin est effectuée. Un polype est détecté, le segment affecté de l'intestin est isolé à l'aide d'une pince chirurgicale spéciale, ouverte et retirée. C'est une méthode conservatrice, rarement utilisée en chirurgie.

Après le retrait, la formation est transférée au laboratoire. Il devrait y avoir une étude pour la présence de cellules cancéreuses. Des résultats de l’étude dépendra des actions du médecin. Si un patient soupçonne un cancer, une coloscopie de contrôle est prescrite. Si le diagnostic de cancer est confirmé, procéder à l'élimination de l'ensemble de la zone touchée.

Préparer le patient à la chirurgie pour enlever les polypes

En pratique médicale, la plupart des formations peuvent être éliminées à l'aide de méthodes: endoscopique et coloscopie. La préparation à la chirurgie suit généralement un schéma spécifique appliqué aux deux types d’intervention.

Deux jours avant l'opération, le patient se compose d'un régime visant à éliminer les toxines du corps. 12 heures avant la procédure, le patient boit un laxatif - huile de ricin. Après avoir retiré les matières fécales, les intestins sont lavés avec un lavement. Une fois que cela doit être fait à la maison. À l'hôpital, le lavement est répété jusqu'à ce que les intestins soient complètement nettoyés immédiatement avant la procédure. L'opération est prescrite pour la première moitié de la journée. En plus d'un verre de liquide, le patient ne peut rien manger.

Période de récupération après la chirurgie

La période de rééducation dépend du mode de fonctionnement. La restauration complète de la muqueuse a lieu 2 semaines après le retrait. La première fois, il y aura un facteur dangereux de cette période - la constipation. Le patient doit suivre un régime, manger régulièrement, en petites portions. Pendant la période postopératoire, les médecins ne recommandent pas le port de poids.

Des taches, des douleurs, des vomissements, de la fièvre, une panne générale, un gonflement des jambes peuvent présenter des symptômes de complications. Dans ce cas, vous devez contacter immédiatement l’hôpital pour obtenir de l’aide.

Suivre un régime

Après la chirurgie, on recommande au patient un régime thérapeutique. Après 24 heures, le patient est autorisé à boire une petite quantité de liquide. Autorisé à humidifier les lèvres avec de l'eau citronnée. 3 heures après la première prise de liquide, le patient a le droit de consommer un bouillon de légumes. Après 12 heures, vous pouvez boire du bouillon de riz et de la gelée de fruits.

Le patient doit d’abord se tenir à un régime liquide pour minimiser la charge sur les intestins. La nourriture ordinaire est considérée comme une contre-indication dangereuse pour la cicatrisation des plaies. Le troisième jour après l'opération, des soupes et des bouillies en purée liquides, du poulet, des légumes hachés au mélangeur sont introduits dans l'alimentation. Les nouveaux plats doivent être pris avec le plus grand soin sous la surveillance d'un médecin. Si l'aliment provoque des douleurs ou des ballonnements, il est supprimé du menu. Après deux semaines, l'alimentation du patient est élargie par l'introduction de plats cuits à la vapeur, qui sont ensuite broyés. Le régime alimentaire reste inchangé - manger de la nourriture en petites quantités, souvent.

Dans les aliments préparés est autorisé à ajouter des légumes, du beurre. Une règle importante est la température du plat. Il devrait être confortable pour la muqueuse intestinale. Manger devrait être peint sur l'horloge, essayez de respecter les intervalles de temps. Recommandé de manger 6 fois par jour. En observant les règles, vous obtiendrez une guérison rapide des plaies, une protection contre la réapparition de l'apparition de la maladie, une rééducation prenant moins de temps.

Prévention des polypes

Pour prévenir l'apparition de polypes, les médecins recommandent de traiter les maladies de l'estomac, les intestins à temps, de suivre les principes d'une nutrition adéquate, de boire beaucoup d'eau.

Pour éliminer la constipation, il est nécessaire de prendre des mesures:

  • Entrez dans les produits de régime contenant du potassium. Cet élément améliore la motilité gastro-intestinale. Le potassium est riche en beaucoup de fruits, fruits secs.
  • Pas de nourriture de fast food.
  • Ne vous laissez pas emporter par des laxatifs, des lavements. Les préparations qui améliorent la vidange mènent à une défaillance intestinale pour remplir seules des fonctions importantes.
  • Vivez une vie mobile, pratiquez du sport, marchez davantage.

Il est nécessaire de faire des tests périodiquement. La prévention de la récurrence des polypes est caractérisée par la fréquence de. Une opération réussie ne garantit pas la disparition définitive de la maladie. Le patient doit consulter le coloproctologue tous les six mois, une fois par an, adopter un mode de vie sain, s’en tenir à un régime alimentaire, faire attention à la douleur ressentie lors de la vidange. Une attitude négligente envers la santé entraîne de graves conséquences.

Causes, symptômes, traitement et élimination des polypes dans le rectum

Le polype dans le rectum est une formation épithéliale d'origine bénigne provenant de la membrane muqueuse de la région ano-rectale. Il se développe dans la lumière intestinale et est reconnu par les médecins comme une condition précancéreuse. Ces croissances peuvent être simples et multiples, peuvent être combinées en groupes. Parfois, la polypose rectale est diagnostiquée même dans l'enfance.

En ce qui concerne la forme de telles tumeurs, il en existe quatre types: le polype a l'apparence d'un champignon (sous une jambe épaisse ou mince), ou ressemble à une grappe de raisin, une éponge ou un nodule étroit.

Bien que la fréquence de détection des polypes au cours de la sigmoïdoscopie ne dépasse pas 7,5%, ils sont beaucoup plus fréquents. Les erreurs des statistiques disponibles sont tout à fait compréhensibles et sont principalement dues à l'évolution asymptomatique de la maladie. De plus, il est prouvé que 30% des morts se trouvent à l'ouverture des polypes dans le rectum.

Les personnes qui ont franchi la ligne d'âge à 45 ans doivent absolument subir une coloscopie à des fins prophylactiques, car les polypes sont retrouvés dans 10% des cas chez les patients adultes. Dans le même temps, 1% des patients sont porteurs de tumeurs malignes. Et plus il y a de polypes, plus le risque de malignité est élevé.

Symptômes de polypes dans le rectum

Il est assez difficile de suspecter un polype d'après les symptômes, car les signes cliniques ne sont pas spécifiques et peuvent indiquer de nombreuses autres pathologies intestinales.

Cependant, les manifestations suivantes doivent être la raison du traitement immédiat chez le médecin:

La sensation de malaise, ainsi que la sensation d'un objet étranger dans l'anus. Le plus souvent, ce symptôme indique la présence d'une éducation dans le rectum. Ces sentiments résultent de la pression exercée par la tumeur sur la paroi intestinale opposée. Cependant, une sensation d'inconfort prononcée n'apparaît que lorsque la croissance atteint de grandes tailles. Le patient ne ressent pas la sensation d'un objet étranger sur une base continue. La sensation désagréable se produit périodiquement et est cramping dans la nature. En outre, une gêne peut apparaître dans la région pubienne ou sur le côté. Si la pathologie a progressé, la douleur peut constamment déranger la personne, elle change de caractère et devient arquée;

Douleur du bas-ventre. Les douleurs ne sont jamais des compagnons des jeunes polypes, des sentiments négatifs apparaissent au fur et à mesure que la maladie progresse. Une réaction douloureuse est la réponse des récepteurs du rectum et du côlon à la congestion existante. Après tout, plus le néoplasme est grand, plus la lumière intestinale est étroite, de sorte que l’excrétion naturelle des matières fécales est très difficile. Une personne malade souffre de constipation longue et régulière. La présence constante de matières fécales dans les intestins étire ses boucles, ce qui provoque une douleur. De plus, la douleur dans le bas-ventre peut être déclenchée par une augmentation de la formation de gaz;

Perturbation des selles, se manifestant par la diarrhée et la constipation. Ce symptôme est une manifestation précoce des polypes. La plupart des patients souffrent de constipation, due à des obstacles mécaniques sous la forme d'un polype. Si, au début, la constipation peut alterner avec la diarrhée, plus un polype devient, moins la diarrhée se produit. Une chaise ne peut être observée plus de deux fois par semaine. La durée de son absence dépend du nombre de polypes disponibles. Il arrive souvent que ce soit le long délai du tabouret qui oblige une personne à consulter un médecin;

Présence de contenu muqueux et de sang dans les fèces. Le sang qui se détache de l'anus et est visible à l'œil nu est un symptôme redoutable. Il indique souvent des dommages aux vaisseaux sanguins de la couche sous-muqueuse du rectum. De plus, le sang peut signaler le pincement d'un polype ou sa nécrose. Pour détecter le sang, il est nécessaire de regarder les masses fécales, elles se trouvent le plus souvent à leur surface et ont l’apparence de traînées rouges. Slime est un compagnon constant des polypes dans les intestins. Le fait est que les formations ont une fonction excrétrice accrue. Normalement, le mucus est nécessaire pour lubrifier le rectum, ce qui facilite le passage des masses fécales. Cependant, le polype irrite les parois intestinales et stimule en outre le travail des glandes excrétoires. Lorsque le mucus s'accumule dans les sinus anaux et y reste longtemps, il peut déclencher une infection. Dans ce cas, le patient après la constipation prolongée de la masse fécale sera libéré avec le contenu muqueux et même purulent.

Le tableau clinique de la maladie peut varier quelque peu. Cela dépend de la structure histologique de l'éducation elle-même.

Adénomes ou polypes glandulaires. C'est dans de telles tumeurs que la sécrétion de sang est rarement observée en raison de leur ulcération peu fréquente. Ils sont denses et ont une teinte rosâtre dans la muqueuse intestinale. En dépit du fait que les saignements avec de tels polypes sont rares, ils sont souvent malins et renaissent. La taille des adénomes varie de 20 à 30 mm. La méthode de connexion avec le rectum est différente - il peut être observé et jambe épaisse et mince;

Les polypes villeux, comme les adénomes, sont formés à partir de tissus épithéliaux. C'est avec ce type de formation que le patient a le plus souvent un saignement rectal. Cela est dû aux particularités de leur structure, car ils sont imprégnés de vaisseaux sanguins. En outre, les polypes villeux sont plus susceptibles de subir une nécrose et une ulcération. En raison de la taille impressionnante des processus (jusqu'à 30 mm et plus), le patient souffre souvent de constipation;

Polypes hyperplasiques dont le diamètre ne dépasse pas 5 mm. Ils sont mous et ne s'élèvent pas trop au-dessus de la membrane muqueuse du rectum. Ces tumeurs deviennent souvent complètement asymptomatiques;

Les polypes villeux glandulaires ont une structure combinée. Ils sont observés chez 20% des patients et ne peuvent donner que des symptômes très rares. Les saignements sont rarement observés avec de telles formations, le plus souvent les particules de sang sont invisibles à l'œil nu. Identifier les impuretés du sang dans les masses fécales n'est possible qu'en laboratoire.

Causes des polypes dans le rectum

De nombreuses études visant à déterminer la cause de l'apparition de tels polypes indiquent que cette maladie est multifactorielle. De plus, il a été établi qu'une muqueuse intestinale saine est un environnement dans lequel les polypes ne se forment pas. Par conséquent, si les excroissances ont été diagnostiquées, cela signifie que la muqueuse intestinale a subi des modifications pathologiques.

Parmi les facteurs de risque figurent:

Hérédité chargée. Le développement des tumeurs dans le rectum est grandement influencé par la prédisposition génétique du patient à la polypose intestinale. Lorsqu'un seul membre de la famille est atteint de cette maladie, le risque de détection de telles tumeurs chez les enfants augmente plusieurs fois. Des études ont montré que les polypes se forment 10 fois plus souvent dans le sang des parents que dans la population en général. Ne pas ignorer le facteur prénatal. Au moment où les parois du rectum se forment chez le fœtus, certaines perturbations se produisent. Ensuite, à mesure qu’une personne vieillit, elle commence à s’aggraver sous l’influence de divers facteurs provoquants et finit par conduire à la formation de polypes;

Troubles de l'alimentation et constipation prolongée. Une teneur excessive dans le régime alimentaire des animaux affecte l'état du système digestif en général et du rectum en particulier. De tels produits ont très peu de fibres, nécessaires à la formation normale de masses fécales. Le processus de raffinage comprend de nombreux plats prêts à l'emploi dont la fréquence d'utilisation doit être réduite. Les plus nocifs sont les chips, l'eau douce gazéifiée, la viande et le poisson fumés, les produits à base de farine blanche, la margarine et le sucre. Bien entendu, il ne s’agit pas d’une liste complète des produits qui altèrent le péristaltisme intestinal. En les incluant dans votre alimentation en grande quantité, la personne elle-même contribue au fait que les masses fécales persistent longtemps dans les intestins. En conséquence - constipation prolongée et aggravation du risque de polypes. Les aliments en conserve et les boissons gazeuses en conserve ont également un effet négatif sur la muqueuse intestinale. Par exemple, le bisphénol A potentiellement toxique utilisé dans la fabrication d'emballages en étain peut être trouvé dans les vernis, dans le plastique et dans d'autres produits non alimentaires. Le bénéfice pour les intestins n'entraînera pas non plus une consommation excessive d'huile de palme, riche en acides gras trans et en boissons alcoolisées;

Pathologies intestinales chroniques. Les maladies pouvant déclencher le développement de polypes sont la colite, la rectosigmoïdite et la colite ulcéreuse. Chacune d'elles au long cours contribue à de dangereux changements de la membrane muqueuse du rectum et à la croissance des tumeurs;

Infections intestinales aiguës. Au cours du processus d'infection, le gros intestin est principalement touché. Cela devient une condition préalable à la formation de polypes dans le rectum. Le danger est causé par des maladies telles que l’infection à rotavirus, la salmonellose, la dysenterie. Même s’il est possible de se débarrasser de la maladie assez rapidement, chacune de ces infections laisse son «empreinte» sur la muqueuse intestinale. En raison de l'inflammation et du manque d'oxygène, des changements structurels se produisent dans les tissus épithéliaux intestinaux, où des polypes se développent par la suite.

Hypodynamie et mauvaises conditions environnementales. Ce sont deux facteurs assez pertinents pour les gens modernes. Le travail en position assise provoque une stagnation du sang dans le pelvis, entraînant des violations des écoulements veineux et lymphatique. Cela contribue au gonflement des tissus, ce qui, associé à la constipation chronique, stimule la croissance des polypes.

Quels sont les polypes dangereux dans le rectum?

Ces tumeurs représentent une menace réelle pour la santé et la vie humaines. Il y a plusieurs dangers:

La renaissance d'un polype dans une tumeur cancéreuse. Les adénomes, qui sont le plus souvent diagnostiqués, sont particulièrement dangereux à cet égard. Sous-type d'adénomes - polypes adénomateux villeux qui ont plusieurs processus de doigt. Ils malignisent plus souvent que d'autres. Augmente de manière significative le risque de dégénérescence maligne avec une prolifération étendue du polype, ainsi qu'en présence d'une base large. Ces adénomes sont plus agressifs car l'absence de jambe contribue à la migration accélérée des cellules malignes vers les structures adjacentes;

Le développement de l'obstruction intestinale. En présence d'un grand polype du rectus, les masses fécales sont stagnantes. Cela conduit à une intoxication du corps, à sa déshydratation à la suite d'un déséquilibre électrolytique. Si le patient ne fournit pas de soins médicaux adéquats, une obstruction menace le développement d'une nécrose des tissus intestinaux. La conséquence en sera l’entrée de matières fécales dans la cavité abdominale, le développement d’une péritonite et la mort du patient;

L'entérocolite aiguë se développe dans le contexte d'une paroi intestinale constamment irritée sur laquelle se forment des ulcères, qui s'enflamment, le processus capture toutes les parties de l'intestin, y compris le rectum. Le patient commence soudain à ressentir de la douleur, il se sent malade, il vomit, la température de son corps augmente et du sang se retrouve dans les selles. Si une telle personne ne reçoit pas d'assistance médicale à temps, elle peut mourir des suites d'une perforation des parois intestinales et d'un empoisonnement du sang;

Paraproctite. L'absence de traitement adéquat du polype peut entraîner une inflammation. L'infection du rectum pénètre dans les tissus adipeux, où une poche purulente est formée. Il peut être situé à la fois dans le tissu adipeux et à l'extérieur. La personne commence à souffrir de la douleur, la température du corps augmente. Lorsque la maladie devient chronique, la capacité du patient à travailler est réduite, il devient lent, s’épuise plus rapidement;

Violations des selles, qui se manifestent par l'alternance constipation et diarrhée. Dans les formations adénomateuses, les patients souffrent souvent de diarrhée aqueuse, provoquée par l'excrétion abondante de sel et d'eau par le polype lui-même. En raison du lessivage du potassium, une personne développe une hypokaliémie, qui affecte négativement tous les systèmes du corps. L'incapacité à retenir les gaz et les matières fécales est une complication désagréable fréquente des polypes situés près de l'entrée de l'anus;

La formation de calculs fécaux. Si les masses fécales restent longtemps dans l'intestin, cela peut entraîner leur durcissement et la formation de calculs. Ces phoques ronds perturbent le système digestif, réduisent les défenses immunitaires, entraînent une intoxication du corps, provoquent des malaises et des douleurs abdominales;

Des fissures dans le rectum. Elles sont formées à la suite d’un acte difficile de défécation, puisqu’un malade doit toujours mettre à rude épreuve les muscles du canal anal. La douleur des fissures spéciales est délivrée lors d'une tentative de vider, provoque souvent un saignement faible, peut parfois provoquer une suppuration. Sur fond de malaise constant lorsqu’il tente de vider les intestins, une personne commence à craindre chaque acte de défécation ultérieur et tente inconsciemment de le reporter. Cela conduit à la formation de constipation et de calculs fécaux;

L'anémie est une autre menace posée par les polypes. Dans ce cas, le patient ressent de la fatigue, une faiblesse, une perte de force dans le contexte d'une perte de sang constante.

Diagnostic des polypes dans le rectum

Les diagnostics de suspicion de cette pathologie incluent les types d’études suivants:

Palpation de la zone ano-rectale. Une technique similaire pour la suspicion de polypose rectale est utilisée en premier. L’étude des doigts permet de sentir le rectum à 100 mm de l’entrée de l’anus. Si, à l'avenir, il est prévu de réaliser une sigmoïdoscopie, la palpation préliminaire est toujours nécessaire. Il vous permet d'évaluer l'état des sphincters et des muqueuses, de suggérer la présence d'un polype. Après l'examen, une décision est prise quant à la nécessité d'un diagnostic plus approfondi.

Rectoromanoscopie. La procédure permet de déterminer l'état des muqueuses du rectum et le début du côlon. Il est implémenté à l'aide d'un proctoscope. Vous permet d'inspecter les intestins pendant les 30 premiers cm. Pour redresser les plis de l'intestin, le médecin utilise un flux d'air spécial. Il existe certaines contre-indications à la procédure. Parmi eux figurent le rétrécissement de la lumière intestinale, des saignements rectaux prononcés, une maladie intestinale dans la phase aiguë, des fissures anales. Pour que la procédure soit aussi confortable que possible pour le patient et pour donner autant d'informations que possible, le patient doit être correctement formé. Cela nécessite des lavements avec de l’eau bouillie, qui sont préparés selon un calendrier convenu avec le médecin;

Irrigoscopie Cette méthode de diagnostic est utilisée moins fréquemment que la sigmoïdoscopie. Cela se résume à l'introduction d'un agent de contraste dans la cavité intestinale. Il est bien visualisé sous l’influence des rayons radiologiques, ce qui permet également de voir la paroi intestinale. Cette méthode nécessite une préparation du patient. Pour procéder à l’irrigoscopie, l’intestin du patient doit être complètement vide, il est donc nécessaire de faire un lavement à l’eau bouillie. Dans la soirée, prenez un laxatif. Le dîner ne doit pas consister d’aliments digérés pendant longtemps. Quelques jours avant l’étude, il est important d’exclure du régime les aliments augmentant la formation de gaz. Ceci s'applique au café, aux haricots et au chou. Vous ne pouvez pas prendre votre petit déjeuner avant la procédure;

Tomographie par ordinateur. Cette méthode de diagnostic est la plus indolore pour le patient et fournit également des informations fiables sur l’état, la forme et la taille des polypes sans pénétrer dans l’intestin;

Études de laboratoire. Pour confirmer le diagnostic, le patient doit donner du sang pour des analyses biochimiques et générales. À elles seules, ces méthodes ne donneront pas au médecin l’occasion de poser un diagnostic précis. Cependant, ils sont capables de compléter l'image de la maladie. Ainsi, avec un saignement prolongé, il y aura une diminution notable de la quantité d'hémoglobine, ce qui est un signe indiquant une anémie. En outre, les matières fécales sont examinées afin de détecter la présence de sang caché, de particules d'aliments non digérés et de mucus. Souvent, le coprogramme permet de déterminer l'étiologie de la formation pathologique, car ses résultats montrent clairement si le patient est atteint de dysbiose.

Réponses aux questions populaires

Dois-je enlever les polypes du rectum? Ces tumeurs après leur diagnostic sont soumises à un retrait obligatoire. Sinon, vous risquez d'avoir les complications ci-dessus.

Combien de temps le rectum guérit-il après avoir enlevé les polypes? La période de récupération peut durer jusqu'à trois mois. Tout dépend du montant de l'opération. En règle générale, la plaie elle-même guérit deux semaines après le retrait du polype.

Traitement des polypes dans le rectum

Le traitement conservateur n’est pas utilisé pour détecter une telle pathologie. Aucun médicament ne peut éliminer un polype du corps ou le rendre plus petit. Cependant, parfois, avant la chirurgie, des médicaments peuvent être prescrits au patient. Ils ont pour objectif l'élimination des sensations douloureuses ou l'élimination de la formation accrue de gaz.

Comme antispasmodique le plus souvent prescrit No-shpu, et pour éliminer les flatulences - Simethicone.

Enlèvement de polypes dans le rectum

L'intervention chirurgicale est la seule méthode permettant d'éliminer les excroissances pathologiques de la membrane muqueuse du rectum. Selon le type de polypes et le nombre de pièces, une opération à part entière ou une procédure endoscopique sera attribuée.

Électrocoagulation

Patient avant la procédure doit être préparé. Pour ce faire, il est assigné plusieurs lavements pour nettoyer les intestins. 12 heures avant le début de la procédure de cautérisation, vous devez vous abstenir de manger. Des préparations laxatives spéciales peuvent également être prescrites, par exemple, Mukofalk.

L'électrocoagulation des polypes du droit ne peut pas être effectuée dans tous les cas. L'opération ne permet au patient d'être sauvé que de formations uniques situées à moins de 30 cm de l'entrée de l'anus, mais à moins de 10 cm de lui. En outre, il ne devrait y avoir aucun signe de processus malin et la taille du polype lui-même ne devrait pas être inférieure à 10 mm ni supérieure à 30 mm.

Au cours de la procédure, un rectoscope est inséré dans la cavité intestinale. Après examen du néoplasme, le médecin lui apporte une boucle diathermique. Avec elle, le médecin saisit la tumeur par la jambe, après quoi le polype se coagule à l'aide d'un courant haute fréquence, puis il est retiré de l'intestin.

Si le polype a une petite taille (jusqu'à 3 mm), une fulguration peut être appliquée. Dans le même temps, la formation est touchée une fois, à la suite de quoi le polype est brûlé. Cependant, avec cette procédure, il existe un risque de perforation de la paroi intestinale.

Excision transanale

Si des polypes villeux et adénomateux se trouvent dans le rectum, proches du début du canal anal, l’exérèse transanale est alors montrée. La préparation à la procédure consiste à effectuer des lavement de nettoyage.

Avant l'opération, le patient est anesthésié. Pour ce faire, Novocain 0,25% est utilisé. Après l’apparition du médicament, un spéculum rectal est inséré dans l’anus.

Lorsqu'un polype s'accroche au mur intestinal avec un petit pied, le médecin le croise directement près de la base. Lorsque le lit de polype est large, son excision ovale est effectuée. La plaie résultante est traitée avec un antiseptique.

Parmi les inconvénients de cette intervention, on note principalement une forte probabilité de saignement. Pour le prévenir, il est nécessaire de suturer ou d’électrocoaguler les vaisseaux sanguins. Après 3 mois, le patient doit passer une sigmoïdoscopie de contrôle.

Microchirurgie endoscopique transanale

Dans ce cas, un proctoscope est utilisé pour retirer une tumeur du rectum. Il est équipé d'un équipement permettant de souffler le mur intestinal, d'une caméra et d'un éclairage. Le polype est nettoyé à l'aide d'un outillage spécialisé. Cette méthode présente plusieurs avantages, notamment l’élimination des polypes de n’importe quelle partie du rectum, la possibilité de prévenir les saignements par coagulation instantanée, la résection des excroissances, non pas en morceaux, mais dans son intégralité.

Excision électrique

Pour effectuer cette intervention, un fil électrique est requis, c'est avec son aide que le néoplasme est enlevé. Quand elle est projetée sur un polype, le médecin lui donne un courant, la boucle se réchauffe et détruit le tissu polypeux. Les cellules vont s'éteindre, puis le médecin resserra la boucle et coupera la formation.

Il est important qu’au cours de cette procédure, il y ait une coagulation instantanée des vaisseaux, ce qui signifie qu’il n’y aura pas de saignement. Cela est particulièrement vrai lors de l'élimination des polypes du rectum, car la plupart d'entre eux ont un système circulatoire développé. Par conséquent, le développement d'un saignement rectal est souvent une complication qui survient après la résection.

Enlèvement au laser de polypes

L'éducation peut être retirée du rectum à l'aide d'un laser. Cela peut être une cautérisation ou une excision avec un faisceau laser. Comme toute autre opération, ce type d’intervention nécessite la préparation du patient. La cautérisation au laser est impossible à réaliser en présence de gros polypes, car le risque de perforation de la paroi intestinale augmente considérablement. L'utilisation de cette technique n'élimine pas non plus la formation de villosités. La procédure ne nécessite pas d'anesthésie générale et est réalisée sous contrôle visuel. La coagulation est effectuée par étapes, ce qui réduit le caractère invasif de la procédure. Parallèlement à l'évaporation des cellules pathologiques, les vaisseaux sont scellés. Cela contribue au fait que le saignement, en tant que complication de l'opération, ne se produira pas.

L'excision laser est possible avec les polypes de type pilus. Cependant, ils ne doivent pas être situés à plus de 80 mm de l'entrée de l'anus. L'anesthésie locale est également utilisée pour l'anesthésie. L'avantage de cette méthode, en plus de l'absence de saignement, est également le fait que la désinfection de la zone traitée a lieu à l'aide de températures élevées. Cela garantit qu’après le traitement, il n’y aura pas de complication infectieuse. Pour minimiser le risque de rechute, le site de fixation des excroissances coagule également. La procédure elle-même est assez rapide et ne prend pas plus de 20 minutes.

Résection du rectum

Si, au stade du diagnostic, des signes de malignité des formations ont été trouvés, une méthode de traitement chirurgical radicale est utilisée: la résection est utilisée. Il consiste à retirer le rectum en même temps que les polypes existants. En outre, l'intestin peut être coupé en partie, puis les chirurgiens parlent d'extirpation. La procédure nécessitera l’introduction d’une anesthésie générale.

Si le polype se trouve dans le lobe inférieur ou moyen du rectum, le médecin procède à une résection antérieure inférieure. Lorsque l'anesthésie commence à agir, le chirurgien fait une incision dans la paroi abdominale située dans le bas de l'abdomen. Puis enlève directement une partie de l'intestin. Le volume de la partie excisée dépend directement de la taille de la malignité et du degré de développement du processus oncologique. Si la dégénérescence a déjà eu lieu et que les cellules cancéreuses ont pénétré dans les tissus adjacents, il faut alors procéder à une ablation complète du rectum. Lorsque les médecins découvrent des métastases, en plus du rectum, les vaisseaux lymphatiques situés à proximité sont retirés du corps. Après avoir effectué une résection totale avec l'anus, connectez l'extrémité libre restante de l'iléon.

Quant au pronostic de récupération, il est favorable, sous réserve d'une identification en temps voulu et d'un traitement approprié. Des rechutes peuvent être observées, elles ne représentent pas plus de 30% des cas. Le plus souvent, la repousse se produit après un an. Par conséquent, la coloscopie de contrôle est si importante qu'elle doit obligatoirement être réalisée 12 mois après la chirurgie. Si le résultat est négatif, le re-diagnostic doit être effectué au moins cinq ans. La période optimale est de 3 ans. Cela est dû à l’absence de mesures préventives spécifiques pour prévenir la récurrence de la maladie.

Polype dans le rectum - est-ce dangereux? Symptômes et élimination des polypes

Polypes du rectum - une des formations épithéliales bénignes les plus courantes de l'intestin. C'est une maladie asymptomatique qui peut causer beaucoup de problèmes au corps humain si elle n'est pas diagnostiquée et traitée à temps.

Le polyp rectum se forme lors du processus de croissance de l'épithélium glandulaire de la paroi intestinale dans sa lumière. En règle générale, l’éducation en forme de poire ou arrondie a une tige fine ou une base large. Ils peuvent être simples ou multiples.

Les causes

Divers facteurs peuvent provoquer le développement de polypes dans le rectum. Il y a beaucoup de raisons pour leur formation. Parmi eux se trouvent:

  • l'hérédité, qui explique la maladie chez les enfants;
  • les hémorroïdes;
  • infection intestinale (p. ex. dysenterie);
  • inflammation dans les intestins (en particulier la colite ulcéreuse);
  • fissures anales;
  • maladie diverticulaire;
  • mode de vie sédentaire;
  • l'âge;
  • mauvaise situation environnementale;
  • l'alcoolisme;
  • dyskinésie intestinale;
  • constipation chronique;
  • troubles digestifs;
  • fumer;
  • pathologie vasculaire;
  • violation du régime alimentaire et de l'équilibre en protéines, lipides et glucides, prédominance de l'alimentation animale dans le régime alimentaire.

Les raisons exactes qui causent les polypes rectaux, n'ont pas pu être établies.

Types de polypes

Par classification, les polypes peuvent être:

  1. Adénomateux - apparaissant dans le rectum dans le contexte de l'échec des processus de renouvellement normal de l'épithélium sous l'influence de diverses causes. Il existe une division incontrôlée des cellules épithéliales, la croissance de néoplasmes par colonies, avec blocage progressif du passage intestinal et lésion des parois après chaque passage de selles. La taille du polype adénomateux augmente rapidement, provoquant une gêne et des démangeaisons chez le patient dans la région de l'anus. Le principal danger est la tumeur maligne, la dégénérescence en tumeur ou en cancer, ainsi que l’obstruction intestinale aiguë, qui nécessite une élimination urgente, en réalisant une opération avec une nouvelle période de rééducation.
  2. Polypes villeux de couleur rouge-rose arrondie sous la forme de villosités à surface veloutée lorsqu’ils se développent à partir de tissus glandulaires composés de papilles ressemblant aux villosités. Ils sont sujets aux tumeurs malignes et au développement d’une tumeur à ramification secondaire de tissu conjonctif recouverte d’une couche d’épithélium cylindrique contenant de nombreuses cellules caliciformes. Premièrement, le polype villeux se développe à partir de la membrane muqueuse de l'épithélium. En grossissant, il recouvre la lumière intestinale. Lorsqu'il atteint 10–15 cm, il provoque la libération d'une sécrétion visqueuse de la membrane muqueuse, semblable à la protéine de poulet, sur le fond de production de mucus en produisant de grandes selles liquides. du mucus et du sang. Le patient a une sensation constante de pression sur le rectum, de constipation fréquente, d'obstruction intestinale, de chevauchement de la lumière. Le polype fleecy peut être reconnu uniquement lors d'un examen numérique. En règle générale, il s'agit d'un néoplasme de consistance gélatineuse provenant de tissus en vrac.
  3. Fibreux - avec croissance du tissu épithélial conjonctif et son remplacement par fibreux et pathologique. Les polypes sont sujets au passage à la forme maligne, au développement du processus inflammatoire. En règle générale, il s’agit d’un faux polype, recouvert d’une couche d’épithélium normal, mais ayant tendance à dégénérer en tumeur maligne, à une hypertrophie des papilles anales, à la formation de polypes fibreux se présentant sous la forme d’une croissance en forme de poire.

Cette classification des polypes est conditionnelle. Presque tous les types de polypes sont sujets à la malignité et à la capacité de mener au cancer du rectum après un certain temps.

Symptômes et photos

Au premier stade de développement de la maladie, les manifestations cliniques peuvent être absentes. Cependant, il peut être suspecté sur la base de démangeaisons et d'inconfort dans la région de l'anus. Les symptômes spécifiques indiquant la présence de polypes dans le rectum ne sont pas isolés.

Cependant, il est nécessaire de consulter un médecin si de tels symptômes apparaissent:

  1. Douleur du bas-ventre. Les douleurs ne sont jamais des compagnons des jeunes polypes, des sentiments négatifs apparaissent au fur et à mesure que la maladie progresse. Une réaction douloureuse est la réponse des récepteurs du rectum et du côlon à la congestion existante. Après tout, plus le néoplasme est grand, plus la lumière intestinale est étroite, de sorte que l’excrétion naturelle des matières fécales est très difficile. Une personne malade souffre de constipation longue et régulière. La présence constante de matières fécales dans les intestins étire ses boucles, ce qui provoque une douleur. En outre, une augmentation de la formation de gaz peut provoquer des douleurs dans le bas-ventre.
  2. La sensation de malaise, ainsi que la sensation d'un objet étranger dans l'anus. Le plus souvent, ce symptôme indique la présence d'une éducation dans le rectum. Ces sentiments résultent de la pression exercée par la tumeur sur la paroi intestinale opposée. Cependant, une sensation d'inconfort prononcée n'apparaît que lorsque la croissance atteint de grandes tailles. Le patient ne ressent pas la sensation d'un objet étranger sur une base continue. La sensation désagréable se produit périodiquement et est cramping dans la nature. En outre, une gêne peut apparaître dans la région pubienne ou sur le côté. Si la pathologie progresse, la douleur peut constamment déranger la personne, elle change de caractère et devient arquée.
  3. Présence de contenu muqueux et de sang dans les fèces. Le sang qui se détache de l'anus et est visible à l'œil nu est un symptôme redoutable. Il indique souvent des dommages aux vaisseaux sanguins de la couche sous-muqueuse du rectum. De plus, le sang peut signaler le pincement d'un polype ou sa nécrose. Pour détecter le sang, il est nécessaire de regarder les masses fécales, elles se trouvent le plus souvent à leur surface et ont l’apparence de traînées rouges. Slime est un compagnon constant des polypes dans les intestins. Le fait est que les formations ont une fonction excrétrice accrue. Normalement, le mucus est nécessaire pour lubrifier le rectum, ce qui facilite le passage des masses fécales. Cependant, le polype irrite les parois intestinales et stimule en outre le travail des glandes excrétoires. Lorsque le mucus s'accumule dans les sinus anaux et y reste longtemps, il peut déclencher une infection. Dans ce cas, le patient après la constipation prolongée de la masse fécale sera libéré avec le contenu muqueux et même purulent.
  4. Perturbation des selles, se manifestant par la diarrhée et la constipation. Ce symptôme est une manifestation précoce des polypes. La plupart des patients souffrent de constipation, due à des obstacles mécaniques sous la forme d'un polype. Si, au début, la constipation peut alterner avec la diarrhée, plus un polype devient, moins la diarrhée se produit. Une chaise ne peut être observée plus de deux fois par semaine. La durée de son absence dépend du nombre de polypes disponibles. Il arrive souvent que ce soit le long délai du tabouret qui oblige une personne à consulter un médecin.

Les symptômes du processus oncologique dans la section nadampulaire sont beaucoup plus rares. Il s’agit de la même douleur, du caractère faible, gémissant, modifiant la forme de la chaise, saignant. Les saignements avec localisation nadapmulaire sont plus similaires à ceux atteints de cancer. Pour cette raison, un besoin urgent de mesures de diagnostic.

Les symptômes d'un polype rectal ne sont pas si nombreux. Il est important de prendre les mesures diagnostiques et thérapeutiques nécessaires à temps.

Diagnostics

Outre le tableau clinique souvent absent, il convient de distinguer les polypes des autres maladies intestinales, notamment le cancer et les hémorroïdes. Pour le diagnostic différentiel, ainsi que pour établir la taille, la localisation et le type de polypes en utilisant de telles méthodes:

  1. Rectoromanoscopie. L’essence de l’étude est l’introduction dans le rectum de l’endoscope (un tuyau fin avec une lampe de poche et une caméra). À l'aide de cet appareil, un spécialiste peut évaluer personnellement l'état du rectum, prélever des tissus et éliminer les polypes.
  2. Coloscopie. Nommé en tant que mesure de diagnostic différentiel lorsqu'il y a suspicion de cancer du côlon dans les sections ci-dessus (côlon sigmoïde, etc.). Il consiste en l'introduction de la sonde à la seule exception que l'état de l'ensemble du côlon est en cours d'évaluation.
  3. Radiographie de l'intestin. Il est utilisé relativement rarement, car il nécessite un effort considérable de la part du médecin et du patient.

Des études de laboratoire ont attribué des selles au sang occulte. Le sang caché est un indicateur important de problèmes intestinaux graves. Le plus souvent, il se produit dans le processus malin. Il est également impossible de se passer des analyses histologiques et morphologiques des cellules obtenues par biopsie.

Des complications

La liste des complications des polypes rectaux est assez longue. Il s'agit principalement de la dégénérescence maligne des tumeurs et des maladies inflammatoires associées à la région rectale.

Non moins rarement, une personne est confrontée à des conséquences telles que des fissures dans la région rectale ou une paraproctite.

À cet égard, les experts sont attentifs au fait qu’en aucun cas le processus de recouvrement ne doit être retardé et contactent le proctologue le plus rapidement possible. Sinon, en l’absence de processus inflammatoires, la malignité des formations du patient se plaindra d’une détérioration totale et rapidement progressive du bien-être, qui nuit au bon fonctionnement du système gastro-intestinal.

La clé pour maintenir une santé optimale et le maximum d’activité vitale n’est pas seulement un traitement rapide, mais aussi l’adoption de mesures préventives appropriées.

Comment traiter?

La thérapie conservatrice pour le traitement des polypes rectaux n'est pas utilisée, car aucun médicament ne contribue à la régression complète, ni même partielle de ces formations. Certains médicaments peuvent aider à éliminer temporairement les symptômes et être prescrits pour soulager l’état du patient, par exemple les antispasmodiques.

La médecine traditionnelle propose de traiter les polypes avec des suppositoires à base de pruche ou les lavements avec la chélidoine, en se basant sur le fait que ces plantes ont des propriétés antitumorales. Mais, d’une part, une telle thérapie ne peut être réalisée sans la surveillance d’un médecin et, d’autre part, ces fonds ne peuvent que ralentir la croissance des formations polypeuses.

Manières d'éliminer les polypes dans le rectum

Il existe deux types d'opérations pour éliminer les formations pathologiques: les procédures peu invasives, le retrait des polypes, la préservation de l'organe et la résection du rectum.

  1. Électrocoagulation. La procédure est réalisée à travers un proctoscope et de petits polypes simples sur une base large et des polypes sur un pédicule prononcé sont cautérisés. L'électrocoagulation n'est pas pratiquée pour les gros polypes sur les sols larges et les tumeurs villeuses, car le risque de perforation des parois intestinales est élevé.
  2. Intervention Endocopic. La tumeur est enlevée à l'aide d'un sigmoïdoscope ou d'un coloscope. L'opération est réalisée en ambulatoire. Avant la procédure, le patient doit suivre un régime strict pendant plusieurs jours afin de réduire les processus inflammatoires.
  3. Résection du rectum. Effectuer sous anesthésie générale, au cours de l'opération, la zone touchée du rectum est enlevée. Une telle intervention est nécessaire en cas de détection de néoplasmes malins et de risque de métastases. Si un patient a une polypose diffuse, il est nécessaire de retirer complètement le rectum pour former une colostomie par laquelle les déchets vont sortir.
  4. Excision transanale. L'accès aux polypes se fait par le proctoscope et dans les cas où la formation se situe dans l'intestin à une hauteur de plus de 7 cm de l'anus. Cette méthode élimine les gros polypes villeux. Ils sont excisés à l'aide d'un électrocautère ou d'un scalpel à ultrasons. L'opération se fait à l'hôpital sous anesthésie.

Rééducation après chirurgie

Après une intervention chirurgicale, il faut au moins deux semaines pour rétablir complètement le patient et éliminer les polypes dans les intestins.

  • Le risque le plus important est le risque de saignement. Ainsi, tout au long de la période de rééducation, le patient doit s'abstenir de tout effort physique important, refuser de conduire un véhicule et contrôler de gros appareils.
  • Les patients subissant une chirurgie abdominale, assignés au repos. Pour éviter la stagnation du sang, les experts recommandent d'effectuer un ensemble d'exercices physiques spécialement conçus.
  • Afin de protéger les muqueuses intestinales des dommages mécaniques et des lésions fécales, il convient de suivre un régime alimentaire ménageant toute la semaine pour ramollir les selles. Manger devrait être au moins cinq fois par jour. Les portions doivent être petites et les produits ne doivent pas contenir de fibres végétales grossières. Tous les aliments pris doivent être réduits en purée et cuits à ébullition, au four ou à la vapeur.

Règles de puissance

La phase initiale du régime dure 2 à 3 jours à partir du moment de l'opération. Le premier jour de la consommation interdite de nourriture et de liquides à l'intérieur. Le soutien du patient est fourni en entrant des formulations de nutriments par une veine. Après 24 heures, une quantité limitée de liquide est autorisée (pas plus de 50 millilitres à la fois).

Les repas pouvant être pris au début de l’alimentation sont:

  • bouillon de légumes;
  • compote de fruits de fruits non sucrés;
  • décoction de dogrose;
  • bouillon faible;
  • gelée ou gelée;
  • eau de riz (si le riz précédent ne causait pas de constipation).

Le régime alimentaire de la première étape a pour but de réduire l'activité motrice et la fonction de sécrétion intestinale. Cela est nécessaire pour empêcher la production d'enzymes biliaires et digestives, qui peuvent avoir un effet néfaste sur les points de suture ou les tissus malades de l'intestin.

Avec l'état de santé normal du patient à partir de 3 jours a permis l'expansion du régime alimentaire. Au menu, vous pouvez entrer de la bouillie liquide, un soufflé de viande maigre, des œufs à la coque (pas plus d'une pièce par jour), des soupes de mucus à base de bouillon de viande ou de légumes. Pour la préparation des céréales et des soupes, il est recommandé d'utiliser du blé, du riz et des flocons d'avoine. Lors de l'introduction de nouveaux produits dans l'alimentation, il est nécessaire de surveiller l'état du patient. Si, après avoir consommé de la nourriture, vous ressentez de la douleur, des nausées ou des ballonnements, vous devez la jeter.

En l’absence de contre-indications après 10 à 14 jours, le patient sort de l’hôpital et est transféré à un régime alimentaire éparse. Un régime amaigrissant est recommandé dans les 3 à 4 prochains mois. Quelle que soit la nature de la chirurgie effectuée, les patients doivent respecter certaines règles lors de la sélection et de la préparation du produit.

Les règles du régime après la chirurgie des polypes rectaux sont les suivantes:

  1. Respect du régime. Lorsque vous mangez des aliments à un moment donné, les enzymes qui digèrent les aliments commencent à être produites avant que le patient ne commence à manger. Cela facilite le processus de digestion et réduit la charge sur les intestins.
  2. Irritation mécanique réduite. Pour éviter que les aliments ne blessent le rectum, il faut éviter les produits trop durs. Pour ce faire, vous devez abandonner la friture et privilégier les produits cuits ou cuits au four.
  3. Puissance fractionnelle. Il est nécessaire de manger de la nourriture à petites doses, 6 à 7 fois par jour. Cela réduira la charge mécanique du tube digestif et améliorera la motilité intestinale.
  4. Rejet des aliments gras. Une consommation excessive de graisse entraîne une production excessive de bile, ce qui complique le processus de restauration du rectum.
  5. Prévention de la fermentation. Les processus de fermentation dans les intestins peuvent provoquer le développement d'une péritonite (inflammation du péritoine). Pour éviter cela, il est nécessaire d'exclure du régime alimentaire des légumineuses sous quelque forme que ce soit. Vous devriez également limiter l'utilisation de noix, champignons, asperges.
  6. L'utilisation de produits protéiques. Le corps a besoin de protéines pour réparer rapidement les tissus endommagés. Cette substance est contenue dans la viande maigre, les œufs de poule et les produits laitiers.
  7. Irritation chimique réduite. Les irritations de type chimique sur la muqueuse rectale ont tous les plats salés, acides et épicés.
  8. Consommation de liquide suffisante. Pour prévenir la constipation, le patient doit consommer environ 3 litres de liquide par jour. Pour ce faire, en plus du thé et des autres boissons, vous devez inclure les premiers cours tous les jours.

Une recommandation clé sur la nutrition pendant la période de réadaptation est de développer une alimentation complète et variée. Malgré les restrictions existantes, le patient doit recevoir toutes les substances nécessaires pour restaurer son corps, en plus de la nourriture. Les repas doivent fournir une motilité intestinale normale afin que les selles soient régulières. En outre, le régime vise à protéger contre la dysbactériose et à prévenir la reformation de polypes dans l'intestin.