Kyste pancréatique: symptômes, causes et traitement

Le kyste pancréatique (CS) est une formation sacculée de tissu conjonctif avec un contenu liquide, située dans les tissus adjacents à la glande. Cette pathologie rare du pancréas (RV) résulte généralement de lésions inflammatoires ou traumatiques du parenchyme de l'organe. De plus, les kystes peuvent être d'origine parasitaire.

Les symptômes du LCR dépendent du volume de liquide accumulé, de son dysfonctionnement et du degré de compression du kyste des organes voisins. Le volume des poches kystiques est très variable et dépend de l'étiologie, de l'âge d'éducation et de la présence de facteurs aggravants. Le kyste peut contenir de 50 ml à 7-8 litres de liquide et s’étendre bien au-delà de l’organe.

Facteurs provocants

Les kystes du pancréas peuvent apparaître chez des personnes de différents âges. Les capsules kystiques peuvent être de différentes tailles et quantités. La polykystose systémique est possible lorsque non seulement le pancréas est attaqué, mais aussi les ovaires, le cerveau, le foie et / ou les reins. Ceci est caractéristique de la pathologie congénitale. Faux kyste se pose sur le fond d'une autre maladie.

  • colmatage à court terme du canal biliaire par une pierre (maladie des calculs biliaires);
  • pancréatite aiguë;
  • lésion du pancréas;
  • maladies parasitaires causées par les helminthes - cysticercose, échinococcose;
  • processus tumoral dans le pancréas;
  • serrer le canal biliaire par le vaisseau;
  • dysfonctionnement moteur pancréatique;
  • diabète du second type.

Les causes peuvent être causées par l'exposition à des facteurs externes indésirables, tels que:

  • abus d'alcool;
  • obésité causée par une altération du métabolisme des lipides;
  • opérations précédemment transférées sur n’importe quel organe du tube digestif.

Classification

Il existe deux catégories principales de classification de tous les kystes qui se forment sur le pancréas. Dans la première forme de classification, les kystes se distinguent par leur structure. Ainsi, il y a:

  • kyste pancréatique vrai (est une anomalie congénitale avec une couche épithéliale glandulaire);
  • faux kyste du pancréas (formé après les maladies).

Les formations abdominales sont également classées en fonction du lieu de leur localisation sur l'organe. Par conséquent, il existe trois sites de localisation:

  • kyste de la queue du pancréas (cette formation ne touche pas les organes entourant le pancréas);
  • kyste de la tête du pancréas (éducation moins fréquente que d'autres et pouvant pincer le duodénum);
  • kyste sur le corps du pancréas (survient le plus souvent, viole la position de l'estomac et du côlon) /

Par la nature de l'éducation sont distingués:

  • bénigne;
  • malin;
  • précancéreux.

De taille, les kystes sont petits et grands. Les petits ont souvent une taille allant jusqu'à 20 millimètres, alors que les grands peuvent atteindre dix centimètres de volume.

Les symptômes

Un kyste dans le pancréas passe par plusieurs étapes de formation:

  • La formation initiale de la cavité d'inclusion, le plus souvent, se produit 1-1,5 mois après la pancréatite.
  • Après 2-3 mois, une capsule apparaît, mais ses parois sont encore trop lâches et vulnérables.
  • Environ six mois plus tard, le néoplasme termine sa formation et présente maintenant des parois denses.
  • Après 6 à 12 mois, la capsule contenant le liquide est séparée des tissus environnants et devient une inclusion indépendante capable de se déplacer de son emplacement d'origine.

L'image de la maladie dépend de la taille de l'éducation. Ainsi, avec les petites tailles, le patient ne ressentira peut-être pas d'inconfort et un kyste ne sera découvert que par hasard lors d'une échographie. Au fur et à mesure que la formation kystique se développe, les symptômes suivants apparaissent:

  • perte de poids, faiblesse, périodes de fièvre;
  • nausée, vomissements, selles instables;
  • douleur transitoire dans la région épigastrique ou dans le dos, aggravée au fil du temps par une attaque, en particulier si le kyste est localisé dans la région du plexus solaire;
  • un kyste peut déplacer des organes adjacents (estomac, intestins, foie) et perturber leur travail;
  • avec une taille suffisante du kyste, il commence à être palpable à travers la paroi abdominale sous la forme d'une formation arrondie lisse, généralement indolore;
  • le changement rapide de la nature de la douleur et de la taille de la formation, une brusque augmentation de la température peuvent indiquer le développement d'un kyste pancréatique compliqué;
  • si il y a une compression par le kyste du canal biliaire dans la tête de la glande, la jaunisse apparaît.

Diagnostic de kyste

Une échographie peut diagnostiquer un kyste de tout le pancréas - tête, corps et queue. L'échographie endoscopique peut en outre déterminer la formation bénigne ou maligne.

Les méthodes de diagnostic sont très diverses. Sur le cliché radiographique de la cavité abdominale, vous pouvez déterminer l'ombre dont la position correspond aux limites du kyste. Si cette étude révèle des limites de l'estomac déformées, un kyste est également suspecté.

La duodénographie révèle avec une grande certitude les contours du kyste. L'irrigoscopie permet de détecter de gros kystes descendants, du pancréas polykystique, avec une angiographie des branches de l'artère coeliaque, les contours de kystes de toute taille sont clairement visibles.

Comment traiter un kyste?

Le traitement des kystes pancréatiques par des méthodes thérapeutiques est effectué si:

  • la focalisation pathologique est clairement limitée;
  • Il a un petit volume et dimensions (jusqu'à 2 cm de diamètre);
  • une seule éducation;
  • Il n'y a pas de symptômes de jaunisse obstructive et de douleur intense.

Dans tous les autres cas, recourir à des méthodes chirurgicales de traitement.

Un régime de famine est prescrit pendant les 2-3 premiers jours. Par la suite, il est nécessaire de limiter la consommation d'aliments gras, frits et salés, car cela stimule la sécrétion des enzymes pancréatiques et augmente la destruction des tissus (voir ce que l'on peut manger dans la pancréatite chronique). L'alcool et le tabagisme devraient également être exclus. Mode du patient - repos au lit (7-10 jours).

Des médicaments antibactériens de la série des tétracyclines ou des céphalosporines sont prescrits dans le but d'empêcher les infections bactériennes d'entrer dans la cavité du kyste et de la remplir de pus. Sinon, la fusion des parois et la propagation rapide du processus à travers la glande et les tissus adjacents sont possibles.

Il est possible de réduire la douleur et la sécrétion en prescrivant des "inhibiteurs de la pompe à protons" (OMEZ, Oméprazole, Rabéprazole, etc.). Pour la digestion normale des glucides et de divers composés lipidiques, une thérapie enzymatique est indiquée - médicaments contenant de la lipase et de l'amylase, mais pas d'acide biliaire (pancréatine, créon).

Méthodes chirurgicales

Si le traitement conservateur est inefficace pendant 4 semaines, une intervention chirurgicale est indiquée. La médecine moderne implique l'élimination des kystes à l'aide de techniques mini-invasives. Cependant, 92% des patients sont obligés de rester à l'hôpital pendant toute la durée du traitement. Variantes de l'opération, il y a environ sept.

Si l'intervention est effectuée sous le contrôle de l'appareil à ultrasons, le risque de complications éventuelles est alors considérablement réduit. Ils sont montrés à l'emplacement de la formation dans la zone du corps d'un organe ou dans la zone de sa tête, car c'est dans ces cas qu'ils donnent le meilleur effet. Pour effectuer la procédure, le patient est perforé dans la région épigastrique, une aiguille de ponction est insérée à travers celle-ci (ou un aspirateur), après quoi le kyste est retiré.

Les manipulations du chirurgien dépendent de la taille de la formation:

  1. Drainage ponctuel percutané du kyste - après le nettoyage de la cavité du kyste du fluide dans la formation, un drainage (tube en caoutchouc) est installé, ce qui assure un écoulement constant du fluide pathologique provenant de la formation. Le drainage n'est pas retiré avant la fin de l'exsudat. Ces manipulations sont nécessaires à la fermeture automatique du défaut (surcroissance avec du tissu conjonctif). Une telle opération n'est pas réalisée si le kyste a un volume important (plus de 50-100 ml) ou ferme le canal de la glande.
  2. La sclérose de la formation est basée sur l'introduction d'une solution avec une certaine activité chimique. Il est inséré après avoir vidé le kyste. À l'avenir, le processus naturel de prolifération du tissu conjonctif se produit et le défaut est éliminé.

Si les manipulations percutanées ne sont pas possibles, passez à la version laparoscopique de l'opération. Il prévoit la mise en place de deux incisions d’une longueur maximale de 2 cm, à travers lesquelles des instruments endoscopiques sont insérés dans la cavité abdominale. Ces opérations se distinguent par un grand nombre de complications possibles, malgré leur caractère peu invasif. Ceux-ci comprennent:

  1. Excision et occlusion de l'éducation. Il est possible de réaliser cette opération lorsque le kyste est localisé superficiellement. Au cours de la procédure, le chirurgien l'ouvre, le désinfecte avec des solutions antiseptiques et l'aspire étroitement. Il est possible d'utiliser un électrocoagulateur à la place d'une aiguille, mais dans ce cas, il sera nécessaire d'installer un tube de drainage pendant une semaine maximum.
  2. Résection laparoscopique, qui est effectuée en présence d'un défaut prononcé dans les tissus de l'organe. Par exemple, si un kyste d’une tête de glande a une taille de 50 à 70 mm, il faut alors enlever la tête. Bien que cette opération soit assez traumatisante, le risque de rechute est minime.
  3. L'opération de Freya (retrait de la tête glandulaire avec création d'une anastomose pancréatojéjunale) est l'une des modifications de l'intervention chirurgicale évoquée ci-dessus. Il est nécessaire en présence d'une forte expansion de la glande du conduit. La technique pour effectuer ce type d’opération consiste à coudre le canal glandulaire directement dans l’intestin grêle. Cela vous permet de normaliser le processus de sécrétion d'enzymes et de minimiser le risque de développer une nécrose pancréatique.

La chirurgie laparotomique est l'option la plus récente utilisée par les chirurgiens. Pour l'exécuter, il est nécessaire d'ouvrir la cavité abdominale. Dans ce cas, le patient devra passer par une longue période de récupération.

La laparotomie peut être réalisée sur le principe:

  1. Résection ouverte;
  2. Selon le principe de l'excision de l'éducation et de son drainage ultérieur;
  3. Marsupilisation d'un kyste - une telle opération a été réalisée pour la première fois dans les années soixante-dix et n'a pas perdu de sa pertinence aujourd'hui. Sa technique est très originale et consiste à ouvrir et à nettoyer le kyste, après quoi les parois sont ourlées au bord de l'incision. Ensuite, effectuez une suture couche par couche de toute la plaie. Le principal inconvénient de cette méthode est la formation fréquente de passages fistuleux.

Le kyste pancréatique est une pathologie rare et n’est présent dans le monde que dans un maximum de 0,006% de la population (d’après les données du Professeur V. Vinogradov). Néanmoins, il réduit considérablement la qualité de vie du patient. Il est donc primordial de le détecter et de l'éliminer rapidement.

De nos jours, la médecine moderne est capable de faire face à cette maladie sans difficultés particulières. La seule condition pour que le traitement du kyste pancréatique aboutisse à un résultat positif est un traitement rapide pour une aide qualifiée.

Correction de puissance

Toute pathologie du pancréas implique un régime. Si vous avez un kyste, vous devrez vous y tenir longtemps. En cas de maladie chronique, le régime est prescrit à vie.

Interdit d'utiliser:

  • frit, fumé, épicé;
  • aliments marinés;
  • l'alcool;
  • les abats;
  • graisse, graisse;
  • bonbons à la crème (gâteaux, tartes);
  • produits de boulangerie frais;
  • sauces, mayonnaise;
  • assaisonnements.

Les patients doivent utiliser:

  • céréales (sarrasin, riz, flocons d'avoine, semoule);
  • le poisson n'est pas une variété grasse;
  • produits laitiers et produits laitiers à teneur réduite en matières grasses;
  • œufs (principalement des protéines);
  • volaille, lapin et bœuf bouillis et cuits au four (non gras);
  • soupes sur l'eau.

En dehors de la phase d'aggravation, vous pouvez manger du porc bouilli, de l'orge perlé. Les autres produits doivent être discutés avec votre médecin, qui, si nécessaire, ajuste le menu.

Comment traiter correctement les kystes pancréatiques

Le pancréas est un organe important du système digestif dont les enzymes décomposent les glucides, les lipides et les protéines en éléments plus simples. La glande a une structure morphologique qui favorise la formation de cavités kystiques dans les tissus de l'organe.

De telles formations peuvent donner des symptômes cliniques et peuvent constituer une découverte accidentelle par échographie. Le traitement des kystes pancréatiques dépend de nombreux facteurs. Le plus souvent, les chirurgiens sont impliqués dans ce problème. Lorsque vous choisissez une tactique médicale, vous devez savoir pourquoi elle a été créée et quelles sont les prévisions concernant son développement.

Que sont les kystes et pourquoi apparaissent-ils?

La classification est effectuée pour plusieurs raisons:

  • Sur la base de la localisation, les kystes de la tête, du corps ou de la queue de la glande sont sécrétés.
  • Par la nature du kyste peut être vrai ou faux.

Causes de la pathologie

Les vrais kystes sont des formations congénitales associées à une altération de la formation du tissu pancréatique au cours du développement embryonnaire humain. En règle générale, elles ne poussent pas, sont tapissées de l'intérieur par une couche de cellules épithéliales et peuvent être remplies de liquide.

De faux kystes se forment lorsque le tissu glandulaire est détruit à la suite d'une pancréatite aiguë ou d'une nécrose pancréatique. Le corps cherche à délimiter un tel site du tissu sain et forme une capsule de tissu conjonctif autour de celui-ci.

La rétention est appelée un kyste qui se produit lorsque le canal est bloqué. Ces formations sont sujettes à la croissance et peuvent éclater sous l’influence d’un certain nombre de facteurs dommageables.

Les pseudokystes parasites formaient souvent des échinocoques. Un tel parasite, comme l'opistorh, contribue également à la dégénérescence kystique du pancréas, dans la mesure où il empêche l'écoulement du suc pancréatique.

En fonction des causes de la formation de kystes pancréatiques, les tactiques de traitement varient.

Astuce! L'infection à l'échinocoque humain survient chez des chiens, des moutons et des porcs malades. L’homme est une impasse pour ce parasite, la formation de kystes est un processus qui dure des années. Afin de ne pas tomber malade avec l'échinococcose, le déparasitage des chiens domestiques doit être effectué, les règles d'hygiène personnelle doivent être suivies et les mains soigneusement lavées avant d'être mangées.

Afin de ne pas être infecté par une opisthorchose, il est nécessaire d’examiner attentivement le poisson de rivière lors de la présence d’opistorchis. De plus, vous devez respecter la concentration en sel requise lors du salage du poisson et la durée du traitement thermique pendant la cuisson.

Comment apprendre sur la présence de kystes dans le pancréas?

L'une des principales méthodes de diagnostic de cette pathologie est l'examen échographique des organes abdominaux.

Parfois, un gros kyste de la tête du pancréas peut être palpé à travers la paroi abdominale antérieure sous forme de tumeur.

Les petits kystes, en particulier congénitaux, peuvent ne donner aucun symptôme clinique. Ces formations sont révélées lors de l'examen planifié des organes abdominaux par échographie ou tomographie.

Les pseudokystes qui se développent dans le contexte de la pancréatite chronique existante donnent les symptômes cliniques caractéristiques de cette maladie. La douleur dans la moitié supérieure de l'abdomen et dans le bas du dos, l'intolérance aux aliments gras, les fluctuations de la glycémie, les vomissements et d'autres symptômes de troubles de la digestion peuvent être préoccupantes.

Les chambres kystiques parasites sont rares. Les kystes à échinocoques sont plus souvent situés dans la tête de la glande. Dans ce cas, le duodénum est comprimé, la sortie de la bile est perturbée, la jaunisse apparaît. De plus, des symptômes d'intoxication et d'allergie au corps se développent.

Selon la taille et l'emplacement de la cavité kystique, la nature de son contenu, ainsi que la présence de symptômes, on peut parler du pronostic d'un kyste pancréatique.

Un traitement approprié peut guérir cette maladie et parvenir à une normalisation de la maladie.

Astuce! La première révélation de la présence d'un véritable kyste pancréatique est une raison pour se soumettre à un examen approfondi. Il est possible que le processus de formation de cavités kystiques au stade de l'embryogenèse ait également affecté les reins ou le foie.

Quels sont les traitements pour les kystes?

En général, les chirurgiens s’occupent du traitement de ce problème. Les méthodes thérapeutiques incluent le traitement de la maladie sous-jacente, qui a conduit à la formation d'un kyste, un régime. La pancréatite aiguë et la pancréatonécrose, qui entraînent souvent la formation de pseudokystes, sont des conditions urgentes nécessitant des mesures d'urgence.

Traitement de vrais kystes

  • Les grandes formations, qui entraînent des violations de l'écoulement du suc pancréatique et la formation de pancréatite chronique, nécessitent une intervention chirurgicale. Dans ce cas, le chirurgien supprime une tumeur kystique ou résèque le pancréas si les kystes sont multiples.
  • Si le kyste est congénital, ne mesure pas plus de 2 cm, ne se développe pas et ne s'accompagne pas de symptômes de perturbation du pancréas, il ne nécessite dans ce cas pas de traitement spécial. Il suffit de passer un examen une fois par an, de regarder l’importance du foyer pathologique dans la dynamique et d’observer un mode de vie sain.

Traitement des faux kystes

  • Le point important est le fait de la présence ou de l'absence de communication de la cavité kystique avec le canal de la glande. Afin de déterminer cela, prenez la ponction de son contenu sous le contrôle de l'échographie ou de la tomographie. Si la concentration de l'enzyme pancréatique principale, l'amylase, est élevée, le kyste est associé au canal. Dans ce cas, l'opération de drainage du kyste du pancréas est effectuée. L'essence de ce processus est l'aide d'un tube fin, d'une endoprothèse, le kyste étant relié à l'estomac ou au duodénum. Ainsi, la cavité est vidée et des conditions sont créées pour que cette formation soit remplacée par du tissu conjonctif.
  • Si le kyste n'est pas relié au canal, une substance sclérosante est introduite dans sa cavité, le plus souvent de l'alcool absolu, ce qui provoque la fermeture de ses parois et son remplacement par du tissu conjonctif. Dans ce cas, la vidange initiale de la cavité kystique est réalisée par ponction percutanée, si le kyste est en formation, ou en imposant une anastomose à l'estomac ou au duodénum, ​​si celle-ci est déjà formée.
  • Selon la localisation du kyste, son degré de cohésion avec les tissus environnants et la présence de complications, une opération de grande envergure (laparotomie) ou une chirurgie endoscopique est réalisée. Les opérations endoscopiques sont moins traumatisantes et réduisent le risque de complications postopératoires. Dans ce cas, plusieurs petites incisions sont faites sur la paroi abdominale antérieure à travers laquelle des outils spéciaux sont insérés. La progression de l'opération est contrôlée à l'aide d'un équipement vidéo.

Traitement conservateur

Si l'opération n'est pas indiquée, la maladie peut être traitée en suivant les recommandations du thérapeute:

  • adhérer à un mode de vie sain;
  • ne pas trop manger;
  • suivre un régime similaire à celui d'autres maladies du pancréas;

Astuce! Une alimentation avec un kyste pancréatique implique un rejet complet de l’alcool, une restriction de la consommation de graisse, le respect des principes de la nutrition séparée. En outre, les légumineuses, les bouillons, les aliments épicés et frits ne sont pas recommandés.

  • traiter en temps opportun les maladies gastro-intestinales concomitantes;
  • surveiller la glycémie;
  • réduire le surpoids.
  • Attention! N'oubliez pas que la présence d'une cavité kystique dans le pancréas nécessite une attention particulière au travail de cet organe afin de prévenir le développement de complications telles que la rupture d'un kyste, la nécrose pancréatique et la péritonite.

    Mais peut-être est-il plus correct de traiter non pas l'effet, mais la cause?

    Nous vous recommandons de lire l'histoire d'Olga Kirovtseva, comment elle a guéri son estomac. Lire l'article >>

    Kyste pancréatique: symptômes et traitement

    Des formations de liquide bagulaire avec une capsule - des kystes peuvent se former dans divers organes (foie, cerveau, reins, etc.). Le pancréas ne fait pas exception. Le ou les kystes qui en résultent sont complètement imperceptibles pour le patient. Ils ne se manifestent qu’au cours de l’examen et provoquent des douleurs, un ictère, des démangeaisons et d’autres sensations et conditions désagréables. Selon la gravité, certains patients n'ont besoin que d'une surveillance médicale constante, d'autres de mesures médicales actives.

    Les kystes dans le pancréas ont depuis longtemps cessé d'être considérés comme une pathologie rare. Ils peuvent se développer chez des patients de tout âge, toucher aussi bien les hommes que les femmes, et varier considérablement en nombre et en taille. Plus souvent, les kystes ne sont présents que dans le pancréas, mais chez certains patients (en particulier ceux d'origine congénitale), ils sont associés à des lésions kystiques des ovaires, des reins, du foie et du cerveau. Dans ce cas, ils sont tous la manifestation d'une seule maladie: la polykystose systémique.

    Classification

    Selon les médecins, il existe différents types de kystes pancréatiques. Par leur origine, ils sont divisés en:

    • congénitale (due au développement fœtal du système canalaire en développement du pancréas ou de ses tissus);
    • rétention (conséquence du blocage du canal pancréatique avec sa nouvelle expansion);
    • post-traumatique (résultant d'une lésion des canaux pancréatiques ou d'une hémorragie);
    • parasite (avec cysticercose, échinococcose);
    • néoplasique (résultat du processus tumoral).

    Les vrais kystes sont souvent confondus avec des pseudokystes. Ces derniers sont le résultat direct d'une pancréatite grave avec une activité élevée ou une lésion du pancréas. Ils peuvent être remplis de suc glandulaire, de sang, de fragments de tissu pancréatique détruit et se différencient par la structure microscopique de la paroi de ces kystes (ils ne possèdent pas la paroi des cellules épithéliales).

    Symptomatologie

    Les manifestations cliniques du kyste pancréatique et les tactiques de traitement dépendent directement de sa taille, de leur nombre et de leur emplacement. Les petits kystes ne posent souvent aucun problème aux patients. Les grandes formations pincent le tissu environnant, perturbant sa fonction, les canaux et les organes internes adjacents au pancréas.

    Chez ces patients sont observés:

    • douleurs de localisation et de gravité différentes (elles peuvent ressembler à une douleur paroxystique lorsque la pancréatite est constante ou être constantes) dans la région épigastrique, l'hypochondrie, parfois «céder» dans le dos;
    • apparition d'une formation tumorale dans le haut de l'abdomen (uniquement avec une taille de kyste importante);
    • signes d'insuffisance pancréatique (ballonnements, diarrhée, présence de fragments d'aliments non digérés dans les selles, perte de poids notable);
    • l'urine devient la couleur de la bière brune et les calories deviennent plus claires;
    • jaunisse avec démangeaisons débilitantes (avec un kyste comprimant les voies biliaires);
    • perte d'appétit, nausée, avec compression du kyste duodénal - vomissements débilitants.

    Un long kyste de longue date n'est pas toujours inoffensif. En plus de la compression des organes adjacents, elle peut être accompagnée d'autres complications:

    • formation de maux ou d'abcès (ceci est souvent indiqué par l'apparition de fièvre);
    • pause
    • saignements dus à des lésions vasculaires;
    • formation de fistule.

    Diagnostics

    Avec une taille importante du kyste, il est parfois possible de le sentir dans l'abdomen dans la zone correspondant à la projection du pancréas. Mais encore plus souvent, les kystes sont détectés par des méthodes d'examen instrumentales modernes, telles que:

    • échographie;
    • CT ou IRM (les kystes peuvent être détectés à partir de 2 cm);
    • ERCP

    Ces études visualisent les kystes sous forme de formations fluides aux contours clairs et à structure homogène, nous permettant d’estimer leur nombre, leur taille, leur connexion avec les canaux pancréatiques, leur rapport avec les organes adjacents.
    Il est parfois possible de détecter un kyste lors d'études radiographiques de contraste sur l'estomac, le duodénum, ​​les vaisseaux sanguins et la vésicule biliaire. Ces formations établissent le déplacement ou la déformation des organes examinés ou révèlent une certaine ombre arrondie et uniforme.

    Traitement

    Si le patient présente de petits kystes simples et que leur présence ne se manifeste pas cliniquement, ce patient est généralement uniquement observé. Un examen régulier vous permet de surveiller leur croissance, leur nombre, leur état et leurs effets sur d’autres organes.
    Les patients sous traitement chirurgical doivent:

    • un kyste avec un diamètre supérieur à 4-5 cm;
    • kystes tumoraux;
    • suppuration du kyste;
    • la croissance rapide des kystes;
    • complications chirurgicales de kystes (obstruction des voies biliaires ou duodénum, ​​etc.).

    Les patients peuvent être conduits:

    • énucléation (élimination complète) d'un kyste ou d'une kystectomie;
    • retrait d'un kyste avec une partie du pancréas (utilisé pour plusieurs kystes, en cas de suspicion de tumeur);
    • élimination partielle;
    • drainage du kyste (il est utilisé principalement chez les patients affaiblis, afin de le vider, une anastomose est imposée entre le kyste et les boucles intestinales, le kyste et l'estomac).

    La plus efficace de ces méthodes est l'énucléation, qui permet de guérir dans près de 90% des cas cliniques. Mais cela n’est pas toujours réalisable en raison de la fusion du kyste, de sa localisation, ainsi que du bien-être physique du patient lui-même.
    Si le kyste a une origine parasitaire, l'opération doit obligatoirement être accompagnée d'une cure supplémentaire de médicaments anthelminthiques.

    Régime alimentaire

    Une bonne nutrition pour prévenir les exacerbations de la maladie. Il est recommandé de donner à manger au patient sous forme essuyée ou broyée afin de faciliter la digestion, ce qui réduit la charge sur le pancréas.

    • boissons alcoolisées, plats épicés, épices;
    • bouillons forts - viande ou poisson et légumes;
    • les légumineuses (haricots, pois, lentilles, pois chiches, haricot mungo) - lorsqu'elles sont digérées, des gaz se forment qui exercent une pression sur les organes adjacents et provoquent des accès de douleur;
    • tout aliment trop riche en graisses ou en glucides - organisme produisant une quantité insuffisante d'enzymes, il est difficile à digérer, il y a une lourdeur dans l'estomac et des douleurs sourdes et pressantes;
    • variétés tardives de pommes, de poires, toutes crucifères (radis, radis, chou de toute variété) - la fibre de l’arbre qu’elles contiennent contient des effets néfastes sur le pancréas.
    • lait frais, petites quantités de crème sure et de beurre;
    • produits laitiers fermentés: fromage cottage, yaourts salés, yaourts, fromages doux;
    • les céréales - le riz (brun, basmati, non poli), l'avoine (flocons), le sarrasin, la bouillie de blé et de semoule sont rarement acceptables;
    • des omelettes ou des œufs durs;
    • produits de panification: biscuits secs, toasts, pain sucré, galettes, produits à base de farine grise;
    • aspic de poisson, bouilli, cuit à la vapeur, boulettes de viande, boulettes de viande;
    • volaille - poulet ou dinde, sans peau, sans abats, bouillie, cuite au four sans huile, cuite à la vapeur;
    • viande - veau, bœuf maigre, agneau sous forme de viande hachée ou émincée, cuit sans adjonction d'huile;
    • les agrumes, ainsi que la mangue, l’avocat, la papaye - en petites quantités;
    • légumes bouillis, cuits au four ou cuits à la vapeur (pommes de terre, carottes, patates douces);
    • verts frais en petites quantités.

    Le respect du régime permet souvent d'éviter une intervention chirurgicale.

    Quel médecin contacter

    Si vous avez des douleurs abdominales ou des troubles digestifs, vous devriez consulter un médecin généraliste, un médecin de famille, pour un diagnostic préliminaire. Si le diagnostic est déjà établi, le patient est traité par un gastro-entérologue. Vous devrez peut-être consulter un endocrinologue, un oncologue, un chirurgien, un nutritionniste. Les docteurs en échographie et les endoscopistes sont nécessairement impliqués dans le processus de diagnostic.

    Kyste pancréatique

    Un kyste pancréatique est une formation liée dans le parenchyme d'un organe, rempli de liquides, qui se développe à la suite d'une lésion traumatique ou inflammatoire du pancréas. Les symptômes dépendent de la taille, de l'emplacement et de la cause de la formation du kyste et vont de la sensation de malaise à la douleur intense, en passant par la compression des organes voisins. Pour évaluer la taille, l'emplacement du kyste, sa connexion avec l'appareil canalaire et le choix de la tactique de traitement, une échographie, un scanner, une IRM du pancréas, une CPRE sont effectués. Traitement chirurgical: drainage interne ou externe, moins souvent - résection d'une partie de la glande avec un kyste.

    Kyste pancréatique

    Un kyste pancréatique est une pathologie dont la prévalence a augmenté plusieurs fois au cours des dernières années, principalement chez les personnes jeunes. Les gastro-entérologues en voient la raison dans l'incidence croissante de la pancréatite aiguë et chronique d'étiologies diverses (alcoolique, biliaire, traumatique). Le kyste pancréatique est la complication la plus fréquente de la pancréatite chronique (jusqu'à 80% des cas). La complexité de cette pathologie réside dans l’absence d’une idée unique de l’éducation particulière à attribuer aux kystes pancréatiques, d’une classification générale reflétant l’étiologie et la pathogenèse, ainsi que des normes de soins médicaux.

    Certains auteurs font référence aux formations de kystes pancréatiques aux parois limitées et remplies de suc pancréatique, d'autres experts estiment que le contenu du kyste peut également être constitué de parenchyme d'organe nécrotique, de sang, d'exsudat inflammatoire ou de pus. En tout état de cause, les avis concordent sur le fait que, pour former un kyste pancréatique, les conditions suivantes doivent être remplies: lésion du parenchyme de l'organe, obstruction de l'écoulement de la sécrétion pancréatique, ainsi qu'une violation locale de la microcirculation.

    Causes du kyste pancréatique

    La pancréatite est la cause la plus fréquente de kystes pancréatiques. L'inflammation aiguë du pancréas est compliquée par le développement de kystes dans 5 à 20% des cas, tandis que la cavité se forme généralement au cours de la troisième à la quatrième semaine de la maladie. Dans la pancréatite chronique, des kystes pancréatiques postnécrotiques se forment dans 40 à 75% des cas. Le plus souvent, le principal facteur étiologique est la maladie alcoolique. Rarement, les kystes se forment après une lésion du pancréas, ainsi qu’à cause d’une cholélithiase avec sortie du suc pancréatique altérée, d’une pancréatite chronique obstructive avec sortie insuffisante le long du canal de Wirsung, de grandes tumeurs du mamelon duodénal, d’une sténose cicatricielle du stéroïde cicatriciel du sphincter d’Oddi.

    La formation de kystes pancréatiques dans la pancréatite est la suivante. Les dommages aux tissus organiques s'accompagnent d'une accumulation locale de neutrophiles et de lymphocytes, de processus destructifs et d'une inflammation. Dans le même temps, la zone de dommage est délimitée du parenchyme environnant. La croissance du tissu conjonctif se produit dans celui-ci, des granulations sont formées; les éléments tissulaires à l'intérieur du nidus sont progressivement détruits par les cellules immunitaires et une cavité demeure à cet endroit. Si un kyste pancréatique communique avec le système canalaire de l'organe, il accumule du suc pancréatique, il est également possible que des éléments nécrotiques tissulaires, de l'exsudat inflammatoire et des vaisseaux sanguins soient endommagés, du sang.

    En cas de violation du passage le long du canal pancréatique commun, des kystes du pancréas se forment, dotés d'une membrane épithéliale à l'intérieur de laquelle s'accumule le suc pancréatique. Le mécanisme pathogénique clé de leur formation est l'hypertension intra-canalaire. Il a été prouvé qu’à l’intérieur de la cavité d’un kyste, la pression pouvait être trois fois supérieure à la normale dans les canaux.

    Classification des kystes pancréatiques

    Classiquement, tous les kystes pancréatiques sont morphologiquement divisés en deux types: formés à la suite du processus inflammatoire et ne possédant pas de revêtement épithélial (certains auteurs appellent de telles formations pseudokystes, d'autres ne se séparent pas) et formés lors de l'obstruction des canaux et de l'épithélium (rétention).

    Pour caractériser les kystes pancréatiques, compliqués d'une pancréatite aiguë, on utilise le plus souvent la classification d'Atlanta selon laquelle sont isolées les lésions liquidiennes aiguës et subaiguës et les abcès du pancréas. Les formations fortement développées n’ont finalement pas formé leurs propres parois, dans leur rôle à la fois le parenchyme de la glande et les canaux, la fibre parapancréatique, même les parois des organes adjacents peuvent agir. Les kystes pancréatiques chroniques sont caractérisés par des parois déjà formées de tissu fibreux et de granulation. Un abcès est une cavité remplie de pus formée par une pancréatonécrose ou une suppuration du kyste.

    Selon l'emplacement, il existe des kystes de la tête, du corps et de la queue du pancréas. Il existe également des complications simples et compliquées (perforation, suppuration, fistule, saignement, péritonite, tumeur maligne), des kystes du pancréas.

    Symptômes d'un kyste pancréatique

    Le tableau clinique en présence de kyste pancréatique peut varier considérablement en fonction de la taille, de l'emplacement de la formation, des raisons de sa formation. Bien souvent, les kystes pancréatiques ne provoquent pas de symptômes: les cavités d'un diamètre allant jusqu'à 5 centimètres ne compriment pas les organes adjacents, les plexus nerveux, les patients ne ressentent donc aucune gêne. Pour les gros kystes, le symptôme principal est le syndrome de la douleur. Un symptôme caractéristique est un «léger écart» (amélioration temporaire du tableau clinique après une pancréatite aiguë ou un traumatisme).

    La douleur la plus intense est observée pendant la période de formation de pseudo-kystes au cours d'une pancréatite aiguë ou d'une exacerbation d'une maladie chronique, en raison de phénomènes destructeurs prononcés. Au fil du temps, l'intensité du syndrome douloureux diminue, la douleur devient sourde, il ne peut y avoir qu'un malaise qui, associé à des données anamnestiques (traumatisme ou pancréatite), permet de suspecter la maladie. Parfois, dans le contexte d’une symptomatologie aussi rare, des crises douloureuses se développent, dont l’hypertension intracanalaire est la cause. Une douleur intense et sévère peut également indiquer une rupture du kyste, une augmentation progressive de la douleur dans le contexte d'une augmentation de la température corporelle et des symptômes d'intoxication - à propos de sa suppuration.

    Les signes de kyste pancréatique sont significativement différents s’il comprime le plexus solaire. Dans le même temps, les patients ressentent des douleurs persistantes et brûlantes qui irradient dans le dos, ce qui peut être aggravé même par une pression sur les vêtements. La condition est soulagée dans la position du genou au coude, la douleur n'est soulagée que par les analgésiques narcotiques.

    Les symptômes des kystes pancréatiques peuvent également être des symptômes dyspeptiques: nausée, parfois vomissements (pouvant entraîner une crise de douleur), instabilité des selles. En conséquence d'une diminution de la fonction exocrine de l'organe, l'absorption des nutriments dans l'intestin est perturbée et le poids est réduit.

    Cette pathologie est caractérisée par une compression des organes adjacents: si le kyste se situe dans la région de la tête de la glande, une jaunisse mécanique est possible (peau et sclérotique ikterichnost, prurit); avec la compression de la veine porte se développe un gonflement des membres inférieurs; si la formation perturbe l'écoulement de l'urine à travers les uretères, la rétention urinaire est caractéristique. De très gros kystes pancréatiques pressent la lumière intestinale. Dans de tels cas, une obstruction intestinale incomplète peut se développer.

    Diagnostic du kyste pancréatique

    La consultation d’un gastro-entérologue en cas de suspicion de kyste pancréatique permet d’identifier les plaintes caractéristiques du patient, données anamnestiques. Lors de l'examen de l'abdomen, son asymétrie est possible - une saillie dans la région de la formation. Lors des tests de laboratoire, il n'y a généralement pas de changement spécifique, une légère leucocytose est possible, une augmentation de la RSE, dans certains cas, une augmentation du niveau de bilirubine et de l'activité de la phosphatase alcaline. La concentration en enzymes pancréatiques dépend moins de la présence d'un kyste que du stade de la pancréatite et du degré d'atteinte de la glande. Dans environ 5% des cas, la fonction endocrinienne du pancréas est altérée et un diabète sucré secondaire se développe.

    Méthodes instrumentales très informatives de visualisation du kyste. L'examen échographique du pancréas permet d'estimer la taille de la formation, ainsi que les signes indirects de complications: en cas de suppuration, l'inégalité du signal d'écho par rapport au fond de la cavité est déterminée, avec malignité, l'hétérogénéité des contours. La tomodensitométrie et l'imagerie par résonance magnétique (IRM du pancréas) fournissent des informations plus détaillées sur la taille, l'emplacement du kyste, la présence de sa connexion avec les canaux. Comme méthode auxiliaire, la scintigraphie peut être utilisée, dans laquelle un kyste est défini comme une «zone froide» sur le fond d’un parenchyme organique commun.

    Une place particulière dans le diagnostic du kyste pancréatique est donnée à la cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique (CPRE). Cette méthode fournit des informations détaillées sur la connexion du kyste avec les conduits de la glande, ce qui détermine la tactique du traitement, mais lors de l'examen, le risque d'infection est élevé. Par conséquent, actuellement, la CPRE est exclusivement réalisée avec la question du traitement chirurgical résolue afin de choisir le mode opératoire.

    Traitement du kyste pancréatique

    Traitement de kyste pancréatique chirurgical. Il n’existe pas de tactique unique de prise en charge des patients atteints de cette maladie et le choix de l’opération dépend des raisons de la formation d’un kyste, de sa taille, des modifications morphofonctionnelles des tissus des organes et de l’état du système canalaire.

    Les experts en gastroentérologie chirurgicale identifient trois domaines tactiques principaux pour le kyste pancréatique: son retrait, son drainage interne et externe. La formation est éliminée par la résection d'une partie du pancréas avec un kyste, tandis que le volume est déterminé par la taille du kyste et par l'état du parenchyme de l'organe (résection de la tête de la glande, une résection pancréato-duodénale distale peut être réalisée).

    Les interventions de drainage interne peuvent être réalisées en imposant une anastomose entre le kyste et l'estomac (cystogastrostomie), un ulcère duodénal (cystoduodénostomie) ou l'intestin grêle (cysto-entérostomie). Ces méthodes sont considérées comme les plus physiologiques: elles procurent un passage des sécrétions pancréatiques, éliminent le syndrome douloureux, et conduisent rarement à des rechutes.

    Le drainage externe du kyste est utilisé moins fréquemment. Une telle intervention est indiquée pour la suppuration de la cavité, les kystes non formés, la vascularisation abondante de la formation, ainsi que pour l'état général grave du patient. Ces opérations sont palliatives, car il existe un risque de suppuration et de récurrence du kyste, ainsi que la formation de fistules pancréatiques, qui se prêtent mal au traitement conservateur et qui nécessitent parfois des interventions techniquement beaucoup plus complexes. Tout type d'opération de drainage n'est effectué qu'après confirmation de l'étiologie non tumorale de la formation.

    Récemment, les interventions chirurgicales de drainage mini-invasives, qui sont utilisées comme traitement alternatif, sont de plus en plus courantes. Cependant, malgré le faible pouvoir invasif et les promesses théoriques de telles méthodes de traitement, des complications, telles que la formation de fistules pancréatiques externes, se développent très souvent.

    Le traitement conservateur des kystes pancréatiques est déterminé par la maladie sous-jacente. Dans le cas de la pancréatite, un régime est nécessairement prescrit pour maximiser la diminution de la sécrétion pancréatique. Des médicaments de substitution, des analgésiques sont utilisés, le niveau de glycémie est contrôlé, si nécessaire - sa correction.

    Pronostic et prévention du kyste pancréatique

    Le pronostic d'un kyste pancréatique dépend de la cause de la maladie, de la rapidité du diagnostic et du traitement chirurgical. Cette pathologie est caractérisée par une incidence élevée de complications - de 10 à 52% des cas sont accompagnés de suppuration, de perforation, de formation de fistule, de tumeur maligne ou de saignements intrapéritonéaux. Même après un traitement chirurgical, il existe un risque de récidive. La prévention des kystes du pancréas est d'abandonner l'alcool, un traitement opportun et adéquat des maladies du tractus gastro-intestinal (calculs biliaires, pancréatite), un régime alimentaire équilibré.

    Kyste pancréatique

    Un kyste pancréatique est une affection pathologique caractérisée par la formation de structures abdominales remplies de sécrétions pancréatiques et de détritus tissulaires dans la couche parinémateuse d'un organe. Dans les cavités kystiques, les cellules pancréatiques nécrotiques (die) sont remplacées par des tissus fibreux. Les kystes comportent des risques graves pour la santé en raison du risque de dégénérescence dans les structures malignes; peuvent être formés chez les hommes et les femmes, les enfants ne font pas exception.

    Le mécanisme et les causes du développement de la pathologie

    Le pancréas joue un rôle important dans la dégradation et l’absorption ultérieure de protéines, de glucides et de lipides. L'organe a une structure alvéolaire, prédisposant à l'apparition de kystes. La formation de structures kystiques dans la glande n'est pas la norme et est due à des dysfonctionnements congénitaux dans la formation d'un organe, ou à des facteurs secondaires.

    Le mécanisme d'occurrence est basé sur la destruction des propres tissus du corps. Sous l’influence de facteurs négatifs, des amas de tissus morts se forment dans la couche parenchymateuse pancréatique, le corps sépare la zone pathologique des cellules saines - une capsule de cellules connectives ou fibreuses se forme. La capsule est progressivement remplie d'un contenu granulaire et d'un secret - ainsi un kyste apparaît.

    Causes communes de l'apparition d'une pathologie:

    • obstruction congénitale de la glande canalaire;
    • la présence de pierres;
    • pancréatite aiguë, chronique, alcoolique;
    • nécrose pancréatique;
    • blessure d'organe;
    • maladies endocriniennes - obésité, diabète;
    • infection parasitaire.

    Classification de la pathologie

    Les kystes sont classés en:

    • Les structures abdominales vraies (innées) dans la glande sont présentes dès la naissance, le mécanisme de formation se situe dans la période prénatale. La taille des kystes congénitaux n’augmente pas, leur cavité est entièrement constituée de cellules de l’épithélium squameux. L'apparition de véritables kystes due à une obstruction des canaux pancréatiques conduit à une inflammation avec formation de tissu fibreux. Cette pathologie est appelée "fibrose kystique" ou polykystique.
    • Faux (pseudo-kystes) - formations cavitaires apparaissant à l’arrière-plan de processus inflammatoires du pancréas, de lésions et d’autres facteurs de nature secondaire.

    Des cavités pathologiques peuvent se former dans différentes parties du pancréas - sur la tête, le corps et la queue. Selon les statistiques, le kyste de la tête est rarement diagnostiqué dans 15% des cas; 85% sont dus à une lésion kystique du corps et de la queue de l'organe. Dans près de 90% des cas, les kystes sont secondaires et se développent dans le contexte de la pancréatite transférée. 10% des cas sont associés à des lésions organiques.

    La classification d’Atlanta s’applique aux formations kystiques apparues après une pancréatite aiguë:

    • kystes aigus - apparaissent rapidement, n’ont pas de parois bien formées, les canaux de la glande, la couche paine-mathématique ou la cellulose peuvent agir en tant que cavité;
    • subaiguë (chronique) - se développent de façon aiguë lorsque les parois des cavités sont formées de tissus fibreux et de granulation;
    • abcès - inflammation purulente de la structure, la cavité est remplie de contenu séreux.

    Du point de vue de l'évolution de la pathologie, les kystes sont:

    • compliqué par des fistules, du sang, du pus ou une perforation;
    • simple.

    Tableau clinique

    Les symptômes de kystes pancréatiques ne sont pas toujours perceptibles. Les manifestations cliniques sont causées par la taille des cavités, leur localisation, leur origine. S'il n'y a qu'une seule formation kystique dans la glande jusqu'à une taille de 50 mm, il n'y a aucun signe évident - le kyste n'appuie pas sur les canaux et les organes voisins, il ne pince pas les terminaisons nerveuses - le patient ne ressent pas de gêne.

    La présence de grandes cavités multiples donne des manifestations cliniques lumineuses, un signe classique - douleur. Par la nature de la douleur, vous pouvez déterminer le degré de lésion kystique:

    • lors de la formation de faux kystes sur le fond de la pancréatite, la douleur est forte et aiguë, couvre la région lombaire et le côté gauche;
    • Des douleurs intolérables qui apparaissent soudainement peuvent indiquer une rupture ou une suppuration de la cavité, surtout si le patient a de la fièvre;
    • la présence d'un kyste comprimant le plexus solaire, vous permet de savoir si vous ressentez une brûlure, une douleur dans le dos.

    Outre la douleur, la pathologie se manifeste par d'autres symptômes:

    • des nausées et des vomissements;
    • les selles bouleversées, y compris la stéatorrhée (graisse de gouttelettes dans les matières fécales);
    • indigestion, mauvaise absorption des nutriments et perte de poids;
    • diminution de l'appétit;
    • élévation de la température en nombre subfébrile.

    Des complications

    Un kyste pancréatique est particulièrement dangereux en raison de la possibilité de réincarnation en cancer. Par la structure de la cavité kystique peut être bénigne et maligne. Le cancer du pancréas est une maladie grave, presque incurable, caractérisée par une évolution rapide accompagnée de métastases étendues. Les kystes bénins ne sont pas moins dangereux en raison du risque de rupture et du développement ultérieur de péritonite.

    La formation de fistules est une autre complication grave. En cas de perforation des formations kystiques, des fistules complètes et incomplètes apparaissent - des passages pathologiques communiquant avec l'environnement externe ou d'autres organes. La présence de fistule augmente le risque d'infection et le développement de processus bactériens.

    Les gros kystes exercent une pression sur les vaisseaux et les canaux de la glande et sur les organes adjacents de la cavité abdominale, entraînant des effets négatifs:

    • développement de jaunisse obstructive avec localisation de kystes dans la tête;
    • gonflement des jambes avec compression de la veine porte;
    • troubles dysuriques avec pression sur les voies urinaires;
    • occlusion intestinale lors de la compression de la lumière dans les anses intestinales (une affection rare qui se produit en présence de gros kystes pancréatiques).

    Détection pathologique

    Un médecin chargé de l'examen et du traitement des personnes suspectes d'un kyste pancréatique est un gastro-entérologue. Au cours du traitement initial, le patient doit prendre l'anamnèse, clarifier les plaintes du patient et examiner à la palpation. Avec un examen numérique de la région abdominale, vous pouvez sentir la protrusion avec des limites claires. Un examen complet comprend une combinaison de méthodes de laboratoire et instrumentales.

    La liste des tests de laboratoire comprend les tests sanguins, y compris la biochimie. En présence d'une pathologie, des modifications de la RSE et de la bilirubine (augmentation), de la leucocytose et de l'activité accrue de la phosphatase alcaline seront détectées. L'analyse d'urine peut montrer indirectement des signes d'inflammation dans les kystes compliqués - des protéines communes et des leucocytes sont présents dans l'urine.

    Des informations fiables lors de la confirmation d'une pathologie sont des méthodes instrumentales:

    • L'échographie vous permet de déterminer la taille des cavités kystiques, leur nombre, la présence de complications.
    • L'IRM fournit l'occasion d'évaluer visuellement et avec précision la taille, la relation entre les structures kystiques et les conduits de la glande;
    • la scintigraphie (imagerie par radionucléides) est utilisée comme méthode supplémentaire pour clarifier l'emplacement de la cavité pathologique dans le parinecham de la glande;
    • La cholangiopanctographie rétrograde endoscopique en tant que méthode de haute précision donne des détails détaillés sur la structure abdominale, sa structure et la communication avec les conduits; mais comporte un risque d'infection élevé pendant l'examen;
    • une radiographie de sondage de la cavité abdominale est utilisée pour identifier les limites des cavités.

    Lorsque la structure de la couche interne des formations kystiques n'est pas claire, une biopsie du tissu pancréatique est nécessaire pour confirmer ou infirmer la malignité. Une biopsie est réalisée sous le contrôle d'une échographie ou lors d'un scanner. Les diagnostics différentiels lors de la biopsie permettent la détection rapide du cancer et préviennent la croissance des cellules cancéreuses.

    Traitement

    Le traitement des kystes pancréatiques est effectué par le biais d'interventions chirurgicales. Le traitement médicamenteux pour les kystes multiples confirmés est inefficace. L'opération n'est pas indiquée pour les kystes simples, petits (jusqu'à 30–50 mm), s'ils n'affectent pas les organes voisins et ne provoquent pas de symptômes négatifs. Le retrait d'un kyste malin, même de petite taille, est nécessaire pour prévenir les métastases.

    En gastroentérologie chirurgicale, trois méthodes sont utilisées pour combattre un kyste pancréatique:

    • élimination des lésions pathologiques - résection;
    • drainage du kyste (externe et interne);
    • laparoscopie.

    En cas d'excision, le corps du kyste et la partie adjacente du pancréas sont enlevés. Le volume de l'excision dépend de la taille de la cavité, de l'état de la couche de glande paine-mathématique - résection de la tête, distale, pancréatoduodénale.

    Le drainage interne du kyste se fait par l'anastomose entre le corps du kyste et l'estomac, le duodénum ou l'intestin grêle. Le drainage interne est une méthode sûre et physiologique qui améliore l'état du patient: le passage du contenu de la cavité est fourni, la douleur disparaît, la probabilité de rechute est minime.

    Le drainage externe du kyste est réalisé en cas de pathologie compliquée:

    • accumulation d'exsudat purulent;
    • cavités kystiques non formées;
    • vascularisation accrue (formation de nouveaux vaisseaux) dans les parois du kyste;
    • état général grave.

    Avec le drainage externe, la formation de fistules, une augmentation de la taille des kystes et la croissance de nouvelles formations peuvent avoir des conséquences négatives. Parfois, la septicémie se développe. Dans tous les cas, le drainage externe et interne est effectué uniquement avec des structures bénignes.

    La laparoscopie se réfère à des méthodes bénignes, son avantage est en l'absence d'incisions chirurgicales étendues et la récupération rapide du patient. La laparoscopie convient à l'élimination des structures kystiques simples et volumineuses. L’essence d’une intervention aussi peu invasive que possible réside dans l’introduction de l’aiguille de ponction dans les poches du problème avec l’aspiration du contenu.

    La pharmacothérapie vise à corriger la maladie sous-jacente. En présence de pancréatite, la nomination d'enzymes est nécessaire pour assurer une digestion adéquate et soulager la charge du pancréas. Des antispasmodiques et des analgésiques sont utilisés pour soulager le syndrome douloureux. Il est obligatoire de contrôler le taux de glucose dans le sang, en cas de violation, prescrire les médicaments appropriés.

    Régime alimentaire

    Le régime alimentaire pour les lésions kystiques est basé sur l'élargissement maximal du pancréas. Des aliments bien organisés peuvent réduire le risque de récurrence de la maladie et maintenir la capacité enzymatique de la glande. Principes de nutrition dans le kyste pancréatique:

    • des repas fractionnés à intervalles de temps réguliers (3-4 heures);
    • toute la nourriture est soigneusement frottée et écrasée;
    • méthodes de cuisson - cuisson, cuisson au four, ragoûts;
    • rejet de graisse et frites;
    • restrictions sur le pain et les pâtisseries;
    • La base du régime alimentaire - un aliment protéiné (les protéines d’origine végétale ne doivent pas dépasser 30% de la dose quotidienne).

    Il est strictement interdit aux patients de manger de la viande grasse, des champignons et des haricots. Les produits les plus utiles sont les produits laitiers à faible teneur en matière grasse, la viande de poulet et de dinde, les œufs durs et les légumes après traitement thermique. Parmi les boissons, on trouve les jus non concentrés, la gelée et les boissons aux fruits. Diet - pour la vie, la moindre indulgence peut causer une détérioration.

    Prévisions

    Le pronostic de survie dépend des causes sous-jacentes de la pathologie, de l'évolution et de l'adéquation du traitement. La maladie se caractérise par un niveau élevé de complications - chez 10 à 50% des patients, l'évolution de la maladie est accompagnée d'oncologie, d'infection et d'hémorragies internes. Après résection, il est possible que de nouveaux kystes se développent. Sous réserve de recommandations médicales, d'une surveillance régulière et de la prise d'enzymes, il est possible de maintenir une espérance de vie normale.

    Pour prévenir les récidives et maintenir un état stable, les patients doivent:

    • s'en tenir à un régime;
    • refuser les boissons alcoolisées;
    • répondre en temps opportun aux problèmes du tractus gastro-intestinal.

    Lésion kystique du pancréas - une maladie rare, en l'absence de traitement approprié, les conséquences sont désastreuses. Les possibilités de la médecine moderne permettent de vaincre la maladie avec succès et permettent aux patients de vivre pleinement. L'essentiel - un diagnostic précoce et une méthode bien choisie pour se débarrasser des kystes.